Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


La présidente du pôle handicap de Vierzon confirme : "les véritables décideurs étant les payeurs, aucune certitude à l'horizon…"

Publié par vierzonitude sur 4 Juin 2015, 07:09am

Annie Vigier, présidente du Cluster Aghir, répond au post de Vierzonitude, à propos de l'avenir compromis du pôle handicap de Vierzon :

Tout le monde, y compris nous-mêmes, se rejoint pour dire qu'une association comme la nôtre ne peut continuer dans ces conditions.

Pour re-situer la génèse du Cluster AGHIR, il faut se placer fin 2007, lorsque la Communauté de Communes a accepté d'être porteur de l'action "Pôle Handicap-Autonomie" initiée par l'équipe municipale précédente, et en particulier par Max Albizzati qui fut dans ce domaine particulièrement visionnaire. L'équipe mise en place en 2008 a honoré cet engagement.

Il s'agissait pourtant d'un véritable pari sur l'avenir, sur un thème pas facile, où restaient à persuader non seulement les professionnels, déjà repérés sur la thématique, mais aussi – et surtout ? – les politiques et les financeurs.

Car nous parlons d'innovation, et dans ce domaine plus que d'en d'autres, il faut du temps, et donc de l'argent, pour maturer un projet, le mettre au point, financer le prototype, créer le marché, fabriquer, commercialiser…

C'est sans doute pour cette raison que certains projets n'ont pu aboutir, faute de temps et d'argent pour les mener à bien. La commercialisation de produits innovants, surtout dans le handicap et la gérontologie, s'adresse généralement à un public hyper-ciblé, donc le plus souvent il s'agit d'un micro-marché, où la question de la visibilité et de la diffusion des produits peut s'avérer un problème crucial.

Le Pôle Handicap-Autonomie a répondu début 2009 à un appel à projets de la DATAR, présentant déjà notre dynamique en partenariat avec le Centre Hospitalier de Vierzon et son expertise reconnue dans le domaine de la gérontologie et de la rééducation. L'obtention de ce label DATAR nous a permis de nous constituer en association Loi 1901 en Septembre de la même année comme "Grappe d'entreprises", indépendante dans sa gouvernance, mais fortement soutenue financièrement par l'état via la DATAR en phase de démarrage, mais aussi la Région Centre, le Département, et la Communauté de Communes.

Nos difficultés viennent essentiellement de cette stupide burocratie européenne qui nous oblige à percevoir autant de fonds privés que de fonds publics.

Or, s'agissant encore une fois d'innovation, il nous est impossible de demander à des porteurs de projets des cotisations exorbitantes pour adhérer et bénéficier de notre accompagnement !

Quant aux fondations et mécénat, notre caractère à vocation économique ne nous permet pas de bénéficier d'une reconnaissance autorisant les déductions fiscales.

En outre, nous considérons, encore aujourd'hui, faire œuvre publique dans notre rôle de détection de projets, de mise en réseau, de conseil, de création d'une dynamique de territoire autour d'une thématique aussi sensible que celle du vieillissement et de la perte d'autonomie pour une partie importante de notre population à dominante âgée et rurale.

Donc effectivement, nous avons réussi en 2014 à atteindre cette fameuse répartition du 50/50, en consacrant beaucoup de temps à effectuer des prestations payantes. Mais le modèle économique n'est plus tenable, et de beaux projets, innovants, créateurs de lien social, intergénérationnels, collaboratifs sont cependant en cours…

Nous sommes considérés comme leaders de ce que l'on appelle la Silver Economie au niveau régional, et au niveau national, sans avoir la prétention de rivaliser en notoriété avec des mastodontes de la Silver Eco, le Cluster fait partie des structures reconnues, en particulier grâce à notre expertise en ergonomie et en raison également de la dynamique de territoire que nous avons su mettre en place sur ce thème.

Donc, le Cluster a un formidable potentiel, mais comment poursuivre aujourd'hui ?

En fait les prochaines réunions du Bureau, puis du Conseil d'Administration, puis en Assemblée Générale, décideront de ce que l'on fait dans la situation actuelle.

En l'occurrence, les véritables décideurs étant les payeurs, aucune certitude à l'horizon… Tout le monde, y compris nous-mêmes, se rejoint pour dire qu'une association comme la nôtre ne peut continuer dans ces conditions. Certains financeurs se déclarent favorables à la mise en place d'une nouvelle structure, laquelle, sous quelle forme, avec quels moyens, quels objectifs, et où serait-elle située ?

Nous attendons donc de nos interlocuteurs institutionnels actuels qu'ils se positionnent, pas seulement vis-à-vis de l'équipe en place, mais également face aux équipes pluridisciplinaires et aux porteurs de projets qui continuent de travailler.

Quant à nous, administrateurs et salariés, sommes tous prêts à les aider dans cette transition pour leur permettre de capitaliser le travail qui a déjà été réalisé. Les mois à venir diront ce qu'il en adviendra.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents