Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Etat d'urgence : un coup pour, un coup contre, un coup l'abstention

Publié par vierzonitude sur 20 Juillet 2016, 18:00pm

Etat d'urgence : un coup pour, un coup contre, un coup l'abstention

Un coup oui, un coup non, un coup d'abstention. Bon, au moins, tout le monde est content. Le député-maire de Vierzon a donc adopté une démarche singulière. Pour le premier vote sur l'état d'urgence, au lendemain des attentats de Paris, c'est oui. Puis, en février, quand il a fallu le proroger, c'st non. Puis enfin, dans la nuit de mardi à mercredi quand il a fallu le proroger de six mois c'est... abstention. Le moins qu'on puisse penser, c'est qu'il doit y avoir une logique, qui nous échappe car sans explications, forcément... Mais le député-maire est-il forcé de s'expliquer ? Nous, on dirait oui, bien sûr, juste pour comprendre. Remarquez, médiatiquement... En février, il faisait partie de la trentaine de députés qui ont voté non. Puis là, des quatre députés abstentionnistes. Oui, non, abstention. Il n'existe pas d'autres catégories de vote. Ah si, l'absence. Mais ça, c'est alleurs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jag 20/07/2016 22:11

Comprendre un politique n'est à la portée du petit peuple...on n'a jamais compris non plus comment ils gèrent une ville, mais ce qui est rassurant, c'est que eux non plus ne savent pas comment gérer une ville...la preuve est sous nos yeux au quotidien.

Scotchy 20/07/2016 22:08

La psychologie nous dit que les décisions apparemment incohérentes sont en fait liées à des buts non dits.
Quand c'était oui, c'était oui je laisse tomber Vierzon et la mairie pour rester député. La folle vie parisienne, c'est quand même autre chose que celle dans le trou du cul du monde.
Mais depuis, pas de chance, avec toute cette insécurité, les choses ont bien changé. La réélection du député est fortement compromise. On l'a d'ailleurs vu avec les régionales. Et là, le oui est devenu non. Non, je ne lâche plus Vierzon et non, je ne serai plus élu député. Et depuis, les choses ont encore empiré, le nombre de mécontents a fortement gonflé, à tel point que je ne sais plus prendre de décisions. Je ne serai sans doute plus député et sans doute plus maire. Donc, je m'abstiens parce que tout vacille politiquement autour de moi. C'est la déroute de mes neurones. Je ne sais plus quoi faire. C'est l'état d'urgence absolu dans mon crâne.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents