Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Vierzon aussi devra changer d'heure dans la nuit de samedi à dimanche

Publié par vierzonitude sur 28 Octobre 2016, 13:30pm

Vierzon aussi devra changer d'heure dans la nuit de samedi à dimanche

Oui, Vierzonitude aussi cède à la tradition pétrolière de l'avertissement solennel : n'oubliez pas, bande de Vierzonnais, de reculer vos montres et vos pendules d'une heure dans la nuit de samedi à dimanche. En gros, et pour ceux qui peuvent comprendre, ce qui n'est pas le cas de Vierzonitude, à 3 heures, il sera 2 heures du matin. Bon, d'accord, donc si je mate ma pendule, en restant éveillé bien sûr, à 3 heures, il sera 2 heures ? Sans bouger les aiguilles ? Deux fois par an, c'est la même histoire, on avance et on recule, comment voulez-vous... qu'on soit à l'heure. Entre les anti et les pro, il y a de quoi se bouffer les poings. Mais c'est ainsi. A Vierzon, on se contentera de se planter devant la pendule, au-dessus de la parfumerie Marionnaud pour constater que depuis des années, heure d'hiver ou d'été, la pendule s'en fout, elle est arrêtée. Arrêter le temps, en voilà une bonne idée ! En attendant, quelques incontournables à lire ci-dessous.

Un peu d'histoire sur ce changement d'heure

C'est le choc pétrolier de 1973 qui a engendré le changement d'heure en France dans un souci d'économies d'énergie. Il a été mis en place en 1976 et existe aujourd'hui à travers le monde dans 70 pays. Le principe : chaque année, on change d'heure en reculant sa montre le dernier dimanche du mois de mars pour l'été et en l'avançant le dernier du mois d'octobre pour l'hiver. Le changement d'heure 2016 se fera le 30 mars pour le passage à l'heure d'été et le 26 octobre pour l'heure d'hiver.
Heure d'hiver: Lors du passage heure d'hiver, on recule sa montre d'une heure. Le point de repère officiel du changement d'heure étant 3 heures du matin le dimanche, à cette heure là, il n'est que 2 heures, ce qui permet de dormir une heure de plus le dimanche matin. Une bonne chose pour la plupart d'entre nous. Mais il arrive que le passage heure d'hiver entraîne un changement de rythme biologique et ait des influences peu agréables tant sur le sommeil que sur l'humeur et même pour certains sur l'appétit. Ce sont les enfants et les personnes âgées qui seraient les plus réceptives à ces effets dus au passage heure d'hiver plus qu'au passage heure d'été. Quelques recettes existent pour que le changement d'heure 2017 se passe bien : pour les jeunes enfants, il faut décaler certains horaires, en particulier celui du coucher et celui du repas d'une dizaine de minutes avant le passage à l'heure d'hiver. Pour les adultes, il est conseillé de modifier ses heures de coucher, de faire éventuellement une sieste et de profiter au maximum de la lumière, qu'elle soit naturelle ou artificielle.

Sur le site de Ouest-France on lit ceci : "On passe à l’heure d’hiver ce week-end. Changer d’heure, c’est voir la nuit tomber plus tôt. Ce qui arrange les cambrioleurs : en un coup d’œil, en fin d’après-midi, ils voient si une maison est occupée. Mais ils ont aussi d’autres astuces, bonnes à connaître." Dingue ! Du coup, le canard local peut se payer une bonne tranche de toutes les astuces des voleurs pas forcément en rapport avec le changement d'heure !

Le changement d'heure, c'est mauvais aussi pour les... Piétons, nous rappelle la Préfecture de région : "Chaque année, les jours suivant le changement d’heure enregistrent un pic d’accidentalité de +40% pour les piétons en fin de journée. La Sécurité routière revient sur les réflexes élémentaires à adopter pour éviter les accidents.
Piétons, un mot d’ordre : la visibilité
Ces cinq dernières années le nombre d’accidents corporels des piétons en novembre est supérieur de 3,1% aux mois d’octobre. Pour la seule tranche horaire 17h-19h, cette augmentation est de 40%. En effet, le recul d’1 heure a une conséquence importante sur les heures d’éclairement : la nuit tombe alors plus tôt dans la journée, au moment de la sortie des classes ou des trajets de fin de journée professionnels.
La conjonction de ces deux facteurs aboutit au fait que le tiers des piétons tués le sont en période hivernale.
Selon l’Observatoire national interministériel de Sécurité routière, ce surplus d’accidents serait « une conséquence du temps d’éclairage réduit, les piétons étant difficilement perçus par les autres usagers, alors qu’ils ont l’impression d’être vus. »
Pour ces usagers déjà vulnérables, il est essentiel d’être visible. Pour ce faire, il est recommandé de préférer des vêtements clairs ou assortis de bandes réfléchissantes.
Des précautions à prendre qui concernent tous les usagers.

Les Belges ont d'ailleurs compté les accidents dûs au changement d'heure :

La gravité des accidents touchant les piétons double à la suite du passage à l’heure d’hiver. Le passage à l’heure d’hiver qui intervient ce week-end représente le début d’une période à risque sur les routes belges, surtout pour les usagers faibles que sont les piétons. Voilà en gros le message que veulent faire passer l’IBSR et l’AWSR (Agence wallonne pour la sécurité routière).

D’octobre à novembre, le nombre d’accidents corporels impliquant des piétons augmente de 28 % pendant l’heure de pointe du soir. Le nombre de blessés graves et de tués parmi les piétons croît même de 63 %. Donc, non seulement il y a plus d’accidents, mais ils sont aussi plus graves.

Ainsi, on enregistre 17 piétons tués par 1.000 accidents en octobre, contre 34 par 1.000 accidents après le changement d’heure. La gravité des accidents est multipliée par deux. Il est probable que les vitesses d’impact au moment des accidents soient plus élevées après le changement d’heure en raison des conditions de visibilité moindres, note l’Institut.

Il y a même, dans les Vosges, une association contre le changement d'heure et elle dit pourquOI /

Délégué régional de l’Association contre l’heure d’été double (ACHED), Marcel Cordier explique en quoi le changement d’heure de ce week-end est néfaste. Il milite pour l’instauration d’une heure unique.

Marcel Cordier, pouvez-vous présenter l’ACHED et votre combat contre le changement d’heure ?
« Notre association a été créée en 1983, sept ans après la mise en place du changement d’heure. C’est le professeur et pédiatre Boris Sandler qui en est à l’origine, après avoir constaté les effets sur les enfants dont il s’occupait à l’hôpital. Il s’était rendu compte que le changement d’heure était une catastrophe pour les personnes fragiles. Depuis cette époque, l’association milite pour la suppression de l’alternance entre l’heure d’été et l’heure d’hiver, ainsi que pour la suppression des deux heures de décalage avec le soleil. »

Nous sommes décalés de deux heures avec le soleil ?
« En été oui. En fait, pendant l’heure d’hiver, nous sommes en avance d’une heure sur notre méridien, celui de Greenwich, et comme on recule d’une heure supplémentaire au mois de mars, cela aboutit à un décalage de deux heures. Et encore, on est gâté en Lorraine, parce qu’à Brest, au bout de la Bretagne, ils ont presque deux heures et demie. C’est là-bas qu’on a le plus d’adhérents d’ailleurs. Mais c’est ahurissant, il n’y a que quatre pays dans le monde où le décalage avec le soleil est de deux heures : la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et la France. »

Le Parisien incite même les donneurs du sang à profiter du changement d'heure pour faire un don : "Profiter du temps gagné pour faire un geste utile. À l’occasion du passage à l’heure d’hiver ce week-end, l’établissement français du sang (EFS) invite une nouvelle fois les citoyens à se mobiliser. Il rappelle qu’un don de sang ne dure que 45 minutes, soit quinze de moins que les soixante gagnées dans la nuit de samedi à dimanche. « Chaque année, cet événement saisonnier modifie nos rythmes de sommeil, permet des économies d’énergie, allonge nos soirées… Et si, cette année, changer d’heure permettait également aux donneurs de sauver des vies ? », interroge l’EFS. La France compte 129 centres de collecte ou collectes mobiles à venir. Dans le Val-d’Oise, c’est le site de Pontoise, avenue de l’Ile-de-France, qui vous accueille."

Une étude de l’institut BVA réalisée pour le compte de la marque horlogère Mondaine, célèbre pour ses horloges de gare helvétiques, revient sur la perception des Français vis-à-vis du changement d’heure et sur ce que représenter une montre dans leur vie quotidienne.

"Si 60% des sondés savent que l’on recule d’une heure ce week-end, un petit tiers pense encore que l’on va perdre une heure et 12% n’était même pas au courant du passage à l’heure d’hiver. Ce chiffre augmente davantage en Ile-de-France, où, à force d’être pressé, les Franciliens en oublieraient l’heure qui file ! "

"Toujours selon ce sondage, la moitié des Français va en profiter de cette heure de plus pour dormir plus longtemps, une personne sur cinq va passer plus de temps avec un proche, 12% vont se promener, une personne sur dix va lire, 8% vont bricoler ou jardiner pendant que 5% vont faire du sport ou travailler ! "

Original : A Paris, une course à pied est calée sur le changement d’heure pour ne pas perdre une minute. Le départ sera donné à 2h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, au parc de la Villette. L’arrivée se fera une heure plus tard… à 2h du matin toujours…

Question santé, Marie-Claire se pose cette question . Changement d’heure : comment garder le moral malgré le manque de lumière ? "Pour la plupart d’entre nous, la baisse de luminosité est synonyme de furieuse envie de rester plus longtemps sous la couette, de compulsions alimentaires et de moral dans les chaussettes. Si le changement d’heure accentue le problème, l’intensité lumineuse globale, plus basse lors des mois d’hiver, est responsable de ces changements. En effet, la lumière extérieure est le chef d’orchestre de notre horloge biologique. Cette dernière régule la production des hormones de l’éveil, de la vigilance, de l’humeur (sérotonine), du sommeil (mélatonine), etc…Lorsque l’on manque de lumière, tout le mécanisme est perturbé et des petits bugs apparaissent : sautes d’humeur, difficultés à s’endormir ou à se réveiller, fatigue excessive,…"

Et dans le jardin ? "Changement d'heure, passage à l'heure d'hiver, conséquences au jardin ? Officiellement, selon le calendrier, l'hiver ne commence qu'au solstice d'hiver vers le 21 décembre, pour une durée de 3 mois.
"Une année au jardin bio" de Terre Vivante
Toutefois, la définition de l'hiver, en astronomie, est différente puisqu'elle retient, pour notre hémisphère nord, les jours les plus courts de l'année, c'est à dire le trimestre allant du 7 novembre au 7 février. Alors, oui, on peut donc parler d'hiver et commencer à voir comment accompagner les végétaux dans leur période de repos qui va démarrer.
Comme un lendemain de fête, avec l'hiver, le calme revient et il faut ranger, protéger, nettoyer...pour être fin prêts pour la prochaine arrivée des flonflons du printemps et de l'été !
Non, ce n'est pas une période où il n'y a plus de travaux à effectuer au jardin. Il faut arracher les pieds de tomates, protéger rhubarbe et cardons, stocker les pommes et les pommes de terre, planter des arbustes et des arbres, nettoyer les nichoirs, etc... Pour ne rien rater des tâches à effectuer dans le jardin mois après mois, procurez-vous le livre "Une année au jardin bio" dans lequel les jardiniers de Terre Vivante partagent leurs conseils et secrets pour entretenir le jardin, le potager, le verger, ruche et poulailler, sous un angle à la fois pratique, notamment grâce aux nombreuses photos, mais aussi rempli d'expériences utiles"

Même en sport, ça craint : "Suite à la décision du gouvernement turc de ne plus appliquer le changement d'heure, les horaires des coups d'envoi de certains matches sont modifiés. À partir du 30 octobre 2016, la Turquie aura deux heures d'avance sur l'heure de Paris."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jag 28/10/2016 19:36

Est-ce indispensable, on est déjà à l'heure de Moscou... pardon, Pyongyang !!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents