Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Dites-nous comment reconnaître au premier coup d'oeil un chrétien d'un mécréant ?

Publié par vierzonitude sur 9 Septembre 2015, 08:43am

Dites-nous comment reconnaître au premier coup d'oeil un chrétien d'un mécréant ?

Certains maires veulent bien accueillir des réfugiés à condition qu'ils soient chrétiens. Une solidarité à la carte qui en dehors du nombre, du quota, prend aussi en compte la religion maintenant. Pour un pays laïc et pour des élus de la République, on croit rêver. Même l'église (apparemment) ne s'est pas amusée à ce genre de distinction pour accueillir des réfugiés dans chaque paroisse.
Mais au fait, comment reconnaît-on, au premier coup d'oeil, un chérien d'un mécréant ? C'est marqué où ? Où se trouve l'étiquette ? Faut-il se fier au parfum d'eau bénite ? A la croix au bout d'une chaîne ? A sa capacité de réciter trois Pater et cinq Avé sans respirer ? Ou à murmurer une messe en latin ?
Voilà une étrange considération que la religion dans la prise en compte d'une situation d'urgence. Car celle-ci est censée ne pas se voir, non ? Ou faudra-t-il, sur ses papiers d'identité, bientôt, précsier sa religion ou son athéisme ? Comment les maires qui ne veulent accueillir que des chrétiens, même si on comprend que ceux d'Orient sont particulièrement persécutés, seront sûrs des gens qu'ils accueillent ? Quels tests d'aptitude va-t-on leur faire passer aux réfugiés, déjà éprouvés d'une fuite, d'un long voyage, d'un déracinement et d'une vie les pieds dans la guerre ? C'est bouleversant tout ça, non ? Bientôt des maires ne voudront recevoir que des réfugiés de moins d'un mètre soixante dix, d'autres que des femmes ou des enfants. Seulement des médecins ou des boulangers, des charcutiers et des cafetiers. Si quelqu'un peut nous éclairer sur cetet capacité à distinguer un chértien d 'un autre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Est-il en notre temps rien de plus odieux<br /> De plus désespérant, que de n'pas croire en Dieu ?<br /> <br /> J'voudrais avoir la foi, la foi d'mon charbonnier<br /> Qui est heureux comme un pape et con comme un panier<br /> <br /> Mon voisin du dessus, un certain Blais' Pascal<br /> M'a gentiment donné ce conseil amical<br /> <br /> " Mettez-vous à genoux, priez et implorez<br /> Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez "<br /> <br /> J'me mis à débiter, les rotules à terr'<br /> Tous les Ave Maria, tous les Pater Noster<br /> <br /> Dans les rues, les cafés, les trains, les autobus<br /> Tous les de profundis, tous les morpionibus<br /> <br /> Sur ces entrefait's-là, trouvant dans les orties<br /> Un' soutane à ma taill', je m'en suis travesti<br /> <br /> Et, tonsuré de frais, ma guitare à la main<br /> Vers la foi salvatric' je me mis en chemin<br /> <br /> J'tombai sur un boisseau d'punais's de sacristie<br /> Me prenant pour un autre, en ch?ur, elles m'ont dit<br /> <br /> " Mon pèr', chantez-nous donc quelque refrain sacré<br /> Quelque sainte chanson dont vous avez l'secret "<br /> <br /> Grattant avec ferveur les cordes sous mes doigts<br /> <br /> J'entonnai "le Gorille" avec "Putain de toi"<br /> <br /> Criant à l'imposteur, au traître, au papelard<br /> Ell's veul'nt me fair' subir le supplic' d'Abélard<br /> <br /> Je vais grossir les rangs des muets du sérail<br /> Les bell's ne viendront plus se pendre à mon poitrail<br /> <br /> Grâce à ma voix coupée j'aurai la plac' de choix<br /> Au milieu des petits chanteurs à la croix d'bois<br /> <br /> Attirée par le bruit, un' dam' de Charité<br /> Leur dit : " Que faites-vous ? Malheureus's arrêtez<br /> <br /> Y a tant d'homm's aujourd'hui qui ont un penchant pervers<br /> A prendre obstinément Cupidon à l'envers<br /> <br /> Tant d'hommes dépourvus de leurs virils appas<br /> A ceux qu'en ont encor' ne les enlevons pas "<br /> <br /> Ces arguments massue firent un' grosse impression<br /> On me laissa partir avec des ovations<br /> <br /> Mais, su'l'chemin du ciel, je n'ferai plus un pas<br /> La foi viendra d'ell'-même ou ell' ne viendra pas<br /> <br /> Je n'ai jamais tué, jamais violé non plus<br /> Y a déjà quelque temps que je ne vole plus<br /> <br /> Si l'Eternel existe, en fin de compte, il voit<br /> Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi<br /> <br /> "Le Mecreant"GEORGES
Répondre

Archives

Articles récents