Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


L'agresseur de la rue Joffre, reconnu par un témoin, a été interpellé... Il y a donc bien eu un témoin !

Publié par vierzonitude sur 6 Décembre 2016, 20:42pm

Quelque chose ne colle pas entre les déclarations-massue du maire de Vierzon et l'arrestation, ce mardi, de l'agresseur du couple de personnes âgées rue Joffre, blessé par un homme à capuche, le samedi 26 novembre, après un violent vol à l'arraché.

Quelque chose cloche car, par deux fois dans la presse, le maire a instillé un fait singulier, celui que des témoins auraient vu la scène d'agression et n'auraient pas réagi. Et que ces mêmes témoins n'auraient pas... témoigné pour permettre l'arrestation de l'agresseur, malgré l'appel à témoin lancé par le commissariat de Vierzon. Le maire explique, une première fois, dans la presse que "les gens se posent des questions sur eux-mêmes" et il en appelait "à plus de solidarité". Un message un peu crypté qui tombait comme un cheveu sur la soupe et s'exonérait surtout de tout message de compassion envers les victimes.

Dans la presse, lundi, on pouvait lire, à nouveau, ceci : "Cette absence de réactions des témoins gêne l'avancée de l'enquête, après les faits. Mais elle choque, également, le maire, Nicolas Sansu, déplorant l'attitude des « personnes autour, qui ne sont pas intervenues. On voit bien une baisse de la solidarité quand les problèmes de délinquance augmentent ».

Alors que d'un côté, on lit que l'absence de réactions des témoins gêne l'enquête, le lendemain, c'est-à-dire ce mardi, après l'arrestation de l'agresseur, on lit ceci sur le site internet de la presse locale : "il (l'agresseur) avait été reconnu par un témoin et identifié grâce à une caméra de surveillance, après l'agression contre un couple âgé, rue Joffre à Vierzon, le 26 novembre." Cela signifie que la police avait identifié l'agresseur grâce à un témoin et à une caméra de vidéoprotection mais qu'elle n'était pas encore parvenue à le fixer pour l'interpeller. C'est fait.

Il y a donc bien des personnes qui ont témoigné auprès du commissariat contrairement à ce que laissait entendre le maire de Vierzon. Il faut savoir : est-ce que les témoins ont refusé d'agir contre cette agression ou ont-elle refusé de parler ? Pendant deux jours, on s'imagine des gens regardant les personnes âgées se faire agresser et refusant de donner des indices aux policiers. Le troisième, on découvre tout le contraire. Quelque chose cloche, vraiment...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Peut être aussi, tout simplement, que la Police ne dévoile rien des témoignages pour éviter que l'agresseur ne se sache reconnu en lisant la presse et décide de quitter la ville ou de se cacher.
C'est donc une enquête rondement menée au final.
Il faut savoir que ce n'est pas parce que la Police ne communique pas qu'elle ne fait rien.
Et il faut bien se rendre compte aussi que les caméras de la ville ont une réelle utilité contrairement à ce qu'il est souvent dit ici.
Répondre
J
Le maire prouve encore qu'il est proche de la population et de ses soucis ...Aller ! du balai aux prochaines élections !!
Répondre

Archives

Articles récents