Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Faites la promotion des commerces que vous fréquentez : la cordonnerie chez Dominique

Publié par vierzonitude sur 12 Février 2017, 07:35am

Les commerces fermés sont une plaie pour les commerces qui restent ouverts. C'est pour cette raison que Vierzonitude lance une opération de promotion des commerces vierzonnais à travers celles et ceux qui les fréquentent. Rien de tel pour redonner le moral aux commerces qui sont encore ouverts et qui accueillent leurs clients. Soit vous envoyez un selfie avec votre commerçante ou commerçant préféré ou une photo du commerçant ou la vitrine  à vierzonattitude@gmail.com avec un petit mot sympa que nous publierons, soit vous laissez un message sur la page Facebook de Vierzonitude. Allez, on se jette à l'eau avec la Maison de la presse de Vierzon.

Faites la promotion des commerces que vous fréquentez : la cordonnerie chez Dominique

L'odeur du cuir vous agrippe les narines. L'échoppe n'est pas large, mais longue. Aussi longue que l'histoire de la cordonnerie. La boutique côtoie un bistrot, c'est dire que dans sur ce lopin de terre de Vierzon-Villages, voisinent les deux facettes d'une certaine idée de l'existence : le café où l'on confie ses coudes, le cordonnier à qui l'on confie ses pieds, du moins leur confort. Dominique est à lui seul un morceau de patrimoine, tant les cordonniers n'ont plus trop le cuir dur. Le métier s'étiole mais à la force de sa passion, Dominique milite toujours pour le faire vivre. L'existence de sa boutique en est la preuve, celle que l'on peut s'implanter dans une ville moyenne, dans un quartier le plus commerçant de Vierzon, c'est vrai, et s'épanouir en ravissant sa clientèle.

Dominique est de ces artisans qui écrivent les nobles pages d'une histoire qui n'est pas finie. La cordonnerie respire cette tradition et, c'est vrai qu'à Villages, le commerce de Dominique est intacte. On y entre, on y confie ses chaussures entre autres, le parfum du cuir voyage et ancre en nous comme une envie de rester, juste voir comment il bosse, comment il répare, comment il fait oublier aux chaussures ce qu'elles endurent. Il y a un intérêt évident à faire réparer ses pompes plutôt que d'en acheter d'autres : parce qu'on est bien avec, parce qu'en la faisant réparer, on va causer un brin avec Dominique, de tout, du temps, des commerces, du quartier, de la vie. On peut lire plein de trucs sur les murs. On peut se dire qu'on a une sacrée chance de pouvoir franchir la porte d'un cordonnier. C'est comme le bon pain : le parfum vous agrippe les narines. Et c'est une fameuse histoire qu'on se raconte, celle d'un métier qui traverse le temps jusqu'à nous. Quelle chance, pourvu qu'elle dure. 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents