Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


L'hôpital de Vierzon éternellement en danger et éternellement en déficit

Publié par vierzonitude sur 7 Novembre 2016, 18:10pm

Selon la CGT, l'hôpital de Vierzon serait en danger, là, en novembre 2016. Mais l'hôpital de Vierzon est régulièrement en danger et en déficit depuis vingt, voire trente ans ! Pas une année sans que les élus aillent sonner aux portes du ministère de la Santé. Pas une année où la CGT ne s'inquiète du devenir de l'hôpital. Pas une année où les élus agitent le grelot pour flanquer la frousse aux Vierzonnais qu'ils n'auront peut-être plus d'hôpital à la fin de l'année... Et comme par miracle, mais grâce aux miracles des élus évidemment, l'hôpital est toujours là, debout, elle se développe et investit, malgré une dette colossale de plus de vingt millions d'euros. C'est cyclique. L'hôpital de Vierzon est une merveilleuse machine à apeurer les citoyens et à ravir les élus qui peuvent faire croire que c'est grâce à eux que l'hôpital est encore debout ! Une fois de plus, demain mardi 8 novembre, la CGT va encore agiter ses banderoles. Une fois de plus, l'hôpital va passer à travers les gouttes sinon pourquoi avoir investi plus d'un million d'euros dans un IRM ? Pourquoi vouloir investir dans le rapprochement maternité-pédiatrie, on en passe et des meilleurs ? Il faut dire qu'il n'y a plus que cela, à Vierzon, pour faire sortir la CGT et aérer les drapeaux. Ca et la fonction publique. Alors toutes les occasions sont bonnes pour d'un côté noircir le tableau et savoir de l'autre que l'hôpital de Vierzon ne fermera pas ses portes... grâce à l'action conjuguée des syndicats,des élus et de la population. Y croire après tout ne peut pas faire de mal.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

QUENTIN 08/11/2016 07:28

Non, il ne s'agit pas d'un jeu de rôles, les hôpitaux ont été configurés sous les différents gouvernements comme des entreprises qui doivent être rentables, et non comme un service à la population. Les ARS (Agence régionale de santé) sont là pour veiller en gendarme que cette privatisation est bien appliquée. Ce n'est plus un Service public mais un service au public, comme un commerce. Les syndicats n'attendent pas le conflit et les citoyens se passeraient bien de sortir avec mégaphone et banderoles si le libéralisme ne considérait pas la vie comme un marché

Cereus Maximus 08/11/2016 15:43

Ok, mais tout a un prix si la société ne fonctionne pas bénévolement en intégralité, et si tous ne reçoivent pas en retour proportionnellement à leur contribution. Maintenant que la règle est posée, pour pouvoir continuer à s'exprimer en toute légitimité il suffit de déclarer sa quote-part de participation aux dépenses sociales : d'où tirez-vous vos revenus et combien reversez-vous ? Ce sont les questions fondamentales de nos jours.
Vous voyez, c'est simple et ça règle bien des débats.
Vous aurez noté avec perspicacité que ceci répond également à la question des migrants qui ne peuvent prétendre à des droits que si ils répondent au moins proportionnellement à des devoirs équivalents...Bonne méditation.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents