Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Mais pourquoi un Dolchardien à la tête du Secours populaire de Vierzon ?

Publié par vierzonitude sur 14 Juin 2016, 17:30pm

Mais pourquoi un Dolchardien à la tête du Secours populaire de Vierzon ?

Bruno Cassan, c'est le nouveau président du Secours populaire de Vierzon. On peut légitimement se poser la question de savoir pourquoi un élu de l'opposition, proche du Parti communiste, de Saint-Doulchard vient se faire élire à la tête du Secours Populaire de Vierzon ? N'y-a-t-il donc pas assez de compétence vierzonnaise pour satisfaire ce poste localement ? Apparemment non... Celui dont Jean-Claude Sandrier, ancien président de la communauté de communes de Vierzon et toujours conseiller municipal communiste à Vierzon disait « qu'il a tout pour être maire » quand Bruno Cassan s'est présenté aux dernières municipales à Saint-Doulchard. On a quand même un peu l'impression d'une reprise en main. Car pourquoi dépêcher une force vive qui a tenu la direction du centre Louis Gatignon à Vouzeron, forcément de gauche, même de gauche-gauche à Vierzon, s'il n'existait pas une volonté... politique ? Car on sait très bien qu'à Vierzon, rien n'est gratuit. Tout est calculé au nom de la préservation politique : surtout ne laisser aucun pouce à l'adversaire. Tout contrôler. Tout prévoir. Mais, quand même faire l'aller-retour comme ça, à chaque fois, ça engendre des frais et un mauvais bilan carbone alors qu'un président local, ça fait tout de suite plus vert. Comme la couleur du Père-Noël du Secours populaire.

Bien sûr, les langues fourchues diront que Vierzonitude voit le mal partout. Mais c'est peut-être parce qu'il est partout ! En tout cas, les Dolchardiens ont de la chance, voilà un élu qui, sur son blog de campagne, en 2014, avait trouvé une formule sympathique : Là où je vis j'agis". Et bien, figurez-vous que Bruno Cassan va au-delà de sa promesse électorale car il agit même où il ne vit pas. A moins que les sirènes vierzonnaises soient, à ses oreilles plus douces, que les sirènes dolchardiennes. On comprend mieux sa petite phrase : "le problème, c'est que le nombre de bénéficiaires (au Secours Populaire) augmente alors que la population diminue à Vierzon." Le misérabilisme, ce peut être aussi le thème d'une campagne électorale. Mais exclusivement vierzonnaise pour 2017 au moins. Mais quand on parle de prise en main, c'est vrai. La preuve : "Notre comité a traversé une période complexe, avec des flottements dans le respect des règles, des difficultés de compréhension et d'échange entre nous", peut-on lire dans la presse locale. Quand même.

Mais pourquoi un Dolchardien à la tête du Secours populaire de Vierzon ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents