Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Les frondeurs s'essouflent enfin pas tous...

Publié par vierzonitude sur 17 Octobre 2015, 12:55pm

Les frondeurs s'essouflent enfin pas tous...

C'est marrant, Le Mone a choisi, comme photo, pour illustrer l'essouflement des frodneurs socialistes une photo de... Nicolas Sansu, député communiste de Vierzon aux côtés de Laurzent Baumel (déjà venu à Vierzon aux côtés du député-maire) et de Jean-Marc Germain. "La fronde n’est plus ce qu’elle était. Dans les prochains jours, alors que l’examen du projet de loi de finances pour 2016 se poursuivra à l’Assemblée nationale, on ne verra probablement pas ces quelques députés socialistes en désaccord avec la ligne économique du gouvernement arpenter la salle des Quatre-Colonnes pour faire valoir leur point de vue auprès des journalistes", lit on dans le Monde.

"Presque tous en témoignent : depuis quelque temps, l’ambiance au sein du groupe majoritaire s’est « apaisée ». Le vent de la fronde est retombé. Si le président du groupe socialiste, Bruno Le Roux, a tout de même préféré préciser récemment que, en cas de mutinerie, la question des investitures pour les législatives de 2017 « pourrait se poser », plus personne ou presque ne s’inquiète vraiment du vote final du budget."

En fait, le caillou dans la chaussure du P.S c'est... le FRont de gauche et son impétueux député-maire qui mène de front (de gauche), sa carrière de député, de maire de Vierzon, de tête de liste aux régionales sans vouloir être élu, de rapporteur de la commission d'enquête sur la baisse des dotations d'Etat et homme-troc à la télévision. Pas étonnant qu'il n'a pas le temps de voir les trous dans les rues de sa ville...

Très en pointe sur les actuels débats autour du budget 2016, cette agitation n'est pas non plus dénuée d'intérêt. Car le député-maire de Vierzon ne doit compter que sur son nom pour râtisser large aux élections régionales. Les écolos ont dit non à l'unin, le P.S part seul. Il doit à la fois critiquer ce qu'il faut le gouvernement socialiste pour rassurer les militants communistes et pas trop quand même pour ne pas se couper une union au second tour, c'est qu'il y a des copains à placer tout de même.

« On ne peut pas avoir deux débats en même temps, l’un en expliquant les différences entre la gauche et la droite dans l’optique des régionales et un autre en expliquant les différences entre la gauche et les frondeurs », défend Jean-Marc Germain, député proche de Martine Aubry qui s’était abstenu lors du vote du budget en 2014", lit-on encore dans Le Monde.

"Pour le député PS Laurent Baumel, le mouvement qu’il a contribué à lancer ne s’est donc pas tout à fait éteint. « La fin du quinquennat approchant, certains députés ressentent le besoin de défendre davantage des mesures auxquelles ils tiennent », assure au contraire l’élu d’Indre-et-Loire".

"Mais le principal objectif, celui d’infléchir profondément la ligne économique, est abandonné", dit encore Le Monde. Pas pour le député-maire de Vierzon qui peut dire merci au P.S, sans qui, finalement, il n'existerait que très peu. La preuve : le Front de gauche a d'ores et déjà annoncé qu'il ne voterait pas la loi de finances 2016. Côté socialistes : "Les 37 abstentions socialistes lors du projet de loi de finances de 2015 ne devraient plus être qu’un mauvais souvenir pour le gouvernement."

M. Sansu a dénoncé un procédé «scandaleux», tandis que Pouria Amirshahi (PS) a jugé «assez grave cette forme de mascarade, de déguisement démocratique qui consiste à s’arranger d’un vote que lorsqu’on est sûr de sa majorité».

Libération.

Alors que M. Sapin estimait que "ce n'était pas le débat", plusieurs députés, comme le socialiste Benoît Hamon, l'écologiste Eric Alauzet et le Front de Gauche Nicolas Sansu, ont rappelé que cette taxe élargie visait à obtenir des recettes supplémentaires pour financer la solidarité internationale, par exemple à l'égard des pays frontaliers de la Syrie accueillant des centaines de milliers de réfugiés.

Le Revenu

Dans l’hémicycle, le député Front de gauche Nicolas Sansu a échoué à faire supprimer cet article découlant à ses yeux de « l’idée erronée qui considère les seuils fiscaux et sociaux comme un frein à l’embauche ».

Les Echos.

Du côté gauche de l’hémicycle, Nicolas Sansu (Front de gauche) a aussi pointé avec vigueur les risques que cette baisse de dotation "fait peser sur notre croissance", jugeant que l’argument de la justice invoqué par le gouvernement "ne tient pas" au regard des avantages accordés aux entreprises.

M. Sansu a dénoncé un procédé "scandaleux", tandis que Pouria Amirshahi (PS) a jugé "assez grave cette forme de mascarade, de déguisement démocratique qui consiste à s’arranger d’un vote que lorsqu’on est sûr de sa majorité".

LCP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chat noir 19/10/2015 10:26

Elle n'est pas belle la danse de saingui avec les nantis et leurs petites place bien chaude au palais bourbon le bien nommé ? C'est plutôt la danse des faux cul de leurs intérêts immédiats et personnels, non ?

Archives

Articles récents