Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


La boulangerie de la place Foch a fermé ses portes ce lundi

Publié par vierzonitude sur 10 Octobre 2016, 18:18pm

La boulangerie de la place Foch a fermé ses portes ce lundi

Un petit mot posé sur le comptoir avertit les clients de la boulangerie de la place Foch que lundi, elle fermera définitivement ses portes. Et qu'à Vierzon, en centre-ville, un commerce de plus sera fermé. Sans autre explication mais que l'on devine, économique, vu la difficulté du commerce vierzonnais, le petit mot remercie la clientèle toujours fidèle et qui, sur ce blog, regrette la disparition de cette boulangerie.. Entre le bistrot qui a baissé le rideau et la boulangerie, que restera-t-il encore place Foch ?

La boulangerie de la place Foch a fermé ses portes ce lundi
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci M Marcel de ces précisions. Il semble pourtant bien que des boulangeries dites traditionnelles achètent tout ou partie de leurs patisseries auprès d'industriels qui leur livrent des produits prêts à consommer après quelques heures de décongélation. Quant au(x) pain(s) nous avons tous fait l'expérience d'une baguette achetée fraîche le matin dans une petite boulangerie, et qui se transforme en baton de caoutchouc dans l'après-midi : alors, pain de la veille congelé et décongelé ?
Répondre
C
Tout est dit. Le juge de paix économique est le seul qui vaille, celui qui évite le doctrinaire, l'arbitraire, bref celui qui rappelle encore et toujours les réalités. Il est quand même heureux qu'on ne soit pas obligés d'acheter dans des commerces labellisés par des comités de quartier omnipotents. Maintenant, on s'étonne toujours que des commerces ferment en dépit de tous ces témoignages sur leurs qualités, leurs valeurs professionnelles et humaines : ou il faut considérer que les intervenants qui les profèrent ne représentent qu'eux-mêmes et sont quantité négligeable.

Le plus drôle est l'argumentaire social pour expliquer la chose car on imagine mal que quelques centimes expliquent la situation, si tant est que ce soit vrai car j'ai plutôt remarqué le contraire. Comparés à des commerces comme PatàPain (aucune pub là-dedans), il faudrait davantage rechercher les différences du coté des horaires et des jours d'ouverture, de la variété des produits proposés et de l'adéquation au goût du jour de ces derniers car la plupart des boulangeries traditionnelles fonctionnent toujours comme il y a 50 ans (au moins).
Répondre
J
c est vraiment dommage on y mangeait bien mieux qu'à patapain.
les petits boulangers indépendants se font massacrer
par le rsi, qui ne leur assure même pas une assurance chomage.une fois la clé sous la porte c'est le rsa qui guette.
c'est vraiment dégueulasse.en revanche pour nos édiles ,là ça roule tranquilou le pognon arrive tous les mois sur le compte donc tout va bien, on se pavanne sur le marché avec une cravate rouge ou rose.la fête du slip.
heureusement que vierzonitude est là, le blog fait un peu bureau des pleurs parfois, mais il montre la réalité des gens qui vivent ville à vierzon.
Répondre
J
Cette évolution est inéluctable avec la paupérisation de la population vierzonnaise. Plus d'activité, plus de travail, on ne recherche plus la qualité, mais on achète le prix ..le moins cher. Les commerçants vont tous être remplacés par des industriels jusqu'à avoir le monopole et là, on l'aura dans le baba(!).
Comment faire ?
Donner un peu d'espoir en allant chercher des entreprises, des entrepreneurs, des capitalistes, des libéraux pour retrouver de l'activité qui enrichira les habitants de Vierzon.
Mais pour ceci, il faut virer la bande d'incompétents qui nous mènent à la ruine !!
Répondre
M
Attention, le Cereus Maximus est connu pour ces piquants. Une bonne petite piqure libérale vous guette.
Il est peut-être bon dans le cas qui nous intéresse d'expliquer la différence entre un terminal de cuisson et une boulangerie. L'un est un artisan, l'autre pas, le pain arrive alors sous la forme de bâtonnets congelés qu'il faut faire ensuite pousser (La même technique est utilisée par Mc Dolnalds pour certaines de ces fournitures).
Certes les meuneries sont souvent rattachés à de grands groupes économiques, il n'empêche que la production est nécessairement locale, c'est une obligation légale pour les métiers de la boulangerie. C'est d'ailleurs le gouvernement Juppé en 1995 qui avait émis ce décret, on ne pourra le soupçonner de volonté "gauchiste" (Et oui, les artisans sont bien souvent aussi de son électorat).
Après que chacun choisisse son lieu où se fournir, quoi de plus normal, là rien à redire.
C
Merci pour cette bonne tranche d'humour, ça fait du bien et ça mange pas de pain...

Na pas savoir en 2016 que tous les commerçants, ou presque, se fournissent chez les industriels, notamment et surtout l'industrie agro-alimentaire c'est vraiment balaize.
M
La boulangerie était en vente depuis un certain temps (déjà signalé par Vierzonitude). On notera cependant que l'annonce sur le Bon Coin a disparue, je me prend à rêver d'un repreneur
Répondre
L
Ce qui est terrible avec les Pâtapain ou autres marchands de pain congelé, c'est qu'ils cassent le marché et, une fois qu'ils ont asphyxiés les artisans, ils pratiquent des tarifs élevés. Un exemple : le croissant congelé de Pâtapain est je crois vendu 95 cts tandis que l'artisan-boulanger des Forges vend ses (énormes) croissants 90 cts... La vie est belle chez Pâtapain ! Par ailleurs, autant les supermarchés vendent peu cher leur baguette en caoutchouc mais si vous regardez de près le tarif des pains plus élaborés, ils sont souvent plus élevés que chez un boulanger avec une qualité moindre. Il est dramatique que le centre-ville perde ainsi toutes ses boulangeries. En ce qui me concerne, je n'achète rien chez Pâtapain par goût et par principe.
Répondre
A
Selon vous, l'explication de cette fermeture, "on la devine", ce qui permet une nouvelle fois toute interprétation.

Mais finalement que dit le boulanger ?
Répondre
A
Si le petit mot sur le comptoir avait une "teneur" et la boulangère explique "qu'elle n'y arrivait plus", alors pourquoi avoir écrit "sans explication mais que l'on devine".
V
Vous devriez allez vérifier la teneur du petit mot aussi sur le comptoir, des fois que ce blog ne dirait pas toute la vérité. On compte sur vous.
V
Problème économique, c'est ce que dit la boulangère, elle n'y arrive plus. Ca vous étonne ?
C
elle faisait le meilleur pain du coin ... et sûrement d'une bonne partie de vierzon ... mais la clientèle préfèrait peut-être se fournir chez plus industriel, plus banal ou moins aimable... l'injustice vierzonnaise est odieuse... la bêtise et l'indifférence sont parfois si quotidiennes ... que l'office de tourisme devient boulangerie à présent!
Répondre
M
Quel dommage! Client de cette boulangerie depuis ma présence sur Vierzon, soit une dizaine d'années, je me désole.
Faites le compte des boulangeries restant dans le centre ville. En suivant l'axe Tours/Bourges vous pouvez maintenant aller de l'hôpital aux Forges en ne rencontrant aucune boulangerie.
L'usine à pain "Patapain" a remporté la bataille (Je précise que je n'utilise pas le vocable de boulangerie pour cet établissement, puisqu'il ne s'agit que d'un terminal de cuisson et non d'une boulangerie au sens législatif du terme).
A l'image de la cité et de l'usage des grandes surfaces périphériques, les clients lorsqu'ils sont encore présents en ville, vont au moins cher et le commerce traditionnel se meurt.
Répondre

Archives

Articles récents