Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Depuis quand le député-maire de Vierzon est-il aussi président de la communauté de communes ?

Publié par vierzonitude sur 6 Octobre 2015, 20:17pm

Depuis quand le député-maire de Vierzon est-il aussi président de la communauté de communes ?

Si ce n'est pas de l'opportunisme politique, du m'as-tu-vu et de la gesticulation devant la presse, qu'est-ce que c'est ? Depuis quand le maire de Vierzon cumule-t-il avec son mandat de député celui de président de la communauté de communes de Vierzon ? Pourquoi est-ce lui que l'on voit pîvoter auprès du maire de Bourges, Pascal Blanc, lui président cumulard de l'Agglo ? Voilà comment se dresse le portrait de la démocratie en pays vierzonnais : "je suis le maire de tout, le député de tout et j'ordonne qu'on se marie avec Bourges." La preuve, explique le maire de Vierzon : "François Dimon, président de la communauté de communes de Vierzon est d'accord !" Alors, pourquoi n'est-ce pas lui qui est venu le dire ? Tout simplement parce que la lumière médiatique est bénéfique à une tête de liste aux élections régionales qui, non content de voter avec le Front national et la droite contre le gouvernement socialiste (au conseil municipal et à l'Assemblée nationale) va se frotter à la droite locale pour marier Vierzon avec Bourges. Tout ça pour quel bénéfice ? Pourquoi le maire de Vierzon, désormais président de la communauté de communes, n'a-t-il pas évoqué ce projet lors du dernier conseil communautaire ? Tout simplement parce qu'il veut à la fois que le P.S mange son chapeau et que le sénateur Rémy Pointereau, de droite, le mange aussi, l'obligeant à s'accoupler avec Vierzon. C'est de l'opportunisme politique. Qu'y gagneront les citoyens de Vierzon à naviguer dans une Agglo de 170.000 habitants ? Rien si ce n'est faire croire que Vierzon ressemble à Bourges et vice-versa. Sur ce plan-là, le député P.S, Yann Galut a vite compris le piège à la fois politique, sémantique et idéologique. D'ailleurs, comme Vierzonitude, Yann Galut compare ce mariage à celui de la carpe et du lapin.
Ce n'est qu'une entourloupe de plus. Comment croire à l'efficacité d'une Agglo de 170.000 habitants dans laquelle Bourges sera toute puissante ? Vierzon et le P.C ont toujours eu un complexe d'infériorité face à Vierzon. Et si les deux villrs se marient, c'est parce que le P.C sait trop bien qu'il pourra glaner des postes d'importance dans la future Agglo. Il y a encore des copains à caser. Cette chance historique que mettent en avant les deux élus curieusement d'accord, n'est qu'une chance pour eux. Les citoyens, une fois de plus, constatent que la démocratie est encore piétinée par la petite bourgeoisie politique du cru.

Le rapprochement est pour le moins inattendu dans le paysage politique et administratif du département du Cher : Nicolas Sansu, député maire communiste de Vierzon, et son collègue Pascal Blanc, premier magistrat UDI de Bourges, viennent de proposer d’unir leurs intercommunalités au sein d’une seule et même agglomération. Les deux élus ont mis cette proposition sur la table à l’occasion de la présentation, le 3 octobre dernier, du projet de schéma départemental de l’intercommunalité par la préfète Marie-Christine Dokhélar, un document jugé trop « timide », voire « petit bras » par les deux élus.
Vierzon et Bourges voient en effet d’un mauvais œil ce schéma qui se contente de rapprocher entre elles les petites communautés de communes qui ne satisfont plus aux critères démographiques de la loi, et notamment les deux territoires qui les séparent – les communautés de communes de Terres d’Yèvres et Vals de Cher et d’Arnon. « On n’est pas de la même famille politique. Mais pour Nicolas Sansu comme pour moi, en rester là serait une occasion manquée. L’enjeu, c’est l’avenir du département. A l’heure où tout le monde ne jure que par les métropoles, seule une agglomération forte permettra d’avoir un département fort », martèle Pascal Blanc.
Un nouveau pôle d’équilibre régional
Pour l’instant, c’est loin d’être le cas. Bourges et sa communauté d’agglomération comptent 100.000 personnes. De son côté Vierzon et sa communauté de communes réunissent 32.000 habitants, dont plus de 80% vivent dans la ville centre. « Nous expliquons depuis des années qu’il faut travailler avec les territoires qui nous entourent, Bourges, bien sûr, mais aussi Châteauroux. Et on n’y arrive pas. Là c’est l’occasion de formaliser les choses clairement avec Bourges, et on fait tout le contraire. Nous en voulons à l’Etat qui ne prend pas ses responsabilités », s’emporte Nicolas Sansu.
Distantes d’une trentaine de kilomètres, la préfecture du Cher et la ville ouvrière de Vierzon veulent constituer « un troisième pôle d’équilibre régional » en région Centre-Val de Loire après Orléans et Tours. Au-delà de leur proximité géographique, elles font valoir des atouts complémentaires : l’industrie de l’armement pour Bourges avec un réseau dense de PME tout autour, un nœud autoroutier et ferroviaire pour Vierzon. Le nouveau territoire regrouperait 150.000 à 170.000 habitants, en incluant les deux communautés de communes qui les séparent, soit plus de la moitié de la population du département.
Mais cela ne semble pas du goût des territoires concernés, notamment la petite commune de Mehun-sur-Yèvre qui n’a aucune envie de s’allier avec l’une ou l’autre de ses grandes voisines. D’autres, comme le député PS du Cher Yann Galut, dénoncent une logique égoïste qui entraînera « la mort » des territoires excentrés. Pour faire valoir leur point de vue, Nicolas Sansu et Pascal Blanc, qui ont adressé un courrier commun à la préfète, vont devoir s’atteler à convaincre les récalcitrants. Mais il va leur falloir aller vite. Le schéma doit être arrêté par l’Etat au 31 mars 2016, puis entériné par les élus pour une entrée en vigueur en 2017.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CoCo Hérent 08/10/2015 13:05

Justement, en terme d'enjeux, je pense que les enjeux ne sont pas que politiques...

Une agglo a des compétences limitées, elle n'est pas obligée de gérer toutes les domaines, ni dans un domaine, gérer tout de A à Z.

Elle peut par exemple gérer de grand équipements culturels (une antenne de la maison de la culture à Vierzon ou au moins des échanges forts entre la MACU et le Mac Nab, ça ne vous semblerait pas intéressant ?), les zones d'activités économiques, pour éviter qu'on se retrouve avec des zones aux 3/4 vides dans chaque commune qui aura voulu SA zone, le tourisme, pour que le projet de canal de berry à vélo puisse enfin se réaliser...

Au delà des enjeux liés à création d'une grande agglo, il y aussi la question du qu'est ce qu'on fait s'il n'y a pas de grande agglo ???

On met en place le schéma proposé par la préfète ? C'est à dire que 3 communautés de communes, séparée de moins de 30 km, vont continuer de mener chacun leur propre politique dans leur coin. Que trois des principales Villes du Cher, pourtant voisines, vont continuer de s'ignorer et faire en sorte d'ignorer que leurs sorts est inévitablement liées ?

Si la création d'une grande agglo n'est pas la panacée, il faut se demander, quelle alternative ?????

Je pense qu'il y a d'autres solutions qu'une grande agglo, mais là, il faut bien se rendre compte que la situation actuelle, ou chacun travaille dans son coin sans parler aux autres, sera renforcée par la proposition de la préfète, et cela conduira à coup sur à l'enterrement de toutes perspectives de développement de notre département.

Dire que Méreau ne travaille pas avec Vierzon, que Mehun ne travaille pas avec Quincy, que Sainte-Thorette ne travaille pas avec Mehun ou bourges, c'est une abérration totale sur le plan de la gestion intelligente de notre territoire et de ses ressources, et des services qu'on rend aux habitants.

James Debah 07/10/2015 09:31

Dans les faits, le nombre de vice président est limitée par la loi à 15 pour un EPCI.

40 communes dans 1 EPCI = 1 président + 15 VP max
40 communes dans 3 EPCI = 3 présidents + 45 VP max

CQFD....

anonyme 07/10/2015 08:13

qui dit intercommunalité dit vices presidebts donc 40 communes c'est 40 vice president à 2500€ par mois
et où ira t on checher cet argent?
dans notre poche evidement , les impots vont donc encore augmenter alors non non et non

coco errant 07/10/2015 08:03

Et M. Duffouré, sur votre exemple, je peux vous affirmer que 'europe a largement contribué a l'amelioration de la situation du portugal, de l'espagne, de l'italie, de la grece....etc

Les fond structurels etaient une chance pour developper les infrastrictures indispensable a l'economie de ces pays. Il appartiendra aux communes rurales de negocier ces memes appuis pour leur develppement.

Analyser le projet europeen au regard de ses default des 10 dernieres années, c'est oublier tout le bien qu'il a apporté, y compris a la France.

Léon DUFFOURRE 07/10/2015 20:17

Impérialisme américain ? C'est la phrase type d'une certaine époque froide. Vous êtes un noyauteur errant sur Vierzonitude ? Chassez le naturel, il revient au galop. Ce sera ma dernière réponse. Libre à vous d'errer seul dans le passé car il y a longtemps que l'impérialisme a changé de bord. Mais certains ne l'ont pas encore compris. Ciao !

Coco Errant 07/10/2015 15:56

Entre celui qui dit clairement ce qu'il pense et celui qui cherche Kennedy dans le Vierzonnais, je ne sais pas qui a un niveau d'analyse supérieur...

Dommage que votre capacité d'analyse supérieur ne vous permette pas de croire en un projet qui à l'échelle locale et toutes proportions gardés pourrait porté en lui autant de révolutions que n'en a porté la création de l'Union Européenne.

Vous attendez quelque chose et quand on vous le propose, vous le refusez parce que ce n'est pas Kennedy qui le propose.. heureusement que le reste du monde n'a pas craché sur la conquête de la lune car au service de l’impérialisme américain comme vous rejetez ce projet au service des intérêts politiques supposés de ces 2 maires

Léon DUFFOURRE 07/10/2015 10:22

Coco Errant, il ne faut pas vous précipiter sur une interprétation de premier degré des commentaires sinon vous risquez d’errer sur un marais d’incompréhension.
Je ne suis pas contre le projet ni contre les projets en général. Sans projet, l’humanité n’est plus rien. Un exemple : Kennedy avait offert aux Américains le projet de déposer un homme sur la lune en quelques années. Ce projet a fait rêver un peuple tout entier et des milliards de Terriens avec lui. Et quel essor il a permis ! Si nous pouvons correspondre aujourd’hui par internet, c’est parce que la conquête spatiale a nécessité l’avènement de l’informatique et la recherche électronique. Voilà ce que j’appelle un géant de la politique. Un humain capable de faire rêver le monde entier dans un projet d’envergure. Vous en connaissez, actuellement, des dirigeants capables de tenir ce rôle ? Moi, non, je ne vois que de petits « Sans dents politiques » incapables d’imaginer et de porter un projet d’envergure. Leur unique projet est de gagner une place aux élections et ensuite de suivre les courbes barométriques des sondages.
J’ai été un fervent défenseur de l’Europe. Mais qu’est-elle devenue ? Un outil permettant la suprématie d’un pays sur les 26 autres en leur imposant sa vision ultra libérale de l’économie au mépris des citoyens et de l’humanisme.
Vous dites : ---Hitler---que dire ? Mais il a existé et ce n’est pas un détail de l’Histoire mondiale. Et si je prends l’exemple de la Coccinelle, c’est parce que Volkswagen, 2ème groupe mondial de construction automobile, apparait comme un groupe malhonnête et tricheur alors qu’il fait partie de ce pays qui veut régenter toute l’Europe et lui donner en permanence des leçons de bonne conduite. Quand je vois à Vierzon, depuis quelques années, la prolifération du nombre de voitures allemandes alors que les usines françaises tournent au ralenti et que le chômage atteint des niveaux records, alors, oui, j’ai envie de pousser un coup de gueule, au risque de choquer, parce que j’aime la France. Et savez-vous où est fabriquée la Coccinelle actuelle ? Au Brésil. Et pensez-vous que les revenus et les retraites des acheteurs français sont financés par les Allemands et les Brésiliens ? Le Brésil nous a-t-il acheté des Rafales ?
Vous dites : ---pris isolément des hommes. Je suis entièrement d’accord avec vous car c’est bien ce que je critique, c’est l’utilisation d’un projet au profit d’un gain politique, électoral ou personnel au détriment des populations et l’absence de consultation et de participation des citoyens.
Lire entre les lignes et accéder à un niveau supérieur d’analyse d’un texte, ça s’appelle comment---- ?

coco errant 07/10/2015 07:59

M. DUFOURRE, prendre l'exemple d'Hitler .... que dire ? Si ce n'est qu'au final, la coccinelle était une bonne voiture qui continue d'etre apprécié. Finalement la logique est la meme, derriere les hommes, aussi criticables qui peuvent l'etre, il y a des projets, et le projet de coccinelle n'etait pas critiquable en soi, il me semble du moins, le projet de fusion me semble aller dans le bon sens.

Devenir l'homme le plus puissant du berry ? Mais le berry n'est plus grand chose aujourd'hui a l'echelle de l'europe, de la France, et le risque est de devenir plus grand chose a l'echelle de la region.

Le projet de fusion, pris isolement des hommes, me parait etre une bonne chose. Il est peut etre un peu tot pr la realiser, mais elle me semble etre l'objectif final a atteindre, et autant l'avoir tout de esuite en tete.

Coco Errant 06/10/2015 11:13

Je suis déçu par ces réactions de replis sur toi.
Bourges n'est pas l'ennemi de Vierzon et Vierzon n'est pas l'ennermi de Bourges.
De la même façon que Vierzon n'est pas l'ennemi de Méreau et Bourges n'est pas l'ennemi de Sainte-Thorette.

Un service de transport en commun digne de ce nom entre Bourges-Mehun-Vierzon avec plusieurs A/R par jours , couplé à des services performants entre les communes rurales et ces trois pôles d'empois et de services ne peut être que bénéfique pour la population, autant pour les actifs, que pour les lycéens ou les retraités.

Qu'est ce qui différencie les habitants de Bourges, Vierzon , Mehun ??? et les entreprises de ces trois villes et de leurs bassins ? n'ont-ils pas tous intérêt à ce que on développe de façon coordonnées les services qu'on leur propose ? Ont-ils plus de points commun ou de différences ?

Il faut arrêter les batailles de clochers, l'avenir de notre département ne peut passer que par un travail beaucoup intense entre ses acteurs.

Si on veut penser à notre département, on pense à faire une équipe cohérente en exploitant et maximisant les atouts de chacun des joueurs/communes. Un grand joueur a besoin de ses coéquipiers pour donner son maximum, ses coéquipiers ont besoins d'un grand joueur pour gagner des matchs.

Arrêtons d'être individualiste !!!

vierzonitude 07/10/2015 18:51

Chacun voit midi à sa porte et sa réélection à son petit niveau. cette grande agghlo est un leurre. Comment justifier les frais d'infrastructure qui en découleront ? Comment entretenir une agglo qui va de Annoix à Nohant en Graçay ? Votre optimiste est admirable mais ce n'est pas parce que deux élus en guoguette propose une slution que tout le monde doit applaudir à tout rompre sans analyser les enjeux.

Coco Errant 07/10/2015 16:00

il peut être profitable aux citoyens s'il s'en saisissent, plutôt que s'il le rejettent.

Pour les habitants de Méreau et de Brinay, il est certain qu'il vaut mieux une grande agglo qui organise des transports en commun entre eux et Vierzon et Mehun puis entre Mehun et Vierzon et Bourges, plutôt qu'une interco du Luroy qui fasse des bras d'honneurs réguliers aux Vierzonnais...

L'intérêt politique de P. BLANC et N. SANSU me semble beaucoup plus correspondre à l'intérêt des habitants dans le cas présent que l'intérêt politique de R. POINTEREAU qui organise la division de notre territoire.

Léon DUFFOURRE 06/10/2015 16:01

Un exemple: à qui profite l'Europe, le mariage des 27 pays ? A l'Allemagne et à Angela Merkel qui est sacrée femme la plus puissante du monde. Angie Blanc pourra ainsi devenir l'homme le plus puissant du Berry. Et les Berruyers pourront nous inonder de programmes truqués tels que le financement de la Culture de Bourges sur le dos du contribuable Vierzonnais. Avec le scandale Volkswagen, on voit que les truquages sont d'autant plus effrontés qu'on est puissant. Pour la petite histoire, on dit que c'est Hitler lui même qui a dessiné la Coccinelle sur une nappe en papier lors d'un repas et l'a soumis à son constructeur, Ferdinand Porsche. Hitler voulait que Volkswagen soit une marque accessible à tous pour relancer l'économie allemande, d'où la Voiture du Peuple. En ce qui concerne le mariage entre Bourges et Vierzon, qui est le dessinateur et qui est le constructeur ?

vierzonitude 06/10/2015 11:15

Encore faut-il prouver que ce rapprochement destiné à créer un mastodonte soit profitable aux citoyens et pas seulement aux élus !

Archives

Articles récents