Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le commerce périphérique est la négation de toute convivialité !

Publié par vierzonitude sur 4 Février 2017, 12:28pm

Le commerce périphérique est la négation de toute convivialité !

Le commerce périphérique est l'abnégation totale de la convivialité. Et ce n'est pas une conversation entre le rayon crèmerie et surgelés qui change la donne. Le grand absent du commerce périphérique, à Vierzon, c'est le bistrot, le bon vieux bistrot des familles. Essayez pour voir : vous avez un rendez-vous pour un contrôle technique et vous n'avez pas envie d'errer dans les allées de l'Orée de Sologne ou d'Hyper U. Pas plus envie de boire un café surfait dans une timbale en carton. Le seul semblant de bistrot à la ronde, sans être obligé de prendre le bus, c'est la cafétéria. Or, ce lieu, c'est l'anti-thèse de la convivialité. Un frigo est plus chaleureux. trop grand, trop haut de plafond, trop indifférent à tout. Un café, un croissant sur un plateau et basta !

Le commerce périphérique, c'est la désertification de la convivialité, c'est le contraire de la chaleur humaine, de cette bonne buée sur les lunettes quand on entre dans un bistrot. Le café n'a pas le même gout, la télé braille et le pire, c'est qu'on voit des cous se raidir face à l'écran. Il n'y a pas pire ségrégation qu'un écran de télé dans un bistrot. Ce devrait être interdit. Le commerce périphérique est froid, sans saveur, sans chaleur, sans les codes de la vie en société. Et un café, un samedi matin, dans une cafétéria, c'est le comble du désespoir. Même le nez fourré dans la presse nationale à lire les péripéties du couple Fillon, on est tout seul, sans pouvoir partager, avec ds inconnus accrochés à un comptoir, les réflexions qui nous viennent en tête. Nous courons à notre propre perte car à force de fermer des bistrots, à force de ne pas en ouvrir dans des zones aussi décérébrées que des zones commerciales, on va y laisser notre âme, notre besoin des autres, notre envie de vivre en société. La prochaine fois, je prends le bus pour aller boire un vrai café dans un vrai bistrot. Du moins, ce qu'il en reste.

Commenter cet article

Andrée 06/02/2017 07:40

Je ne suis pas d'accord, il ne faut pas tout jeter en bloc.
Je fréquente les magasins de Vierzon, petits et grands commerces selon mes besoins et mes moyens !!
Dans les grandes surfaces périphériques, personne ne vous fait remarquer que vous n'êtes pas un client habituel ou que vous venez seulement pour les soldes. Personne ne vous dit que vous avez de grands pieds si vous chaussez du 41 ( c'est arrivée à une amie), ni que les tailles vont jusqu'au 46 ( et encore...).
Internet fait aussi beaucoup de tort...
Dernier exemple, je commande sur Internet et mon colis arrive dans un magasin de vêtements du bas de la rue Maréchal Joffre ( La petite Fabrique). Je vais chercher mon colis un vendredi après midi vers 16h30. J'attends car il n'y a personne dans le magasin. Finalement au bout de 10 minutes, quelqu'un arrive ( elle était dans le magasin d'en face). Je demande mon colis. Mon colis m'est donné sans sourire et la personne sort sans attendre que j'ai terminé de ranger ma pièce d'identité. Bravo le petit commerce. La même chose est arrivée à ma voisine pour le retour d'un colis.
Donc pas de généralisation : il y a des petits commerçants très bien: la maison de la presse, le magasin de fleurs en face la bibliothèque, Kathie Flor et bien d'autres, il y a des grandes surfaces très bien également et aussi il y a du moins bon chez les uns et les autres....

Les Amis de Jacques 04/02/2017 16:30

Le commerce périphérique est la négation de toute convivialité -------------- parce que les politiques de profession sont la négation du droit au bonheur des citoyens et de leurs administrés qui ne représentent, pour eux, que des jetons de casino leur apportant le jack pot à tous les coups. Faites vos jeux, plus rien ne va, sauf pour eux.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents