Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Voici où sont les dix caméras de vidéo-protection de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 12 Juin 2015, 13:00pm

Vierzonitude a pu localiser les dix caméras de vidéo-protection dont la ville de Vierzon s'est dotée. Ces petites bêtes vont par paire, il y a donc cinq lieux vierzonnais où la surveillance est accrue ! Étrangement, aucune caméra n'est installé au Forum république, ce sont celles fixées au coin du centre administratif qui sont chargées de mater le début du Forum.

Ah les coquines ! Elles se font discrètes mais on les voit quand même. Ça y est, Vierzon vient de basculer dans le flicage de ses rues, sous une municipalité de gauche, qui aurait cru ça. Comme quoi, il n'y a pas que le gouvernement qui est soupçonné de pratiquer une politique de droite, la gauche extrême de Vierzon aussi pratique une politique sécuritaire de droite et d'extrême-droite. C'est la réponse envoyée aux Vierzonnais aux lendemains des élections départementales qui a vu le Front national se hisser à presque 39%, même si l'installation des caméras est une décision prise avant les départementales. C'est le fameux "mieux vivre ensemble" que la majorité a agité sous le nez des Vierzonnais lors des la campagne des dernières municipales. Allez, bing, prenez des caméras dans la tronche, 30.000 euros (au bas mot).
Vierzonitude a vu les premières, installées avenue de la République, au coin de la place Foch et une autre installée au coin du centre administratif pour mater le Forum république et la terrasse de la Scala. Etre filmé en mangeant sa pizza, ce pourrait être un sacré coup marketing : "pour une pizza, vous êtes filmé gratuitement entrain de cracher le noyau de votre olive noire. Des caméras... Voici donc la seule réponse d'une majorité qui finalement cède aux sirènes des plus sécuritaires. A part ça, l'épicerie de la rue Joffre a fermé et il n'y a plus de problème d'attroupement dans la rue.... Le problème est un peu plus bas, place Foch. Faut-il aussi que tous les commerces de cette place ferme pour résoudre le problème. Heureusement, il y aura des caméras là aussi.

Au centre administratif, pile-poile devant la terrasse de la Scala, souriez vous êtes filmé en mangeant !

Au centre administratif, pile-poile devant la terrasse de la Scala, souriez vous êtes filmé en mangeant !

Comme le dit le maire-adjoint du Partui de gauche, Gérard Massicard : "Ce n'est pas parce qu'on est de gauche qu'il faut que ce soit le bordel".

Place Gabriel-Péri, deux caméras installées à la demande de la police nationale.

Place Gabriel-Péri, deux caméras installées à la demande de la police nationale.

Coût de la chose : 30.000 euros tout de même mais si le citoyen se sent protégé, ça n'a pas de prix.

Place Foch, en bas de la rue Maréchal-Joffre.

Place Foch, en bas de la rue Maréchal-Joffre.

La vidéoprotection est un outil du contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance. Les objectifs poursuivis sont de prévenir l'atteinte aux personnes et aux biens, d'augmenter le sentiment de sécurité et de sécuriser les espaces publics. Soucieux d'aller au delà des garanties prévues par le législateur, de renforcer la transparence autour de la mise en place et du fonctionnement de cet outil, et afin de concilier sécurité des citoyens et
respect des libertés publiques et privées, il est proposé de créer un Comité qui prendra la forme d'une commission extra municipale. Il sera composé d'élus, de personnalités qualifiées représentant le monde du droit, de l'économie, de représentants de la société civile et présidé par le Maire ou son représentant.
Ses missions :
- Veiller au delà du respect des obligations légales à ce que le système mis en place ne porte
pas atteinte aux libertés publiques et privées fondamentales,
- Formuler des recommandations au Maire sur les conditions de fonctionnement du système
et son impact,
- Emettre un rapport annuel sur les conditions de fonctionnement du système.
Rythme de réunion :
- une fois par semestre ou plus si besoin.

En application de l’article L.2121-21 du code général des collectivités territoriales, le Conseil municipal peut décider, à l’unanimité, de ne pas procéder à un vote au scrutin secret pour cette désignation.

Il est proposé au Conseil municipal :
- d'approuver la création d'un comité d'éthique,

- d'arrêter la composition de ce comité au minimum à :
- trois élus de la majorité municipale,
- un élu de l'opposition municipale,
- le Sous Préfet ou son représentant,
- le Procureur ou son représentant,
- un représentant de l'association des commerçants,
- un représentant du conseil de quartier centre ville,
- le délégataire du service public transport,
- un représentant d'une association de protection des libertés publiques.

Rue Maréchal-Joffre, au-dessus de l'agence France-Loire.

Rue Maréchal-Joffre, au-dessus de l'agence France-Loire.

Les commerçants de Vierzon n'auraient donc besoin que de caméras de surveillance, de policiers et de répression. C'est tout ! Voilà le bonheur commercial résumé en trois points, si l'on se réfère à la presse locale rendant compte de la réunion d'information des commerçants organisée par la ville et la Sem-Territoria, jeudi 12 juin, au centre des congrès. Les pas-de-porte vides, les rues pourries, les trottoirs inhospitaliers, les transferts destinés à vider un quartier pour en remplir un autre, tout ça, peanuts ! Les commerçants ne réclament pas des clients supplémentaires mais des solutions pour que des importuns ne fassent pas fuir ceux qui restent ! "C'est Chicago, faudrait pas que ça devienne Badgad" : 20% de Front national à Vierzon, ça se sent.

Au-dessus de Tel anc Com, à l'angle de l'avenue de la République et de la place Foch.
Au-dessus de Tel anc Com, à l'angle de l'avenue de la République et de la place Foch.

Au-dessus de Tel anc Com, à l'angle de l'avenue de la République et de la place Foch.

Pour éviter que la came erre,
On installe des caméras,
Et loin de leur regard de verre
Nous dirons tous, la came erra.

De conscience, c'est un cas, maire,
Adjoints, ceux qui votent ou pas,
Tant d'euros pour filmer nos mères
Nos pères, nos fils, pas à pas.

Pas de surveillance, mon frère !
Mais de la protection, mon gars.
En cas de surin dans l'artère
La pellicule parlera.

Tu seras étendu, austère,
Ton existence coulera,
Mais ton dernier soupir, sur terre,
Est dédié à la caméra.

Toi qui n'en faisais pas mystère,
Rêvant de devenir acteur,
On te permettra de le faire
Sous le regard de Big Brother.

Caméras de vidéo-surveillance : et les questions éthiques, qui les posent ? Personne ?

Vous avez remarqué ? Personne ne hurle contre l'atteinte à la liberté individuelle que représentent les caméras de surveillance ? Plus un intellectuel (à croire que Vierzon en est dépourvu), ne s'insurge contre l'abolition du dernier carré de notre liberté à circuler (librement) dans les rues de Vierzon sans être filmés ? Etonnant, non ? Que la droite ne réagisse pas, c'est normal. A Vierzon, la droite n'existe pas. Mais la gauche, la gauche humaniste, celle qui défend l'opprimé contre le comprimé, celle qui est censée bâtir le modèle d'une nouvelle société où l'humain y est sacralisé ? Vous ne trouvez pas cela suspect, ce manque de réaction ? Pire, tout le monde applaudit !
Chouette, des caméras, on aura enfin la paix . Comme le bowling, chouette, un bowling, Vierzon va revivre ! Fascinant ce silence. Pourtant, à Vierzon, entre les forums alternatifs, les cafés repaires dans lesquels on casse la technologie et où même le portable est érigé en suppôt de Satan, pas une voix pour s'élever contre la toute-puissance de la caméra de vidéo-surveillance. Remarquez, à Vierzon, les écolos sont pour un centre routier qui détruit un pré ! Qui verra les images ? Où iront-elles ? Seront-elles stockées ? Si oui, où ? Combien de temps ? Qui les détruira ? Autant de questions qui seront éludées lors du prochain conseil municipal alors qu'il faudrait écrire une charte éthique capable, dans la mesure du possible, de répondre à toutes les questions qu'on se pose.
Au lieu de cela, benoîtement, moutonnement, on va s'en aller voter 30.000 euros de budget (dont 10.000 subventionnés) pour que la ville de Vierzon installe des caméras dans quelques rues. Et alors ? Le trafic ira dans une autre ! Faut-il des caméras pour combattre des scooters dans les rues piétonnes ? Ridicule ! Faut-il des caméras pour arrêter les trafics de stupéfiants ? La ville de Bourges en est farcie (de caméras), y-a-t-il moins de trafics ? Ils se font à l'abri des caméras...
Est-ce prendre le Vierzonnais pour un niais (VierzonNiais) ou un naïfs, VierzonNaïfs) que de lui faire croire que des caméras vont changer les choses ? Rassurer ? Peut-être... Mais quelle sera la portée des caméras ? Seront-elles fixes ou mobiles ? Sera-t-il possible de faire des gros plans ? Qui répondra à ces questions ? Il parait, chers citoyens, que la courgette fait fuir les dealers. Et que la citrouille, de taille modeste, empêche les scooters de rouler dans les rues piétonnes. Bien sûr, vous ne le croyez pas. Comme il est stupide de croire que la vidéo-surveillance règlera les problèmes sociaux, urbanistiques... Souriez, vous êtes filmés et en plus, c'est avec votre argent !

Vidéo-surveillance : une hypocrisie affligeante et un cinglant constat d'échec

Voilà que nos élus de gauche et de la gauche de la gauche jouent avec les mots pour faire passer la pilule de la vidéo-surveillance. On se rassure comme on peut avec la sémantique qui montre à quel point la gauche vierzonnaise, surtout communiste et Front de gauche, est mal à l'aise avec la décision prise jeudi soir 9 octobre au conseil municipale. La preuve : Philippe Brée et Céline Millerioux (Front de gauche) ont voté contre. Fichtre, des frondeurs au Front de gauche ! Ralida Ferras et Franck Michoux, deux adjoints, se sont abstenus. Franck Michoux, pourtant très proche de Nicolas Sansu, semble être l'un des rares élus communistes à être fidèle à ses convictions, sans arrière-pensé électorale. Deux autres conseillers municipaux de la majorité se sont abstenus.

"On est passé du concept de surveillance à celui de protection" ose une conseillère municipale de la majorité, proche du P.C. Mais quelle hypocrisie ! Quelle affligeante hypocrisie. Comme si pour protéger les citoyens, le système ne devait pas d'abord les surveiller... Ah ça picote la réalité de la vie, non ? C'est différent que de voter des sommes somptuaires pour un bowling privé ou une salle de concert onéreuse, une animation de Noël ou un catalogue de producteurs pour des spectacles d'été. Ou de claquer des doigts pour acheter une ancienne église.

C'est difficile d'aller contre ses convictions pour rassurer les électeurs qui penchent de plus en plus du côté du Front national, qui lui, applaudit des deux mains à la vidéo-surveillance ! S'il existe une différence entre le Front national et la majorité vierzonnaise, c'est le terme : surveillance d'un côté, protection de l'autre. La gauche caresse la vidéo-protection, dans ce qu'elle a de faussement rassurant et d'hypocrite. Le Front national adore la vidéo-surveillance, dans ce qu'elle a de populiste. Les deux se rejoignent.

Car faire croire aux Vierzonnais qu'on les protège avec des caméras, c'est comme faire croire que la Sem-Territoria peut remplir les locaux vides de commerces sans un sou en caisse et que le Noël à Vierzon est un événement culturel que le monde entier nous envie. Ce qui est triste, là encore, c'est que la majorité, une fois de plus, incrimine les pouvoirs publics pour mieux nier ses propres responsabilités et elle ne fait aucune introspection. En aucun cas, elle s'interroge sur la nécessité d'aborder une philosophie nouvelle, à cette ville, plutôt que d'épuiser les idéologies en cours, jusqu'à l'outrance.

Quel urbanisme pour le Forum république ? Quel urbanisme pour le centre-ville ? Rien à ce sujet car hormis engager des fonds publics dans des projets non prioritaires (bowling, église Saint-Eloi, auditoirum, centre routier...), cette majorité n'a aucune réflexion sur le bien-être des citoyens, des habitants, sur l'embellissement du centre-ville, son rapport à une urbanité douce, son rapport à la douceur de vivre, de circuler. En matière de grands travaux, la ville a des projets de riches avec des problèmes de pauvres. La conclusion de l'adoption de la vidéo-surveillance/protection est avant tout un constat d'échec de la réflexion politique réduite à sa portion congrue.

On cède au populisme et à l’irrationalité philosophique pour ne pas perdre de terrain vis-à-vis d'autres groupes politiques, le F.N en l’occurrence. Tout en étant dans l'incapacité de réformer en profondeur cette ville, sans être obligé d'engager des millions d'euros pour caresser l'égo de quelques élus en dehors de toute réalité citoyenne vierzonnaise. Les cinq caméras ne sont pas seulement cinq caméras dans la ville, mais un basculement dans la facilité. Cette ville est résolument condamnée à n'être que l'ombre d'elle même, terreau de tous les votes extrêmes; Le fait que les médias multiplient leur descente à Vierzon pour montrer qu'elle est le noeud de tous les problèmes du moment, n'émeut même pas la majorité. Elle n'éprouve pas le désir de changer les choses, d'inverser le cap. A croire que cette situation arrange la municipalité qui peut ensuite faire son lit électoral dans les draps sales de cette image négative.

Sauf que si cette image ne la dérange pas, elle gêne le citoyen vierzonnais qui attend plus que de nourrir des carrières politiques à des élus qui, évidemment, en marchant sur les trottoirs d'autres villes que la leur, ne se rendent plus compte à quel point les leurs, ceux qu'ils administrent, sont dans un état déplorable. Et c'est beaucoup moins noble évidemment, de ramener la fonction d'élu de la majorité à la gestion des affaires courantes plutôt qu'à l'organisation de débats stériles servant à nourrir des ambitions de partis et des ambitions personnelles. Mettre des caméras, c'est plus simple que de réfléchir. sans doute que les élus ont cette certitude, qu'il n'y a pas besoin de réfléchir, pour voter à Vierzon. C'est mieux de le penser, surtout pour la majorité actuelle.

Pour 30.000 euros, la ville de Vierzon vous rassure !

On s'amuse quand même à Vierzon ! Ce qui est moins drôle, c'est que c'est sur le dos du contribuable. Ce "sentiment d'insécurité" qui prend au ventre le centre-ville vient d'obliger la majorité de gauche à prendre la décision d'installer des caméras de vidéo-surveillance. Et ça, la gauche de la gauche, elle n'aime pas les caméras. Ca fait ville de droite dure, limite ville d'extrême-droite. mais elle le fait quand même car si elle ne le fait pas, elle sait qu'elle perdra des plumes électorales. Elle n'aime tellement pas ça que le maire de Vierzon installe des caméras mais à réculons, voyez. La preuve en mots, dans la presse locale : "On aurait préféré ne pas en avoir..." Sous-entendu des caméras. Mais voilà.

Le trouillomètre à zéro, les habitants du centre-ville et les commerçants sont persuadés que de bonnes vieilles caméras vont chasser le dealer de shit et le délinquant de base sur son scooter (payé par la mairie comme le prétend la rumeur démentie par la mairie qui du coup donne du sens à la rumeur....) qui fait du bruit dans les rues piétonnes ! Mais, comme dirait le maire, "ça rassure". Vous avez les chocotes ? Le maire est là pour vous rassurer à coup de trente mille euros. Vous ne pouvez pas dormir la nuit ? La mairie vous rassure et viendra vous chanter de doux chants pour 30.000 euros. Ah ben oui, le luxe ça se paye. Vous n'aimez pas monter dans un ascenseur, la mairie viendra vous rassurer et vous hissera dans les étages avec une chaise à porteur. Comme le dit notre bon maire, "on ne peut pas accepter que quelques bandes créent un sentiment d'insécurité". C'est ce que le contribuable pense tous les jours : "on ne peut pas accepter que quelques bandes (d'élus) créent un sentiment d'insécurité (économique)." Surtout évitez de pleurer de payer trop d'impôt, la ville va vous faire taxer pour les mouchoirs en papier. Mouchez vous dans votre pull, ce n'est pas élégant mais ça coûtera moins cher. "On aurait préféré ne pas en avoir..." Mais voilà....

Caméras : Vierzon est déjà sous surveillance

En fait, pas besoin de vidéo-protection à Vierzon. La partie communiste de la majorité peut soupirer : elle qui n'a pas envie, contrairement à la partie socialiste de la majorité, d'installer des caméras de télésurveillance à Vierzon, peut soupirer. Vierzonitude a trouvé la solution. Car si l'on y regarde de plus près, les caméras de télévision font très bien leur boulot. En juin, c'est M6 qui plante ses banderilles dans le flanc de Vierzon. Le reportage de Capital, sur M6, est assassin pour la ville et son commerce. Cela déclenche une broncha des commerçants de la rue Joffre qui entendent à la télé que leur rue est sacrifiée au profit de l'avenue de la République. Du coup, les caméras de surveillance de M6 ont très bien fait leur boulot : ils ont montré à tous les Vierzonnais ce qui se tramaient en douce dans leur dos. Le reportage a été suivi d'une explication de texte entre élus et commerçants, suivi d'une réunion morphinique au centre des congrès afin d'endormir tout le monde pour que finalement, il ne se passe plus rien.

En septembre, ce sont les caméras de D8 qui sont venues, en cachette, à la sous-préfecture de Vierzon, montrer l'état d'endormissent de la maison de l'Etat, où il ne se passe plus rien, si ce n'est l'espoir que cela continue le plus longtemps possible. Là encore, les caméras de surveillance de D8 ont très bien fait leur boulot, montrant aux Vierzonnais la face caché de la sous-préfecture où le contribuable paye un sous-préfet qui s'occupe de... huit fonctionnaires au lieu de vingt-deux lorsque la sous-préfecture tournait à pleine puissance.

L'idée est simple : laissez les caméras de télévision tourner à Vierzon. Et vous verrez que ce genre de télésurveillance journalistique, en plus de la télésurveillance citoyenne, permettra de lever des lièvres plus importants que le menu fretin qui picole et fume des joints sur la voie publique. Cela fera une économie importante des deniers publics et tant que Vierzon prêtera le flanc aux médias avec ses mauvais exemples, pas besoin de caméras.

Sans compter que la presse nationale n'oublie pas non plus de faire son boulot : on apprend régulièrement dans Le Monde, des choses importants sur notre ville : le nombre de demandeurs d'emplois par agent Pôle emploi; le fait que notre député, copain avec le P.S à Vierzon est un opposant au P.S à Paris. Tout ce que l'on n'apprendrait pas avec des caméras de surveillance sur la voie publique.

Voici où sont les dix caméras de vidéo-protection de Vierzon
Voici où sont les dix caméras de vidéo-protection de Vierzon
Voici où sont les dix caméras de vidéo-protection de Vierzon
Voici où sont les dix caméras de vidéo-protection de Vierzon
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

visiteur 12/06/2015 16:01

Les caméras de vidéo-protection ne sont pas la tasse de thé de Nicolas Sansu, à ce qu’il disait.

C’est pourquoi, hormis les deux de la place G.Péri, elles ont toutes été installées à moins de 150m de l’office du tourisme. Pour faire place nette, je suppose.

lignelet andre 07/04/2016 18:32

pourquoi les camera au dessus du batiment france loire ne sont elles pas connectees

Archives

Articles récents