Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Centre de santé municipal : doute sur l'équilibre financier

Publié par vierzonitude sur 13 Décembre 2016, 06:00am

La création d'un centre municipal de santé, avec des praticiens salariés, peinent à faire l'unanimité, au sein du conseil municipal. La ville va devoir créer un Groupement d'intérêt public pour en assurer la gestion.  "On sait que ce genre de structure est financièrement très lourd pour une collectivité, estime Franck Piffault, élu de l'opposition. "Un rapport récent de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS), déconseillait récemment la création de centres municipaux de santé aussi bien pour le poids financier qu'ils font peser sur les finances des collectivités sans réellement apporter de solution durable pour lutter contre la désertification médicale."

Faux, estime la majorité. "L'IGAS demande plus de rigueur mais demande que l'on crée plus de centres de santé ! Le Quotidien du médecin vient aussi de dire que les centres de santé se portent de mieux en mieux. Il y a une attente forte de la part de nos concitoyens." Elisabeth Hovasse-Prély, adjointe, déléguée à la santé, souligne que  "la création d'un groupement d'intérêt public nous a paru la plus intéressante pour le centre de santé". Quant à la rémunération : "a-t-on vu un cabinet médical faire faillite du moment qu'on a une clientèle ?" 

Médecins obligatoirement salariés

Bien sûr, vante la majorité,  "l'intérêt, c'est la pluridisciplinarité. La prise en charge se fait aujourd'hui par plusieurs praticiens. Le deuxième intérêt, c'est de résoudre le problème des accès sociaux à la santé, plus importants que les problème des accès territoriaux." Pour Philippe Fournié, maire-adjoint, "il faut travailler sur la fin de la libre installation de médecins". Un combat que ne gagnera pas toute seule la ville de Vierzon... "Dans les centres de santé, les médecins sont obligatoirement salariés. C'est ce que recherchent les jeunes médecins," poursuit Elisabeth Hovasse-Prély.

"Nous travaillons activement au recrutement. Nous entretenons des relations avec deux dentistes. Ce qui est important pour Vierzon et pour l'équilibre financier du centre de santé. Nous avons des contacts sérieux. Nous travaillons aussi avec l'environnement médical local. J'ai rencontré les sage-femmes qui disent travailler de manière sereine. Le problème, c'est le pédiatre qui manque."  Le pédiatre mais pas seulement. pour l'instant, on n'entend pas, de la part de la majorité, que des médecins généralistes nouveaux sont disposés à venir à Vierzon. On peut douter de l'équilibre financier d'une telle structure qui n'est pas neutre sur les finances d'une ville comme Vierzon, même à travers un Groupement d'intérêt public.

L'équilibre à trois ou quatre ans

"On devrait arriver à l'équilibre au bout de la troisième ou quatrième année", ajoute l'adjointe à la santé. Et en attendant, alors, qui verse au pot pour rétablir cette équilibre financier ?

Jean Rousseau, élu de l'opposition, précise que "l'essentiel, c'est de tout faire pour éviter le désert médical. Je pense aussi qu'il faudrait faire attention à ne pas aboutir à une usine à gaz, à une structure trop lourde. Y-a-t-il besoin d'un directeur ou simplement un secrétariat mutualisé ? "

Nicolas Sansu, le maire répond : "Il y a maldonne ! Le GIP, ça permet d'avoir plusieurs collectivités publiques et d'obtenir des acteurs de la santé. La direction n'est pas forcément une direction à 100 %." Pour faire taire une rumeur : "le docteur Philippe Brée, médecin à Chaillot, n'est pas disposé à aller au centre de santé." Bon sang, mais qui a bien pu penser une chose pareille ?

C'est au compte-gouttes, pièce par pièce que l'on commence à comprendre la future organisation liée à la création du centre municipal de santé qui se construit, au nord de Vierzon. Lundi, les élus devront votre la création d'un groupement d'intérêt public. "Les travaux de construction du Centre de santé ont démarré fin juin 2016 pour une livraison du bâtiment en septembre 2017. Les opérations d'aménagement intérieur (mobilier et matériel) s'enchaîneront pour une ouverture au public programmée en janvier 2018", explique la délibération.

"Ce centre de santé, initié par le Contrat Local de Santé porté par le Pays de Vierzon a vocation à desservir un bassin de vie qui va au delà du territoire de la Commune de Vierzon. C'est pourquoi il est envisagé la création d'une structure « ad-hoc » pour en assurer la gestion : un groupement d'intérêt public (GIP). La Communauté de communes « Vierzon-Sologne-Berry » et le Centre hospitalier de Vierzon ont déjà donné leur accord de principe." 

Qui amorcera la pompe financière ? Et sous quelle forme ? Car on a bien noté la déclaration d'Elisabeth-Hovasse, élue chargée de la santé, lors des assises de la citoyenneté : "Les médecins du centre sont obligatoirement salariés, avec une part fixe et une part liée à leur activité." Qui va donc amorcer cette part fixe ? L'activité ne va pas tomber du ciel le premier mois. Il faudra donc verser les salaires puisque les médecins ne seront plus libéraux mais salariés. Alors, qui va essuyer les plâtres financiers ? La communauté de communes ? L'hôpital ? La ville de Vierzon ? Quelles formes prendront les contrats ? Quels seront les avantages ?

Puisque la ville veut casser le système libéral en se payant elle-même des médecins et des spécialistes, on aimerait connaître la moindre virgule de ce qui sera proposé aux médecins et spécialistes qui viendront à Vierzon. Ce qui est curieux, c'est lorsqu'on voit la liste, longue très longue, des offres d'emplois de l'hôpital, on se dit mais pourquoi viendront-ils aussi facilement que les élus le laissent penser au centre municipal de santé alors que l'hôpital n'arrive déjà pas à trouver du personnel ? Une question de plus. Une réponse en suspend...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nounouche 13/12/2016 11:45

que ne ferait-on pour maintenir et faire venir des médecins.......les communes sont désormais obligées que faire quelque chose pour éviter le désert médical, certaines qui n'ont pas obligatoirement les moyens doivent faire les frais de construction de cabinets médicaux....Heureusement, que nos artisans, commerçants ne sollicitent pas autant les collectivités, ben oui, eux se prennent en charge et font des emprunts pour construire ou acheter leurs locaux professionnels, et pour des revenus souvent bien inférieurs à ceux des professions médicales.
Dans ma commune, ce sont des artisans du bâtiment qui se sont associés pour construire la maison médicale, et ça fonctionne !

Athos 12/12/2016 11:41

Tout n'est pas noir.

La trésorerie de départ (pour le fixe des premiers salaires) sera financée par l'emprunt (prêt relais, découvert…), comme dans toute création d'entreprise.

Avec la pratique du tiers payant, les régimes obligatoires règlent sous cinq jours, l'argent n'est donc pas dehors bien longtemps.

Les prises de rendez-vous peut débuter une dizaine de jours avant l'ouverture, ce ne sera donc pas le vide sidéral le premier mois dans les salles d'attente, surtout avec le désert médical que nous connaissons à Vierzon.

Le recrutement des praticiens peut aussi être échelonné pour coller à la montée en puissance de l'activité du centre.

Une part non négligeables de jeunes généralistes et dentistes recherchent maintenant le salariat pour leur confort, et les conditions de travail, surtout les femmes.

Les difficultés de recrutement supposées du centre hospitalier (la liste n'est d'ailleurs pas si longue, 10 postes sont à pourvoir actuellement sur le site de la FHF) sont difficilement transposables à un centre de santé municipal car l'hôpital globalement ne recrute pas tout à fait ce type de praticiens (Sauf peut-être kiné).

Jag 11/12/2016 21:27

Cela ne va pas être évident de trouver de bons médecins, voir des médecins moyen, sauf à aller les chercher en Roumanie ou en Pologne...Le maire pourra activer ses réseaux en Europe de l'Est....sauf qu'il n'y a plus de pays communistes...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents