Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Nous, à Vierzon on ne veut pas forcément redevenir ce que l'on était, juste avoir des rêves pour devenir autrement

Publié par vierzonitude sur 7 Décembre 2015, 18:40pm

Nous, à Vierzon on ne veut pas forcément redevenir ce que l'on était, juste avoir des rêves pour devenir autrement

T'as voulu voir Vierzon et tu as vu les Fronts... Depuis le temps que ça nous pendait au nez. Et depuis le temps que les politiques se tournent les pouces en pensant que ça va passer, en estimant que tant qu'ils sont toujours élus, y'a pas de malice ! Sauf qu'à Vierzon, le Front de gauche ne sert plus de rempart à rien. Déjà, au niveau régional, le Front de gauche voulait relever le gant de la gauche, il l'a pris en pleine poire, le gant. Et voilà qu'à Vierzon, ville jadis ouvrière, Vierzon-la-Rouge se teinte en Vierzon-la-Brune. Nos élus auront beau bomber le torse, ils auront beau nous dire qu'ils nous protégeront de la menace, on ne les croit plus. La tentative de repli ? Elle est imparable. Le résultat de ces régionales donnent un avant-goût des présidentielles de 2017 et surtout, des législatives qui iront avec. Pensez-vous, qu'à Vierzon, quelque chose changera ?

On va tenter de nous éblouir avec le plan de rénovation urbaine, mais si, restez messieurs-dames, regardez ce que l'on fait comme travaux en ville... On va tenter de nous endormir avec deux bouts de trottoirs rénovés et une rue refaite alors que tout le centre-ville crie famine, alors que la ville entière se retrouve au proie à l'indifférence. Et puis, les pauvres, on s'en occupe, regardez, ils ont les Estivales, Noël à Vierzon, et le bowling pour se distraire ! Eh oui, gagnez une élection en 2008, la regagner en 2015, ça ne suffit pas. Il faut de la matière. Et la matière, ce n'est pas seulement sa trombine dans la presse locale ou des questions convenues avec des réponses qui le sont tout autant dans le bulletin municipal. Où sont passés les citoyens ? Qui s'intéressent à eux ? A leurs désirs simples ? A leur faim de démocratie locale ?
Vierzon est une petite ville, avec un coeur qui bat, comme un village. Pas besoin d'esbrouffe. Il y a encore 70 ans, la ville était coupée en deux. Un peu avant, elle était coupée en quatre. Malgré les maires qui se sont succédés, Vierzon est toujours un total de quatre quartiers différents. On n'y peut rien, c'est ainsi. Alors les grandes leçons de politique, les grands principes, on s'en fout, ça n'intéresse que les militants sourds et aveugles qui font là où on leur dit de faire. Mais cette ville n'est pas seulement une encoche de militants, ce n'est pas une serre, ni une pépinière politique. Ici, on veut de la proximité, du serrage de main, du coup au comptoir. On veut voir la ville changer, des commerces s'ouvrir, du moins ne pas fermer. On veut du simple, du populaire (oh le gros mot !), du grand public. Pas de l'esbrouffe. On veut que le citoyen soit aimé pas qu'il serve à voter comme les vaches servent à faire du lait. Ici, à Vierzon, on veut des sourires, des marchés chaleureux, des rues lisses et des trottoirs moelleux, on veut des samedis après-midi avec plein de monde, on ne veut pas forcément redevenir ce que l'on était, on veut juste avoir des rêves pour devenir autrement. Nous, ici, on veut être une vraie ville, avec des gens presque heureux. On veut pas de grandiloquence, de grandes dépenses pour amuser la galerie, de grands projets qui ne servent à rien.
On veut que Vierzon offre de l'espoir à ceux qui restent et à ceux qu'elle pourra attirer. Vous voyez. Un centre-ville pimpant, et même si les élus n'aiment pas ça, qu'ils s'intéressent aux trottoirs pourris, à la route bancale, qu'ils s'intéressent à ce qui fait notre identité vierzonnaise, notre patrimoine, notre auréole, qu'ils coconnent un quarteir piéton aux petits oignons au lieu de gaspiller l'argent du contribuable dans des zones industrielles désertes.
Arrêtez d'inventer des tas de trucs qui ne servent qu'à vous faire mousser pour une prochaine étape électorale. Sentez le pouls de cette ville, ne la voyez pas comme une grosse urne de laquelle vous sortez vainqueur. Tombez la veste. Venez parler avec nous et pas seulement avec ceux qui votent pour vous. On a quelques idées, on vous les donne, on ne vous les vend pas, on vous les offre. Parce que nous, les Vierzonnais, nous somems des gens sympas. Et pour peu qu'on s'intéresse à nous, on peut être très inventif, productif, intelligent. Suffit juste de nous considérer comme tel. Pas du haut de votre piédestal, non, d'égal à égal. On ira boire un verre dans un troquet. Et on refera Vierzon. Comme on veut le voir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léon DUFFOURRE 07/12/2015 21:52

Le paradis ou jardin d'Éden représente souvent le lieu final où les humains seront récompensés de leur bon comportement. Pour que Vierzon devienne ce lieu merveilleux, il faut d'abord commencer par donner congé à notre bon Nicolas, en 2017 et en 2020. Après l'écrasante raclée d'hier, ce serait le grand chelem du quinquennat électoral vierzonnais débuté hier. Et le taux de probabilité pour y parvenir ne cesse de croître. Ce n'est qu'à cette condition que Vierzon pourra revivre, respirer, être belle, aimée et respectée. En 2015, dans notre monde occidental, le communisme n'a plus aucun sens. Il faut savoir se détacher du passé pour aller de l'avant. Et il faut être conscient que l'état de catastrophe dans lequel se trouve Vierzon ne sera jamais décrété par un quelconque gouvernement car il ne s'agit pas d'un état de catastrophe naturelle mais d'un état souhaité, élaboré et peaufiné par un petit groupe d'individus cyniques pour leur confort politique personnel. Un jour, au cours de fouilles, peut-être quelqu'un trouvera-t-il le dernier message écrit par Vierzon: "LA MAJORITE MUNICIPALE ACTUELLE M'A TUER".

Archives

Articles récents