Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


A Vierzon, de la place Jacques Brel à la place Charlie qui n'existent pas...

Publié par vierzonitude sur 10 Janvier 2016, 11:44am

A Vierzon, de la place Jacques Brel à la place Charlie qui n'existent pas...

Il y aurait un sens, un sens très symbolique à ce qu'à Vierzon, on puisse aller de la place Jacques Brel à la place Charlie qui n'existent pas. D'abord parce que Jacques Brel, pour Vierzon, ce n'est pas une simple chanson, c'est la réputation de la ville, son nom portée très haut, comme l'a rappelé Marcel Azzola, venu en concert à Vierzon... Brel et Vierzon, ce n'est pas une simple histoire, c'est quelque chose de plus profond que la ville de Vierzon, surtout depuis 2008, refuse d'admettre. C'est pourquoi, en 2008, un collectif de citoyens est allé voir Vesoul, histoire de lier ces deux villes. C'est à Vesoul que le maire de Vierzon promet que Vierzon aura une place Jacques Brel (celle de la gare) et que la promesse n'est toujours pas tenue parce que l'initiative ne vient pas de nos chers élus. Des années plus tard, l'attentat contre Charlie Hebdo, réveille encore les consciences de Vierzonnais qui demandent au même maire de Vierzon, une place Charlie pour la défense de la liberté d'expression. Là encore, la promesse s'enlise dans un manque criant de volonté politique. Des Vierzonnais en inaugurent une, non officielle et le 7 janvier, jour des voeux et jour des attentats de janvier 2015, le maire botte en touche, évoque le programme de rénovation urbaine comme une chance pour une place Charlie; Bref, le maire n'en veut pas. Pourtant, aller de la place Jacques Brel à la place Charlie, à Vierzon, aurait un sens. La chanson Quand on a que l'amour, de Brel, résonne pour rendre hommage aux victimes des attentats de Paris du 13 novembre 2015; la chanson Les Prénoms de Paris de Jacques Brel résonne ce dimanche 10 janvier, en hommage aux victimes des attentats de Paris de janvier 2015. Résonne aussi Le temps des cerises écrite par Jean-Basptiste Clément, un nom qui sonne à Vierzon. Mais ici, dans cette ville, on préfère les symboles que décrètent les élus, au nom de leur propre idéologie rassie, au nom de leur propre décision. Pour faire parler leurs "grands" hommes à eux, le reste, ils s'en moquent. Pourtant, aller à Vierzon de la place Jacques Brel à la place Charlie aurait un sens qui dépasse le propre bon sens des élus, C'est pour cette raison qu'ils refusent ces deux places à Vierzon : par peur de perdre la force de leurs symboles personnels dans celle de symboles plus marquants. Non, Vierzon n'est ni Jacques Brel, ni Charlie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexandre 10/01/2016 19:26

... une chanson d'un demi siècle que plus personne n'écoute.
Puis le buzz, "on veut notre place Charlie"... là encore, "les
gens normaux s'en foutent".

Faut-il pleurer avec et sur des gens qui nous ont mis dans m**** ?
Hum.

Moi je veux une place des tracteurs, une autre qui face l'ode au travail, qu'on célèbre l'identité de la ville, de ses canaux, de sa rivière, de ses vieilles pierres, qu'on vire ces affichent publicitaires qui salissent la vue... laissez le parisienne hypocrite où il est.
Il est cause des maux qui nous rongent... gardez vous de ces modes émotionnnelles inutiles.

Quant à Charlie Hebdo ... on en reviendra.... ce journal n'a jamais défendu la liberté d'expression de ses opposants, qu'ils soient islamistes ou patriotes.


Vous êtes vierzonnais pas parigos !

chat noir 10/01/2016 14:40

"Les promesses n'engagent que ceux qui y croient " un autre Jacques

Archives

Articles récents