Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Vierzon s'occupe aussi de ses pauvres en même temps qu'elle accueille les migrants !

Publié par vierzonitude sur 1 Octobre 2016, 17:33pm

Les aigris vont pouvoir affûter d'autres arguments. Car ceux qui ne veulent pas accueillir de migrants sous prétexte qu'on doit d'abord s'occuper de nos pauvres à nous, et surtout de nos SDF, vont être servis. Figurez-vous, chers intolérants, que la ville de Vierzon, va voter, jeudi 6 octobre, au conseil municipal, une délibération anodine, car technique. Mais elle nous rappelle combien la ville de Vierzon s'occupe aussi des personnes en grande détresse détresse sociale et qui ne sont pas migrants.

En effet, la ville octroie sa garantie d'emprunt pour la construction par l'Office Public de l'Habitat du Cher de 14 logements rue de la Société Française, ce que l'on appelle une pension de famille, gérée par l'association Cher accueil. Le contrat de prêt est intervenu entre l'Office Public de l'Habitat du Cher et la Caisse des Dépôts et Consignations à hauteur de 745 503 € garanti à 50 % par la ville de Vierzon. Quand même !
C'est quoi une pension de famille ? "Les Pension de Famille sont des logements sociaux adaptés. Elles sont une réponse à mi chemin entre la vie en logement autonome et la vie en structure d’hébergement collectif, pour les personnes isolées, en situation de mal-logement et de grande exclusion", lit-on sur le site de Cher accueil. Qu'est-ce que grands défenseurs du "on est bien chez nous sans les autres" auraient dit s'il s'était agi de construire ce genre d'habitat pour les migrants. Ouf ! Ce sont pour nos pauvres à nous. Rassurez-vous, vous ne seras pas obligés non plus d'en accueillir un chez vous. D'ailleurs, c'est étrange, on n'a entendu personne le dire !

La Pension de Famille de Cher Accueil sont affiliées à la Fondation Abbé Pierre qui nous a soutenu directement dans nos projets et nous accompagne aujourd’hui dans leur développement.

Elle se compose d’appartements (des studios pour l’essentiel) qui sont meublés et équipés avec tout le nécessaire pour une installation confortable, rassemblés autours d’espaces de vie collective.

Chaque pensionnaire signe un titre d’occupation, renouvelable par tacite reconduction, en échange duquel il paie une redevance.

Elle prend en compte la vie dans le logement (électricité, eau, gaz, etc.) et la participation à la vie collective.

Dans leur logement, les pensionnaires sont indépendants. Nos Pensions de Famille offrent un cadre respectueux de leur vie privée et de leur intimité. A ce titre, chacun est libre de recevoir des amis ou de la famille quand il le souhaite.

Toutefois, la force de cet habitat particulier réside dans la possibilité de prendre part à une vie collective. Cela peut se faire autour des repas proposés midi et soir, d’ateliers, de sorties ou des tâches ménagères.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
À
Il ne faut pas penser que être contre l'arrivée de clandestins à Vierzon signifie que l'on cautionne les salaires et indemnités des politiques.
Juste un exemple du coût des clandestins pour une petite commune d Allex dans la Drôme :
Ce village de 2500 habitants a eu récemment le triste privilège d'être désigné par leur république pour accueillir une cinquantaine de "migrants", suite au démantèlement de la jungle de Calais. La population du village, y compris le maire, est fermement opposée à l'arrivée de cette vague d'envahisseurs décidée sans concertation par la préfecture, qui a averti par avance qu'elle ne tiendrait pas compte du résultat du référendum organisé par la mairie le 2 octobre. Le coût annuel exorbitant annoncé par l’état est de 470 000 euros. La commune à récemment dû renoncer à des travaux dans l'école du village, faute de budget...
Répondre
C
Ah, elle est fumante celle là ! Si le cada (késako ?) n'appartient pas aux citoyens, s'il s'agit bien d'une institution financée par le denier public, il faudra expliquer très clairement à qui cette ISNA (Institution Spontanée Non Attendue) appartient. Vraiment il s'en passe dans notre beau et triste pays pendant que la populace que nous constituons fait bouillir la marmite. Pour votre gouverne et afin de ne plus avoir à revenir sur le sujet, vous voudrez bien noter qu'en république, si tant est qu'elle soit une véritable démocratie, TOUT appartient au peuple souverain, y compris et surtout les institutions, les fonctionnaires et les politiques. La dernière fois qu'un régime de droit divin l'a oublié on sait comment ça s'est terminé.
Et au moins en Hongrie les dirigeants ne s'essuient pas les pieds sur leur population.
Répondre
V
Et les élus que vous gavez de deniers publics pour des campagnes fumeuses, ce n'est pas votre argent ?
C
Quand vous déciderez-vous à maitriser la langue française ? Vous persistez lourdement dans votre agitation opportuniste lorsque vous ressassez à tour de posts une conjonction migrants/intolérance. L'intolérance, selon les lexicographes, se définit comme :
• La négation du fait qu'il puisse exister des idées, des croyances, des types de personnes, des modes de vie et d'une façon générale des opinions différentes des siennes.
•Incompatibilité et rejet physiologique de substances chimiques au sens large.

Maintenant, il s'agit de savoir si la première acception peut être illustrée par le refus des individus de se voir imposer, en vrac, des centrales thermiques ou des éoliennes à 300 m de chez eux, des aménagements urbains dispensables et dispendieux ou un système de protection sociale délirant.
Assurément non. Le fait que je ne veuille pas admettre que des vacanciers en perdition viennent planter leurs tentes dans mon jardin au motif que leurs campings sont inondés est-il constitutif d'une intolérance ? Assurément non. Ces sont des refus pour des situations dont NOUS NE VOULONS PAS, rien de plus mais rien de moins !
Que des organismes ou individus puissent se permettre de passer outre l'opinion d'une majorité de citoyens démontre en revanche clairement que leur mépris de l'opinion publique constitue bel et bien une intolérance, intolérance aggravée si leur déni de démocratie doit entrainer des préjudices graves à la population nationale.
Répondre
V
La cada : centre d'accueil des demandeurs d'asile. Ben en tant que propriétaire, fermez le !
A
M. Vierzonitude :

"Notre propriété privée", c'est la nation.
La CADA, nous en sommes aussi propriétaires en tant que citoyen contribuable.

Si vous rétorquez que les français n'ont aucun droit de propriété sur le territoire français (votre position nous y conduit), cela signifie que nous renonçons à exister.
Peut-être que des français, comme vous mêmes, ne veulent plus exister, plus combattre, donner leur héritage au monde plus qu'à leurs enfants... mais ça doit être résulter d'un choix, pas d'un dictat.
V
Rien de plus mais rien de moins : c'est un peu autoritaire non ? Vous n'auriez pas des origines de président hongrois qui, fait voter aujourd'hui un referundum à propos des migrants dont la seule réponse est non !
V
Sauf que dans le cas de la tente, il s'agi de votre propriété, privée qui plus est. le Cada ne vous appartient pas. En revanche, votre intolérance, oui.
A
Faisons une pause, voici autant de problématiques dont on doit pouvoir débattre sans s'envoyer des noms d'oiseaux.

- la souveraineté du peuple (en démocratie parfaite, on doit consulter tout le monde pour l'accueil d'une personne)

- puisqu'on ne raccompagne plus (ou si peu) les clandestins, le terme "migrant" est faux

- accepter 30 migrants, c'est accepter les 200 milles autres (hors crises des pays arabes) et les millions à l'échelle UE qui sont de fait, tout aussi bien français.

- Comment construire le "sentiment de destinée commune" lorsque vous retirer le charnel (c'est à dire l'inaccessible) d'une nation ? On remarque que même les "citoyens du monde" se rattachent à une identité inaccessible aux autres. Ce besoin humain ne dépasserait-il pas l'idéologie des sans frontières ?

- Comment donner aux futurs générations l'envie de s'investir si ils devront partager le territoire avec le tout venant ? L'argent ne peut pas être le seul liant... et si il le devient, ça donne les vigiles et caméras de sécurité partout. Où comment la gaôche en brisant le communautarisme national a fait le jeu du "tout capitaliste avec la marchandisation des rapports humains" (même réflexion avec le féminisme).

- la hausse de la démographie qui maintient en tension permanente sur le marche immobilier, celui de la construction, contribuant à ravager le pays de béton et maintenir la rente foncière de la génération 68

- la modification du rapport de force capital/travail avec l'arrivée de travailleurs sans qualification et sans patrimoine, soit le dumping social, qui précarise davantage les populations modestes (mais ne nullement la condition sociale d'un M. Sansu)

- le fait que les responsables du chaos migratoires n'assument rien (Tony Blair, fortune à 72M€, BHL, 1Milliards, Les Clintons, quelques centaines de millions, je crois)

- 35% du PIB est utilisé en revenu de transfert, presque un record au niveau mondial, il y a 2 solutions face à une arrivée d'une population précaire, soit on maintient égale l'aide individuelle en haussant les impôts, soit on diminue l'aide individuelle, mais c'est mentir que prétendre que l'accueil n'aura pas d'impact les français modestes.

-----------
Seulement aujourd'hui, l'immigration est réduit au domaine émotionnel et celui du fait divers, jamais à parler du fond de manière cartésienne. Bref, demain sera davantage merdiq** mais avec encore plus de bons sentiments !
Répondre

Archives

Articles récents