Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le député-maire de Vierzon intervient pour les salariés de Vivarte

Publié par vierzonitude sur 29 Janvier 2017, 13:30pm

M. Nicolas Sansu. Monsieur le Premier ministre, des centaines de femmes et d’hommes employés du groupe Vivarte, peut-être plus de 1 000, risquent de perdre leur emploi, augmentant encore le chiffre de 500 000 chômeurs supplémentaires depuis 2012. Ces femmes et ces hommes paient des décisions stratégiques et financières désastreuses prises par les dirigeants successifs. Partout, des magasins de la Halle aux chaussures sont promis à la fermeture. Des enseignes aussi emblématiques qu’André et Naf-Naf seront vendues à la découpe comme Kookaï, Pataugas et Chevignon l’an passé.

Cette situation résulte d’abord de la volonté des actionnaires qui, en raison de rachats par le mécanisme des LBO, exigent des rendements à deux chiffres chaque année. Ces actionnaires sont issus de véritables fonds vautours se nourrissant de la détresse des salariés qui travaillent depuis tant d’années pour des rémunérations bien souvent très et trop modestes !

Par ailleurs, depuis 2013, 44 millions d’euros ont été versés au groupe Vivarte au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi – CICE – malgré des décisions stratégiques calamiteuses. Monsieur le Premier ministre, les représentants des salariés ont rencontré ce matin plusieurs de vos ministres. Ils n’en peuvent plus de voir l’impuissance publique érigée en totem face aux dérives des fonds vautours et de la finance en général !

Il reste un mois pour inscrire dans notre législation deux dispositions de protection des salariés : d’abord, l’encadrement des LBO et la pénalisation des fonds vautours exigeant des rendements destructeurs de l’économie réelle ; ensuite, le remboursement du CICE par toute entreprise dont le résultat est positif et qui licencie. Les représentants des salariés ont également proposé un plan global permettant de maintenir et l’emploi et les sites de vente. Le quinquennat a débuté par le renoncement à Florange, ne l’achevez pas en laissant se dérouler le désastre de Vivarte ou celui de Whirlpool ! Protégez les salariés contre certains actionnaires sans foi ni loi ! (Applaudissements sur les bancs du groupe de la Gauche démocrate et républicaine.)

 

Mme Myriam El Khomri, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. En effet, monsieur le député, Christophe Sirugue et moi-même avons échangé ce matin avec toutes les organisations syndicales du groupe Vivarte à la demande de Laurent Berger et de l’intersyndicale. À cette occasion, les organisations syndicales ont exprimé leur insatisfaction face au comportement des dirigeants du groupe et décrit la situation de nombreux salariés, qui sont des femmes à 80 % et des travailleurs à temps partiel à 70 %, dans des zones où l’emploi est parfois rare. Telle est aussi la réalité de ces salariés, qui nous ont également alertés sur les difficultés qu’ils connaissent en matière de dialogue social et sur des perspectives en effet très inquiétantes pour la suite. Le groupe Vivarte a adopté une stratégie visant exclusivement à protéger les intérêts financiers de ses actionnaires sans proposer de projet industriel viable.

Sa situation est aussi la conséquence d’opérations de LBO ratées. Cette stratégie financière de court terme se traduit à présent par plusieurs plans de restructuration et la perte de nombreux emplois, ce qui est inacceptable. Quant au CICE, son usage est encadré et doit figurer explicitement dans la comptabilité du groupe auquel il est légitime de demander la justification de l’usage de cet argent public. Ce matin, nous avons assuré aux organisations syndicales que l’État usera de tous ses leviers d’action pour contraindre l’entreprise à assumer ses responsabilités économiques et sociales. L’État jouera pleinement son rôle en se portant garant du dialogue social et du respect des obligations en matière de transparence. Que les choses soient claires : l’État n’homologuera pas un plan de sauvegarde de l’emploi ne respectant pas les dispositions prévues par la loi en termes de dialogue social et de proportionnalité des mesures d’accompagnement ! 

Commenter cet article

nounouche 30/01/2017 11:10

Il ne s'est pas bougé non plus pour la défense des boutiques MS Mode en France, ah il n'y avait pas de boutique à Vierzon, mais à Bourges alors...........

Extrait : "Le groupe hollandais de prêt à porter MS MODE abandonne 134 magasins en France, ambitionnant de développer les ventes sur internet. 428 emplois perdus.

Le 30 septembre dernier, MS Mode France avait déposé un dossier de cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Lille. Le 12 octobre sla procédure de redressement judiciaire fut engagée. L'enseigne de prêt à porter MS Mode n'est pas encore placé en redressement judiciaire. Il reste des stocks à écouler et la période des fêtes est propice aux achats de vêtements féminins. Mais la société néerlandaise souhaitait se débarrasser de ses 134 magasins en France et de 428 de ses 528 salariés. Des repreneurs étaient sur les rangs. Le tribunal de commerce de Lille a officiellement retenu l’offre de reprise de 19 points de vente (75 salariés) par le groupe roubaisien Ïdgroup (Okaïdi, Oxybul...) et de deux autres boutiques (huit salariés) par l'enseigne Christine Laure. Le jugement a été rendu le 12 décembre"

Karine 30/01/2017 10:37

Il a raté le virage de la modernité. Il en est encore à utiliser les recettes politiques et argumentaires d'une époque révolue depuis longtemps. Comment voulez-vous qu'il fasse entrer Vierzon dans le 21ème siècle et le 3ème millénaire ? Il a dû se tromper de véhicule. Au lieu de monter dans départ vers le futur, il s'est assis dans la machine à remonter le temps.

A droite toute 30/01/2017 09:38

LBO ? Levrage Buy Out. J'adore lire que notre Député-Maire / Maire-Député combatte ce mécanisme financier au nom de la sauvegarde de l'emploi et de la lutte contre le grand capital. Une connerie de plus à mettre à son actif. Le LBO est un excellent moyen pour assurer la transmission des entreprises et utiliser l'effet de levier pour assurer la pérénité de l'emploi sans avoir recours un grand volume de trésorerie.
Avoir des postures politiques c'est une chose. Connaitre le monde de l'entreprise en est une autre. En tout état de cause, notre élu n'est qu'un politicien ...

Olivier 29/01/2017 22:01

C’est la démonstration que le pouvoir politique cherche à contrôler le citoyen en manipulant la vérité.

Jag 30/01/2017 16:57

Il a appris, comme tout politicien, que les électeurs s'attrapent par les oreilles comme les lapins !

Constant 29/01/2017 19:36

ALERTE : A NE PAS MANQUER PROCHAINEMENT SUR LE FIGARO EN LIGNE :

"Colères françaises» : début de notre série de reportages.

Vendredi, c'est une plongée à Vierzon (Cher), ville moyenne touchée de plein fouet par l'insécurité."

La presse nationale intervient pour nous les Vierzonnais, pour Vierzon, la ville où il ne fait plus bon vivre. Avec une telle pub, on n'est pas près de voir intervenir des investisseurs et les retraités vont choisir un autre point de chute ! Alors, on les change nos dirigeants locaux ou on continue la descente infernale ?

Lucas 29/01/2017 22:18

On voit bien que ce n’est plus possible, que ce Monsieur se montre incapable de gérer une ville, même si elle n’est que de taille moyenne. Au moins un autre poste équivalent est dans la même lignée. Il est temps que les électeurs vierzonnais se mobilisent et réagissent fermement.

Michèle 29/01/2017 18:10

Il veut juste faire croire qu'il s'empare du problème et s'en servir comme argument de campagne. Il est déjà trop tard. Le Parlement va cesser ses travaux dans un mois et l’exécutif va prochainement changer. L'exécutif actuel n'a plus le temps ni l'envie de faire quelque chose. Il est au bout du rouleau. Si quelque chose devait se faire, ce ne serait qu'après la présidentielle et les législatives avec une autre sensibilité, une sensibilité de droite. Cette intervention n'est donc que du bidon électoral.

Jag 29/01/2017 17:51

Alors Mr Sansu, on ne critique plus quand on a besoin, on appelle le gouvernement à l'aide pour montrer qu'on est de gauche afin de se faire réélire . Mais Mr Sansu vous nous roulez dans la farine et nous prenez pour des buses !!
Votre seul souci, c'est votre possible réélection !!
Sachez enfin que cette affaire est du domaine privé, une société dont l'état n'est pas actionnaire et quelle que soit la douleur de la décision, l'état français ne gère pas un kolkhoz, donc ses moyens sont limités.

Gaël 29/01/2017 22:23

En complément à votre commentaire et dans le même sens: à quoi sert un député qui ne rédige jamais de loi et qui vote systématiquement contre celles qui sont présentées ?

Raslebol 29/01/2017 17:44

Bla bla bla , que des paroles et pas d'action, fermons les entreprises et discutons après autour d'un café si vous le désirez!!.
Rien ne changera dans ce pays , car les salariés sont les victimes de ce capitalisme désastreux ,crée par des actionnaires sans égard envers ceux qui leurs donnent leurs richesses indirectement.

L'état devrait se pencher sur ces injustices rapidement, car elle devient complice si elle ne le fait pas.
Sansu a posé la question pour ces groupes en faillites, certes cela devait être fait pour ces salariés par respects et entraides, mais est-ce une stratégie de politique de celui-ci pour se démontrer, ou est-ce sa façon de le faire croire pour trouver sa place dans ce sénat, car dans notre belle commune de Vierzon, les salariés de l'ancien Kiabi et autres commerces du même genres, non pas profité de son aide , alors pourquoi maintenant, calendrier oblige??.

Jag 29/01/2017 23:27

Non !. Les Salariés n'ont un travail que si des Capitalistes, Actionnaires mettent en jeu leur épargne, on appelle cela de l'investissement, pour créer un outil de travail, cela s'appelle une entreprise. L'actionnaire sans égard que vous citez est peut-être votre voisin ou vous-même par l'intermédiaire de vos économies placées dans une assurance-vie.
Pensez qu'un actionnaire risque la totalité de son investissement si l'entreprise est mal gérée ou qu'il n'y a pas de clients...
Vos économies sont sur un livret A garanti par l'état ou dans une entreprise avec un risque de gain supérieur et de perte totale ?
Sinon, vous pouvez retourner vers le kolkhoz qui est une forme de capitalisme d'état, espèce disparue de puis longtemps.
Je vous accorde néanmoins qu'il y a des salopards partout ..actionnaires ou salariés ! mais cela est le propre de l'homme !

Fabien 29/01/2017 16:22

On voit que les élections sont proches, aussi bien du côté communiste (Sansu) que du côté socialiste (El Khomri). Cela ne leur coûte rien de faire semblant puisque bientôt ils ne seront plus là. Il fallait agir avant. Maintenant il est trop tard et leurs beaux discours du type "La finance c'est mon ennemi" n'y pourront plus rien changer. Et entre les deux, je trouve Sansu particulièrement hypocrite. Croyez-vous que si La Halle aux Chaussures de Vierzon fonctionnait à plein régime, elle fermerait ? Bien sûr que non ! Nous sommes dans un système capitaliste et ce qui fonctionne bien et rapporte beaucoup ne ferme pas. Donc, si la Halle aux Chaussures vierzonnaise disparaît, c'est tout simplement parce qu'elle n'est pas rentable et qu'elle n'a pas assez de clients. Mais où voulez-vous que les Vierzonnais, qui ont déjà de grandes difficultés à se nourrir et à se chauffer, puissent trouver l'argent nécessaire pour acheter des chaussures avec si peu d'emplois disponibles et un taux de chômage si élevé ? Et pourtant, au lieu d’investir dans des solutions permettant aux Vierzonnais de retrouver du travail, donc du pouvoir d’achat donc de faire tourner le commerce, on investit dans des constructions ou déconstructions pharaoniques qui n’apportent rien aux citoyens, qui ne résolvent absolument pas leurs problèmes quotidiens.
Vierzonnais, on continue à vous enfumer de plus belle, uniquement pour essayer de sauver leurs réélections ! Ne mordez plus à leurs baratins ! Bientôt, réagissez !

Axel 29/01/2017 22:12

Tout à fait d’accord. Du bidon électoral à classer sans suite = « Cold Case ».

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents