Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le Vierzonnais Mounire Lyame, français d'origine marocaine, musulman, élu de la République s'exprime sur l'islam

Publié par vierzonitude sur 26 Août 2016, 14:34pm

Il l'écrit lui-même sur le blog qu'il vient de créer sur le site Médiapart : " D'entrée, je tiens à préciser pourquoi c'est en qualité d'élu de la République, franco-marocain-berrichon de confession musulmane que je m'exprime. Jamais je n'ai mélangé mes opinions politiques et mes pratiques religieuses, mais dans un contexte d’islamophobie ressenti par les musulmans et une contradiction des valeurs de l’Islam avec celles de la République présumée de l’autre, disons que je m'emploie exceptionnellement à m'ouvrir tel que je suis : français d'origine marocaine né dans le Berry et musulman, élu de cette même République."
Mounire Lyame, se présente comme "responsable associatif, élu local, je m'intéresse à la politique (c'est également mon métier...)", lit-on. C'est aussi l'attaché parlementaire du député-maire de Vierzon, conseiller départemental élu avec l'étiquette Front de gauche, a souhaité, c'est le titre de son billet, livré une "Parole d'élu de la République, franco-marocain-berrichon, de confession musulmane".

Exceptionnellement donc, l'élu intervient sur la polémique du burkini, avec l'humour qui le caractérise : "A mon sens, le vrai Burkini serait constitué du haut d’une Burqua et du bas d’un Bikini, ou l'inverse. Ce serait quand même bien plus glamour…" Plus sérieusement, il écorche la polémique estivale,
D'entrée, je tiens à préciser pourquoi c'est en qualité d'élu de la République, franco-marocain-berrichon de confession musulmane que je m'exprime. Jamais je n'ai mélangé mes opinions politiques et mes pratiques religieuses, mais dans un contexte d’islamophobie ressenti par les musulmans et une contradiction des valeurs de l’Islam avec celles de la République présumée de l’autre, disons que je m'emploie exceptionnellement à m'ouvrir tel que je suis : français d'origine marocaine né dans le Berry et musulman, élu de cette même République.

Notre pays connaît une crise économique et des tensions sociales inédites. La première des questions que se posent la majorité des français est « comment remplir son frigo ». Les autres questions (comment bien se soigner, faire que l'enseignement public soit de qualité, sortir en concert ou tout simplement aller boire un verre en famille, etc.) restent bien sur des préoccupations du quotidien. L'une d'elles est aussi comment vivre en sécurité en particulier dans ce nouveau monde menacé par le terrorisme (terrorisme que nous avons, nous occidentaux, enfanté....).

Depuis quelques années maintenant, surgissent des débats sur l'Islam et les musulmans, instrumentalisés par les élites politiques et la presse nationale. Le dernier qui fait l'actualité, est le Burkini, parti de la rixe de Sisco en Corse. On finira par apprendre qu’il n’était pas du tout question de Burkini et encore moins de motif religieux.

Cet arbre qui cache la forêt permet bien évidemment d’éluder la question principale du frigo à remplir.

Profitons de cet instant pour aborder, non pas le remplissage en règle du frigo (du moins pas pour le moment) mais bien la problématique de l’Islam en France, exacerbée par les djihadistes qui ont rejoint les rangs de Daesh et capables de commettre les pires atrocités au nom de l’Islam sans distinguer les victimes (après tout, « tuons les tous, Dieu reconnaîtra les siens » d’après une belle caricature en hommage aux victimes des attentats de novembre).

1/ Le Burkini, mérite-t-il son nom ?

Cette question n'est pas philosophique, elle est esthétique, agrémentée d’un point d’humour pour ouvrir le débat.

Le mot burkini vient du mot Burqua et Bikini, représentant une femme couverte de la tête au pied lui autorisant la baignade en toute pudeur. A mon sens, le vrai Burkini serait constitué du haut d’une Burqua et du bas d’un Bikini, ou l'inverse. Ce serait quand même bien plus glamour… "tant de bruits pour une tenue vestimentaire qui pourrait se confondre avec une combinaison de plongée", écrit-il. Pour Mounire, "La France a toujours fait preuve d’un dynamisme remarquable pour polémiquer sur l’Islam. Nous avons eu l’épisode du voile intégral, puis celui des minarets, ou encore celui de la viande hallal dans les cantines scolaires, le voile des mamans lors des sorties scolaires, les prières de rue, etc."

Il tient à rappeler que "La France est menacée sur son sol par des enfants qu’elle a vu naître et dont l’échec lui revient exclusivement (contrairement au faux débat sur la déchéance de nationalité voulant gracieusement transférer aux pays d’origine ces français de naissance élevés 100% en France). Les attentats commis par des français quelle que soit leur origine envoie le pavé (que dis-je, un parpaing) non pas dans la mare mais directement dans la figure de Marianne. Ces jeunes sont nés en France, et ont grandi en France. Le lien avec le pays d’origine est éphémère et se limite à des séjours estivaux le plus souvent familiaux."

Qu'en est-il de la religion ? "Les musulmans sont de plus en plus nombreux à s’interroger sur la religion. Notons que nos parents nous ont transmis une culture religieuse, mais pas toujours les explications qui l’accompagne. Aujourd'hui, et c'est une bonne chose, les jeunes cherchent à comprendre, ils veulent savoir. Et bien souvent, les réponses sont le fruit des recherches sur internet quand elles ne viennent pas d’un imam dont les connaissances et la formation sont douteuses." Quant au regard porté sur l'islam par les non-musulmans, Mounire Liam estime que " la plupart connaissent l'Islam à travers des préjugés ou des idées reçues. Pourtant, je sais que nombreux sont celles et ceux qui souhaiteraient connaître davantage cette religion pour surmonter l’inconnu et défier leurs propres peurs."

Reste à savoir si l'islam est compatible avec la République : "A titre personnel, jamais je ne me suis posé cette question, car au quotidien, je ne confronte pas ma pratique religieuse (encore une fois, personnelle et discrète) et les valeurs de citoyenneté qui m’animent. En réalité, elles se confondent, elles se nourrissent l'une de l'autre sans jamais chercher à se dominer."

Du coup, l'élu avance des propositions : la création "d'une instance de dialogue sous l'autorité du maire et du Préfet, réunissant les autorités religieuses et les élus locaux. Cette instance doit vivre par des rencontres régulières, parfois délocalisées dans les lieux de culte, pour renforcer les échanges et le dialogue."

"La formation des Imams avec pour corollaire le fait d'être bilingue. Cette formation (plus ou moins courte d'ailleurs, pour valider les cursus faits à l'étranger ou pour former les futurs imams) doit se faire en France. Elle concerne la pratique de l'Islam en France, elle doit se faire en France.

Mais aussi "l’accompagnement de la création des édifices religieux. L'édifice religieux nécessite des moyens techniques et financiers importants ; parfois, les fidèles sont capables de mobiliser les fonds, mais bien souvent le plan de financement peine à être bouclé."

Le débat est ouvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marburg 29/08/2016 14:54

Paru ce jour sur le site web du journal national "Le Figaro":

Le Titre est:

Burkini au Conseil d'Etat : «Le peuple est trahi par ceux qui rendent la justice en son nom»
• Par Alexis Feertchak.

Voici un extrait de 2 paragraphes:

