Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Bistro(t) avec ou sans T, le Refuge a choisi sans, explications

Publié par vierzonitude sur 16 Août 2016, 07:30am

Bistro(t) avec ou sans T, le Refuge a choisi sans, explications

Bistro dans t, plutôt rare chez nous. On l'orthographie avec un T, bistrot. Mais les deux peuvent s'écrire. D'autant que l'éthymologie du mot bistro(t) est incertaine :

Il pourrait s’agir d’un régionalisme importé à Paris au xixe siècle d’où il se serait diffusé à travers la France. Bistro viendrait peut-être du poitevin « bistraud », ou bien de « mastroquet » — dans le Nord de la France — ou « bistroquet » — dans le Sud — signifiant à l’origine un domestique, puis le domestique du marchand de vin, puis le marchand de vin lui-même. Ce qui tend à renforcer cette hypothèse est que le mot « bistrot » signifiait, au début du xxe siècle, « tenancier d’un bistrot » aussi bien que « établissement où l’on sert du vin » :
« Sur le comptoir triomphait un gros bouquet. À cause de la fête du bistrot Martrodin. Un cadeau des enfants ! qu’il nous a annoncé lui-même (…) Le mari voulait absolument que le bistrot se mette à lui réciter les sous-préfectures du Loir-et-Cher parce que lui il les avait apprises et il les savait encore. »

Certains ont rapproché bistro du mot « bistouille », mélange de café et d’alcool dans le nord de la France, qui aurait donné son nom à l’établissement où on le servait mais cela se heurte au fait que le sens premier n’était pas l’établissement mais celui qui servait.
D’autres pensent qu’il dérive du mot argotique « bistingo » (cabaret), ce qui est peu vraisemblable car là aussi le sens premier historique n’était pas l’établissement.
Une étymologie populaire (voir la plaque apposée sur la façade de la « Mère Catherine », Place du tertre à Montmartre) le fait dériver du russe bistro (en cyrillique : быстро) signifiant « vite » et datant de l’occupation russe qui a suivi la bataille de Paris de 1814. Les soldats russes n’ayant pas le droit de boire en service et craignant de se faire surprendre par l’arrivée d’un gradé, imploraient les cafetiers qui les servent en leur criant en russe : « быстро, быстро », « vite, vite ». Selon Alain Rey, cette étymologie « doit être écartée pour des raisons chronologiques, en l’absence d’attestations du mot pendant près de trois quarts de siècle. » La première attestation date en effet de 1884 dans les Souvenirs de la Roquette de l'abbé Georges Moreau.

1814. Le grand Empire de Napoléon vit ses dernières heures. Prussiens, Autrichiens, Bavarois et Russes sont aux portes de Paris. S’en suit la capitulation Française, puis l’entrée en grande pompe dans la capitale du Tsar de Russie et de ses troupes. Les cosaques (Soldats de la cavalerie de l’armée russe) sont alors très nombreux à Paris.
Fidèles à leur image de « bon vivant », les soldats ne manquent pas une occasion de se rendre dans les bars parisiens pour – restons dans les clichés – y boire une petite vodka. Cela leur est pourtant interdit.
C’est pourquoi, après chaque commande, le patron est immanquablement sommé d’un « быстро, быстро » signifiant « vite !, vite ! ». En Français, быстро se dit… bistro ! 



Autre explication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents