Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Psychose : quand ça devient n'importe quoi

Publié par vierzonitude sur 20 Novembre 2015, 14:00pm

Psychose : quand ça devient n'importe quoi

Des détonations entendues dans le quartier du Tunnel-Château, un bus qui brûle sur le parking de la piscine, la Caf restée fermée une demi-heure... Et voilà comment la psychose s'installe dans un quartier de Vierzon, serpente et se régale sur les réseaux sociaux. A tel point que la mairie est obligée de lancer un appel au calme, sur sa page Facebook : "Restons calmes et vigilants! Non, il n'y a pas eu de perquisition cette nuit à Vierzon. Des bruits qui pourraient être assimilés à des coups de feu ont été entendu cette nuit entre 1h33 et 2h45 en centre-ville. Mais, à l'heure actuelle, la police a confirmé qu'il n'y avait pas eu de douilles ou d'étuis retrouvés.... Cela pourrait être autre chose que des tirs d'armes à feu (pétards,coups de barre de fer ?....) Il n'y a ni impact de balle sur aucun bâtiment, ni blessé... Ce qui confirmerait que certains s'attachent à faire monter la psychose. Ne leur donnons pas cette joie. Vigilants oui, mais restons calmes !"
Quelque chose ne tourne plus rond. Parce la peur, la crainte, la psychose, cet état fébrile une semaine après les attentats, ne nous permettent plus de discerner les faits avec objectivité. S'ajoute le plaisir de certains de surenchérir, d'être à la base de rumeurs de toutes sortes, et voilà comment tout s'amplifie, tout prend un écho différent. D'un simple regard à une tenue vestimentaire, d'une voiture stationnée à des rires gras, la réalité part en vrille. La ville de Vierzon a raison d'appeler au calme. Ajoutons qu'il faut aussi savoir se servir de son cerveau, prendre un peu de recul pour analyser la situation. La vigilance ne concerne pas uniquement le regard que l'on peut porter sur des situations qui, en ce jour particulier (une semaine après les attentats), peuvent revêtir une forme particulière, cette vigilance à la base de notre propre sécurité vaut aussi pour ce que nous disons, affirmons, relatons, rapportons. Cette vigilance-ci est également primordiale pour ne pas monter le mindre fait suspect en épingle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents