Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Vierzon, cette éternelle agitée du bocal

Publié par vierzonitude sur 12 Août 2015, 13:30pm

Vierzon, cette éternelle agitée du bocal

Jamais, ou très peu, Vierzon n'a trouvé une paix politique durable. Jamais ou très peu, cette ville n'a vécu de répit, délaissant la politique politicienne, celle qui gangrène les initiatives, pour faire place à de vrais soucis citoyens. Jamais ou très peu, les différents dirigeants de cette ville n'ont agi en fonction des besoins de cette ville au profit des besoins politiques, syndicaux, de partis, de carrières.

Ici, on parle de politique nationale avant de parler de problèmes locaux. Tout est ramené à cette équation simpliste, qu'en dehors du national, rien n'existe. Parce que dans le regard des dirigeants de cette ville, Vierzon doit exister non par pour elle même et ses citoyens, mais à travers ceux qui l'administrent. Il y a dans la reconnaissance nationale, une obsession mortifère.

C'est pour cela que le député-maire descend le gouvernement à l'Assemblée nationale, pour remplir sa fonction de permanent d'un parti dépassé et vidé de sa substance. Pour briller au national. Mais à Vierzon, il feint l'entente cordiale avec le Parti socialiste, ce qui est une tromperie magistrale de l'électeur lambda qui ne comprend pas ce genre de logique purement calculatrice et fourbe.

C'est pour cela que le Parti socialiste, au détriment de sa haine recuite pour le Parti communiste, feint de protéger les valeurs d'une gauche en laquelle il ne croit plus. Quand le P.S défend cette unité de la gauche, qui le croit ? C'est pour cela qu'à Vierzon, on essaie de nous vendre comme étant frère jumeau, un élu du Front de gauche/P.C avec un élu socialiste. Les dernières législatives ont tenté de gaver comme des oies des électeurs qui se sont aperçus de la supercherie.

Sombre destin d'une ville en perpétuelle agitation politique mais le bouillonnement culturel, démocratique, le bouillonnement des idées destiné à ouvrir la voie au mieux-être et au mieux vivre-ensemble de chacun est inféodé à de purs produits politiques, à des lignes idéologiques, des dogmes. Jamais, dans cette ville, JAMAIS, les élus en responsabilité n'ont administré cette ville avec le souci collectif, le souci de dominer la raison politique pour en faire une source d'épanouissement citoyen.

Tout simplement. Refaire des routes, bâtir, changer, améliorer, rénover, construire, créer, non pas pour récolter des fruits politiques, non pas pour coller à une ligne politique nationale, non, tout simplement pour plaire aux habitants de cette ville et faire de Vierzon, une urbanité citoyenne pas un terrain d'essai politique. Vierzon reste et restera toujours une éternelle agitée du bocal, entretenant pour les besoins de la cause, des antagonismes à travers lesquels survivent des idées et des combats nécessaires à des partis perfusés, usés, dépassés, préhistoriques. Mais qui ne servent pas le bien-être collectif et citoyen.

Cette ville est arrivée à un son-sens, à une voie de garage où les deux partis qui dominent et clivent les habitants sont deux extrêmes stériles : le Parti communiste et le Front national. Le premier surnage dans une opposition perpétuelle, que ce soit avec la gauche ou avec la droite, espérant, à partir de Vierzon, construire une alternative politique. Le second parvient à se hisser en tête de plusieurs quartiers de la ville dont le bureau de vote de l'hôtel de ville ou à Bourgneuf ainsi que dans certaines communes de la couronne vierzonnaise.

Aujourd'hui, dans cette ville, il est impératif de pacifier les citoyens, d'en finir avec ces absurdités politiques et de réfléchir, non pas au sens que doit prendre cette ville en fonction des partis politiques, mais en fonction d'un avenir qui doit être bâti collectivement. Les commerces fermés, l'urbanisme suranné, les trottoirs roses et les bâtiments éternels, ça suffit. La politique politicienne n'a jamais redressé les trottoirs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anar 21/08/2015 01:48

Les acteurs politico-économique de cette ville sons des personnes peu fréquentable. . . Ils ont mauvaise réputation dans d autres régions , l incompétence mène à la bêtise, la méchanceté et la sournoiserie . Le petit peuple vierzon ais par contre est intéressant et se débat à élever le niveau de sa ville, mais vierzon ais de sang ou d acceuil vous n avez pas le pouvoir

dégouté 13/08/2015 16:43

en fait, l'ambiance politique de la ville donne envie de baisser les bras... on a envie d'y aller et puis... on voit bien que s'investir sera mal vu , critiqué, l'objet de commérages odieux... le microcosme qui verrouille la situation politique de la ville est rude, fermé, roué et d'une violence morale aveugle... s'engager en politique ici ( comme ailleurs mais ici encore plus) c'est s'exposer au délit d'opinions... la vie ordinaire est déjà assez rude alors pourquoi y aller? pour passer pour des imbéciles, se sentir inutiles de ne pas avoir de pouvoirs en attendant une hypothétique victoire aux élections... être entourés de gens qui se prétendent nombrilistement des génies mais dont les idées et les propos sont le plus souvent imbus d'oukases voire de vulgarités... à quoi bon?
la ville file... les élections restent viscéralement, bêtement autisquement verrouillées par le même parti ... et rien ne change, pas d'espoir.. juste des propos vagues, de l'autosatisfaction régulière , du contentement béat y compris par des gens honnêtes... jamais de passion, jamais de volonté, jamais de gueulantes réelles, jamais d'enthousiasme ... non! il ne faut pas aimer cette ville ... ou alors seulement l'aimer béatement en mode " tout va bien, y a pire ailleurs"... bref, on se moque de l'attachement réel des êtres vivant dans vierzon ... qui ont besoin de sécurité, de beauté dans leurs lieux de vie, d'engagement politique complet, permanent, sincère et sans discours prémâché de propagande répétant à l'envi que " tout vient de la mondialisation de l'europe du capitalisme" et bla bla bla bla bla... surtout il ne faut pas embourgeoiser la ville, surtout ne pas l'enrichir... non la volonté souterraine c'est la garder sous perfusion des aides sociales, des emprunts... la garder la tête sous le seuil de pauvreté avec un taux de chômage bien déprimant car les gens dépendants remercieront la mairie qui les gardent dépendants dans un décor de taudis

chat noir 13/08/2015 21:24

Et oui monsieur dégoûté c'est à en perdre la raison et ne savoir qu'en dire, juste peut-être qu'une oraison pour ne connaître que la saison du partir, oui à en perdre la raison mais n'ont pas sans raison. Ronronronron

Archives

Articles récents