Si le libéralisme de cette jurisprudence était justifié dans des périodes apaisées, il est beaucoup moins adapté aux temps difficiles tels que ceux que nous traversons.
En l'espèce, le Conseil d'État s'est abstenu de prendre en compte le fait que la France est engagée dans un affrontement de civilisations ayant fait en un an des centaines de mort sur le territoire national, ce qui entraîne le maintien de l'état d'urgence. L'islamisme fait la guerre à la France et il n'y a pas de véritable frontière entre islam et islamisme.
Le Conseil d'État s'est abstenu de prendre en compte le fait que la population était choquée de voir s'exhiber les burkinis sur les plages alors que de terribles massacres venaient d'être commis en France par des musulmans au nom de leur Dieu. Au lendemain du carnage de la promenade de Nice et de l'égorgement d'un prêtre dans l'exercice de son ministère, toute montée en puissance de l'affichage identitaire musulman en France est proprement indécente.
Le Conseil d'État s'est abstenu de prendre en compte le fait qu'est actuellement en cours une conquête silencieuse de l'Europe occidentale. Cette conquête est inscrite dans le Coran où l'on peut lire qu'Allah a promis aux musulmans de leur donner en butin la terre des infidèles. Cette conquête est parfois avouée par certains dignitaires musulmans. C'est ainsi que le cheikh Yousouf al Quaradawi, l'un des dirigeants de l'UOIE (Union des organisations islamiques européennes) — dont la branche française est l'UOIF (Union des organisations islamiques françaises) — avait déclaré: «Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons».
Le Conseil d'État s'est gardé de voir que les porteuses de burkini sont les militantes d'un djihadisme civilisationnel.
Le Conseil d'État s'est abstenu de voir que la conquête de nos plages par les burkinis n'est qu'une étape de l'appropriation de la France par l'islam politique. Le Conseil d'État s'est gardé de voir que les porteuses de burkini — de même que les porteuses de toute autre forme de voile islamique — sont les militantes convaincues ou dociles d'un djihadisme civilisationnel en train d'opérer la conquête feutrée de notre pays.

Mounire Lyame 28/08/2016 23:42

Bonsoir Jean,
Les mecs, vous vous passez le mot ou quoi ? Vous faites exprès de comprendre ce que vous voulez ? J'ai parlé d'un Accompagner le montage du projet de construction de mosquées y compris la vérification des sources de financement. Jamais je n'ai parlé de faire financer par l'argent public les cultes.
Le dépassement de la loi de 1905 c'est non pas dans le financement mais dans "l'accompagnement" des cultes sans pour autant être dans l'ingérence. Il y a un juste milieu à trouver je pense.
Qui plus est, ce n'est pas le projet du Front de Gauche !!!! Je m'exprime à titre perso.
Bien le bonsoir,
Mounire Lyame

Cassandre 29/08/2016 12:09

Monsieur, si vous avez il me semble des connaissances religieuses vous manquez visiblement de formation politique. Je vous rappelle que que la religion c'est l'opium du peuple dont vous seriez, semble-t-il, en addiction ?

Vous parlez d'éducation, vos amis municipaux supprime 3,5 poste d’atsem sans que cela ne vous gêne ? La politique culturelle de la ville, passer des films en plein aire au mieux débiles au pire de promotion pour les avions de combat de Serge d'assaut c'est cela que vous soutenez ?

Seriez vous également décoré par M6 commandeur du ouissam alouite, comme madame belkacem, manuel valls ou Rachida dati ? Faites vous parti du Ccme ou collaborateur du dged ? Êtes vous chaleureusement invité au Royal mansour ?

Selon votre étiquette c'est vers Moulay Hicham que votre rapprochement devrait ce faire pas sur la bey’a. Quelle sont donc vos positions politiques et vos casquettes monsieur ?

jean 28/08/2016 10:35

ah oui j'oubliais! faire financer les lieux de culte avec l'argent public, elle est bonne celle là!
dépasser la séparation de l'église et de l'état! ahahah putain qu est ce qu'on se marre!
c'est ça le front de gauche version 2016? et nous les prolos on va voter pour ce projet?

Mounire Lyame 28/08/2016 04:13

Bonsoir "Tire Bouchon"
Je vais faire sobre et rapide, en bon taxinomiste que je suis.
1/ Je ne vois pas quelle règle de français impose une majuscule à "madame" ou "monsieur" sachant qu'ils ne sont pas en début de phrase.
2/ Quand je vois vos commentaires, le débat est stérile, nous n'avancerons pas. Inutile de perdre mon temps et votre par la même occasion.
3/ Un petit conseil tout de même concernant vos amis du Maghreb : fâchez vous avec eux mon brave. Au mieux vous confirmez que ce sont bien des amis car malgré vos divergences vous vous accepterez, au pire vous aurez la certitude que ce ne sont pas des amis. Car éviter le sujet de la religion au risque de se fâcher cela ne s'appelle pas de l'amitié. Disons plutôt que c'est une amitié de façade.
4/ Levez donc cette burqa numérique pour décliner votre identité, ce serait tellement plus glamour.

Bien cordialement.

Ps : quand je veux répondre aux commentaires en particulier ça ne fonctionne pas.

M.Lyame 27/08/2016 08:40

Bonjour madame ou monsieur (finalement votre anonymat vous confond avec les femmes portant la burqa),
Puisque j'ai été informé de cet article par vierzonitude, je l'ai lu avec les commentaires qui l'accompagne. Déjà, vous noterez bien s'il vous plaît (et j'y tiens), que je m'exprime librement sans avoir à demander à quiconque l'autorisation de publier. Pourquoi tentez vous de promouvoir la liberté et dans le même temps souhaiter que je sois muselé sous prétexte que je serai un proche collaborateur d'élu. Et vous commettez l'erreur de croire que le clivage gauche droite à son importance....je n'en suis pas si sur.
Concernant votre commentaire, je pense qu'on ne s'est pas compris. Lorsque je parle d'éducation religieuse je pense qu'il faut permettre à un chacun de comprendre l'islam pour mieux réagir à l'actualité. Beaucoup tombent dans le panneau d'un islam qui par nature serait barbare faisant des musulmans des tyrans. Savez vous si le voile est obligatoire pour les femmes ? Savez vous si La femme est inférieure aux hommes ? Si oui tant mieux et je souhaite le même degré de compréhension à tous ceux qui n'ont pas la chance d'en savoir autant que vous et si non, vous aurez au moins l'occasion de démystifier autour de vous celles et ceux qui s'y tromperaient. Point. Il n'est nullement question se convertir tous les non musulmans. Je pense être assez clair sur le sujet.
En ce qui concerne la fonction d'élu, Vous avez tort de croire que nous ne devons pas nous positionner sur le sujet. Les gens soufrent de la crise économique et de l'incapacité dès gouvernements à la gérer mais je pense sérieusement aussi que plus nous évoquerons ensemble ces questions de société tout à fait nouvelles pour nous, plus nous obligeront les responsables politiques à ne pas nous divertir avec des pseudos problèmes.
J'espère avoir répondu à vos interrogations sans prétendre vous avoir converti à mes positions. Le débat est ouvert et il est nécessaire.
Meilleures salutations
Mounire Lyame

vierzonitude 27/08/2016 19:12

Nous avons juste cru bon préciser en rajoutant le commentaire pour plus de compréhension désolé

Tire Bouchon 27/08/2016 18:23

Bravo Cereus Maximus, 100 % en accord avec vous. J'aurais bien une suite à ajouter à votre commentaire, mais vu le tour de prestidigitation que nous joue Vierzonitude en recopiant mon commentaire initial pour l'insérer sous le commentaire de Monsieur l'Elu, sans doute pour me forcer à répondre, il me semble que les dés sont en train de se piper de manière inélégante. La confrontation d'idées n'est pas possible. Ou alors, je n'ai rien compris au sens de cette dernière action de Vierzonitude. Donc, à elle d'être plus explicite. Dans tous les cas, je n'ai pas l'intention de donner dans la provocation et je ne répondrais que si Monsieur l'Elu s'adressait directement à moi.
Pour la petite histoire, j'ai quelques très bons amis, Marocains, Tunisiens ou Algériens que je connais depuis 35 ans pour les uns et plus de 15 ans pour d'autres. Il s'agit soit d'anciens camarades d'études soit d'anciens collègues professionnels. La vie a fait que nous habitons maintenant à des centaines de kilomètres les uns des autres et que nous nous voyons physiquement très rarement. Nos contacts se font par téléphone et par mails. Mais ces amis ont toujours eu l'intelligence et la décence de ne jamais me parler de religion, à tel point que je ne sais même pas s'ils sont croyants ou athées. C'est sans doute là le secret de notre longue amitié réciproque et de leur parfaite intégration. Et nous n'avons pas eu besoin d'une instance de dialogue sous l'autorité d'un maire ou d'un préfet, pas même d'une déclaration d'élu.

