Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Une pharmacie disparait tous les deux jours, Vierzon n'y échappe pas

Publié par vierzonitude sur 23 Mai 2016, 18:10pm

Selon l'ordre des pharmaciens, l'an dernier, une pharmacie a fermé ses portes, tous les deux jours. Et Vierzon n'est pas épargnée. La ville a perdu plusieurs pharmacies ces dernières années. La dernière en date est celle du Tunnel-Chateau, fermée (pour cause de retraite) et rachetée par la pharmacie du Beffroi. Dans le secteur, une pharmacie a donc disparu. Plus tôt, rue des Ponts, la pharmacie Jouve a elle aussi succombé à la retraite de son propriétaire. Mais en la matière, rien ne se perd. La pharmacie Jouve a été rachetée par la pharmacie du Forum république. Plus tôt, encore, c'est la pharmacie de la place Gabriel-Péri qui a fermé ses portes, rachetée, elle, par la pharmacie de l'avenue Edouard-Vaillant. Trois pharmacies ont ainsi quitté le centre-ville. Ajoutons-y celle du bas de la rue Joffre, partie dans la galerie marchande d'Intermarché. Et enfin, la pharmacie de la place Foch, fermée elle aussi et remplacée par un salon de coiffure.

Il reste, à Vierzon, dix pharmacies celle de l'Avenue (Edouard-Vaillant), celle du Beffroi, du Clos-du-Roy, du Bourgneuf, de Chaillot, du Fprum république, de la galerie marchande d'Intermarché, de Puits-Berteau, des Forges (même propriétaire) et de Saint-Martin.

Une pharmacie disparait tous les deux jours, Vierzon n'y échappe pas

Selon l'ordre des pharmaciens, l'an dernier, une pharmacie a fermé ses portes, tous les deux jours. Et la situation risque encore d'empirer en raison de la pyramide des âges. Le nombre de pharmaciens qui atteindront 65 ans va quasiment tripler d'ici 2021. Résultat : des officines qui ferment, et l'Ile-de-France n'est pas épargnée. À Paris, 10 pharmacies ont fermé l'an dernier, 8 dans le Val-de-Marne, 6 en Seine-Saint-Denis et 5 dans les Hauts-de-Seine.

Attirer les jeunes diplômés

Pour l'ordre national des pharmaciens, il faut réussir à attirer de nouveau les jeunes diplômés. L'ordre souhaiterait aussi que les pouvoirs publics appliquent enfin des décrets qui concernent l'évolution du métier : les bonnes pratiques comme le conseil en santé, les vaccinations, ou encore les tests rapides en officine. Autant de prestations désormais autorisées aux pharmaciens, mais qui attendent toujours leur décret d'application parfois depuis presque 10 ans. Dans ce contexte, les jeunes diplômés se tournent de plus en plus vers les laboratoires de biologie ou des établissements de santé, au détriment des officines.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents