Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Mariage de Bourges et de Vierzon : autant unir la carpe et le lapin !

Publié par vierzonitude sur 5 Octobre 2015, 19:51pm

Mariage de Bourges et de Vierzon : autant unir la carpe et le lapin !

La photo vaut son pesant de peanuts salés : le maire de Bourges aux côtés du maire de Vierzon pour un vibrant plaidoyer intercommunal : comme c'est touchant. L'idée de marier l'intercommunalité vierzonnaise à celle de Bourges est tout sauf dénué d'intérêts politiques. Impossible que deux mammouths politiques, d'un côté le maire de Bourges et président de l'agglo, de l'autre le député-maire de Vierzon et candidat aux régionales, veuillent unir leurs territoires sans en tirer un intérêt politique. Les deux hommes ont une chose en commun : le cumul des mandats et la gourmandise de concentrer les pouvoirs dans leurs mimines. Marier Bourges et Vierzon, c'est unir la carpe et le lapin. On savait que le maire et député de Vierzon avait des intérêts politiques à se rapprocher de la droite (pétition contre la baisse des dotations d'Etat notamment) mais de là à marier Bourges et Vierzon... Du coup, le très conservateur sénateur de Lury-sur-Arnon, freine des quatre fers. Le président de la communauté de communes de Lury a trop peur de se faire siphonner par les Communistes ! Sa communauté de communes est en plein milieu avec celle de Mehun sur Yèvre ! Naîtrait donc une superpuissance politique Vierzono-berruyère. Pour faire quoi ? Comment ? On ne sait pas trop mais ça doit être intéressant. Quitte à être gros, autant être obèse. On imagine le mic-mac pour gérer politiquement ce machin. Car ne nous leurrons pas : ni le P.C ni la droite ne vont s'engager à une pax politica pour le seul bien du citoyen. Pour exister politiquement en temps d'élections régionales, notre candidat aux régionales serait prêt à marcher sur un fil au-dessus du canal de Berry. Quelle étrangeté que ce grand truc intercommunal dans le département du Cher qui écraserait avec ses gros sabots le reste du territoire. Tout ça pour bomber le torse face à l'Etat qui veut imposer ses vues, et comme l'Etat est socialiste, le maire de Bourges et de Vierzon, ont le beau rôle de vouloir sortir les crocs. Cette union intercommunale n'est ni plus ni moins de la poudre aux yeux et le citoyen aura tout à y perdre. Car évidemment, ce n'est pas pour les beaux yeux de la démocratie citoyenne que nos deux élus font préchi-précha mais pour conforter leur petit pouvoir exigu. Pourquoi ne faisons-nous pas du département une intercommunalité géante ? Quand les politiques marchent sur la tête c'est qu'ils sont soit aux abois, soit aux abois. Ce que l'on ne comprend pas c'est l'entêtement de l'Etat à ne pas vouloir marier Vierzon avec les villages de la forêt et Lury !

Mariage de Bourges et de Vierzon : autant unir la carpe et le lapin !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

REACTITUDE 06/10/2015 11:59

Allez hop au passage une petite fusion foot avec les clubs de Bourges (Bourges 18, Bourges Foot), une petite fusion rugby (SAV, Bourges XV) !!

Coco Errant 05/10/2015 19:40

L'entêtement de l'Etat à ne pas marier Vierzon avec Villages de la forêt et surtout avec Val de Cher Val d'Arnon n'a pour explication que tout l'obstination d'un sénateur, d'une petite commune du département, à empêcher cette union, qui serait bénéfique pour tout le monde.

Ce même sénateur maire qui a créée une maison surdimensionnée pour le Pays de Vierzon souhaite une intercommunalité surdimensionnée entre Massay, Lury et Mehun sur yèvre. Mais quoi de commun entre Massay, Lury et Mehun/yèvre si ce n'est leur volonté de ne pas unir leur force avec Vierzon et Bourges ??

A vrai dire, une agglo Bourges, Mehun, Vierzon aurait à mon sens beaucoup plus de pertinence qu'une interco Massay, Lury, Mehun.

Il faut bien se dire que notre développement ne passera que par le renforcement des coopérations territoriales, d'un point de vue quantitatif et qualitatif. Dans un monde ouvert à toutes les concurrences à l'échelle internationale comme aux echelles nationales et régionales, si on s'épuise à se battre avec nos voisins, plutôt qu'à chercher comment on peut être complémentaire avec lui, on court tout droit à notre perte.

Mais ça, certains élus de petites communes ne veulent pas le voir : ils préfèrent que le conseil communautaire de leurs EPCI soient le reflet de leurs parties de chasse du dimanche ou de leur repas du samedi soir plutôt qu'un conseil ou chaque sensibilité politique puisse s'exprimer.

Archives

Articles récents