Pour finir et pour compléter ce que dit Cereus Maximus au sujet de la sphère politique dirigeante du Vierzonnais, j'affirme que L'ELECTEUR RECONNAITRA LES SIENS.

Cereus Maximus 27/08/2016 15:10

Précisons que mes commentaires s'attachent à l'article mis en ligne ce jour 27/08/2016 à 6h00 sur le site du Berry Républicain, que je ne tiens pas à priori pour apocryphe. Je n'ai pas fait la distinction entre les diverses instances politiciennes à tiroirs dès lors qu'une bannière identifie tous ceux qui se rangent derrière.

vierzonitude 27/08/2016 13:48

Non, ce commentaire est bel et bien attaché à un autre commentaire sur ce post, le voici : En lisant le texte entier sur Médiapart, une phrase de ce monsieur me choque :



« Education religieuse non seulement pour les musulmans mais aussi pour nos compatriotes non musulmans ».



Donc, les athées, qui par définition ne sont pas, entre autres, musulmans, devraient avoir à ingurgiter une éducation religieuse contre leurs convictions spirituelles ?

Je trouve cette phrase très maladroite car elle forme une sorte de parallèle, dans l’intention, avec les buts des extrémistes religieux qui veulent convertir, par tous les moyens et par la force, tous les terriens à leur religion, qu’ils soient croyants ou non.

Ici, on veut les forcer à apprendre les religions. En ce qui me concerne, pas de bol, ma seule religion est la science et la compréhension rationnelle de l’Univers et du Multivers par des moyens contemporains et non pas par des écrits à caractère empirique qui nous parviennent du fond des âges de l’Histoire humaine.



Donc, oui, il est grand temps de s’interroger sur la religion, même si elle est pratiquée de façon discrète. Et, dans un état laïque, un élu du peuple devrait se cantonner, surtout s’il est de gauche de la gauche, à œuvrer dans le sens de la mission que lui ont confiée ses électeurs, par exemple en remplissant leur frigo, mais en tout cas en évitant de prendre l’écrit publiquement pour s’exprimer sur la religion.

D’autant que les études récentes montrent que les actes des jeunes terroristes européens n’ont pas grand-chose à voir avec les religions et leurs pratiques mais ont un lien très fort avec l’absence d’avenir offert par nos politiques de tous bords.



Alors, Monsieur le politique élu, voici votre véritable but à atteindre, et sans référence à une quelconque religion. Et ceci évitera à certains mauvais esprits de dire que Nicolas laisse publier n’importe quoi par un proche collaborateur.

Tire Bouchon 27/08/2016 13:20

On dirait que ce Monsieur s'adresse à quelqu'un en particulier puisqu'il dit: "Bonjour madame ou monsieur" . Je note qu'il le fait avec un manque de respect, puisque lorsque que l'on interpelle par écrit quelqu'un, on le fait en commençant par une majuscule, soit: "Bonjour Madame, Bonjour Monsieur". Pour un attaché parlementaire de la République, cela commence bien !
Son commentaire en forme d'une certaine réponse n'est rattaché à aucun autre commentaire et ne mentionne aucun nom ou pseudo. Donc, qui va se sentir concerné pour répondre ?

Cereus Maximus 27/08/2016 11:33

Trop c'est trop, non content de nous faire chier avec vos problèmes qui ne sont pas les notres, vous donnez maintenant dans la provocation directe au motif que vous êtes un élu. Encore heureux que vous ne soyez pas anonyme en plus si vous êtes effectivement élu. Soyons plus précis : vous êtes le genre d'élu qui dans le jargon politique est désigné sous le qualificatif de faire-valoir, ou encore de petit wagon dans la caravane publicitaire de l'équipe municipale actuelle. Rien d'important donc. En effet, on imagine pas bien le score que vous auriez fait si vous vous etiez présenté comme tête de liste (…) ou sous votre nom seul. Et d'ailleurs, il suffit d'attendre les prochaines élections pour se faire une idée de votre futur prétendument politique.Trêve de plaisanteries, en France nous n'avons pas pour tradition de tirer sur la médiocrité.

Le plus étonnant, en revanche, c'est le silence abyssal du maire qui, de fait, se voit associé à une approche théologique du vêtement des femmes. Sidération absolue. Lénine doit faire des bonds de cinq mètres dans son mausolée. Et les femmes qui composent le conseil municipal doivent sans nul doute se pâmer à cette évocation romantique.

Bref, il est plus que temps que toute forme de négation du libre-arbitre et/ou de l'égalité des femmes soit traité en fait délictuel, avec le critère religieux comme circonstance aggravante étant entendu qu'entreraient dans ce cadre les pressions communautaristes et tout ce qui vise à rendre la Femme invisible aux yeux de la Société. Rien à ajouter ni à retrancher sur ces points.

Enfin vous dites qu'il n'y aurait pas de tensions à Vierzon. Vous ancrez-vous davantage encore dans la provocation ou êtes-vous inconscient ? A mois qu'il ne s'agisse d'une différence de perception culturelle, car il est certain qu'il y a moins de tensions ici que dans certaines parties du monde (sans plus de précisions...). Les tensions existent cependant bel et bien chez des milliers de Vierzonnais qui ne peuvent plus voir les images qui leur sont imposées à longueur de journées à la TV sans se mettre à vomir les immondices qu'on tente de leur faire avaler. Lisons, relisons l'Histoire de nos aïeux, comment ils auraient réglé ces sujets, et tout devient lumineux. A méditer.

le vivre-ensemble 27/08/2016 00:54

trop de groupes officiels comme l' U.O.I.F (union des organisations islamiques de france) sont proches des frères musulmans ou autres pour qui la loi musulmane, la charia est supérieure à la loi de la république... c'est aussi cela qui crée du flou derrière toute pratique religieuse qui cherche à s'imposer dans l'espace culturel quotidien...

Michelon 26/08/2016 20:23

J'ai lu Houellebecq.

Tire Bouchon 26/08/2016 18:50

En lisant le texte entier sur Médiapart, une phrase de ce monsieur me choque :

« Education religieuse non seulement pour les musulmans mais aussi pour nos compatriotes non musulmans ».

Donc, les athées, qui par définition ne sont pas, entre autres, musulmans, devraient avoir à ingurgiter une éducation religieuse contre leurs convictions spirituelles ?
Je trouve cette phrase très maladroite car elle forme une sorte de parallèle, dans l’intention, avec les buts des extrémistes religieux qui veulent convertir, par tous les moyens et par la force, tous les terriens à leur religion, qu’ils soient croyants ou non.
Ici, on veut les forcer à apprendre les religions. En ce qui me concerne, pas de bol, ma seule religion est la science et la compréhension rationnelle de l’Univers et du Multivers par des moyens contemporains et non pas par des écrits à caractère empirique qui nous parviennent du fond des âges de l’Histoire humaine.

Donc, oui, il est grand temps de s’interroger sur la religion, même si elle est pratiquée de façon discrète. Et, dans un état laïque, un élu du peuple devrait se cantonner, surtout s’il est de gauche de la gauche, à œuvrer dans le sens de la mission que lui ont confiée ses électeurs, par exemple en remplissant leur frigo, mais en tout cas en évitant de prendre l’écrit publiquement pour s’exprimer sur la religion.
D’autant que les études récentes montrent que les actes des jeunes terroristes européens n’ont pas grand-chose à voir avec les religions et leurs pratiques mais ont un lien très fort avec l’absence d’avenir offert par nos politiques de tous bords.

Alors, Monsieur le politique élu, voici votre véritable but à atteindre, et sans référence à une quelconque religion. Et ceci évitera à certains mauvais esprits de dire que Nicolas laisse publier n’importe quoi par un proche collaborateur.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents