Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le nouveau succès médiatique de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 18 Février 2017, 17:49pm

Le nouveau succès médiatique de Vierzon

Vincent Noyoux consacre un chapitre à Vierzon dans La France des villes incomprises et c'est la presse qui se met à parler de Vierzon à travers Vincent Noyoux qui, on peut le dire, a eu un coup de coeur.

Olivier Razemon parle de Vierzon dans son livre Comment la France a tué ses villes. Invité au salon du livre de Vierzon, Olivier Razemon cite régulièrement Vierzon sur son blog et dans ses conférences. Cette rencontre débouche sur un reportage sur la radio RFI.

Le rapport entre les deux : un drôle de blog, Vierzonitude, sur lequel est tombé, un jour Vincent Noyoux et Olivier Razemon et, piqués par la curiosité, ils sont venus voir Vierzon comme un certain Jacques Brel semble ne pas l'avoir fait... Les tracteurs, Jacques Brel, Vierzonitude... La notoriété de Vierzon est assurée même si certains grincent des dents à l'idée de confier Vierzon à un blog qui ne met pas des photos de fleurs, ne tarit pas d'éloges sur les élus et leurs politiques, ose critiquer ouvertement les décisions municipales, raille, se moque, mais aussi regarde le passé, s'intéresse au présent, suit de près les commerces qui ferment et ceux qui ouvrent. Bref, un blog qui suit les oscillations de la réalité quand les élus suivent les oscillations de leur propre réalité.

Justement : l'âme de ce blog est comme l'âme de cette ville, d'une contradiction solide. Car aimer une ville ce n'est pas cacher sous le tapis ses défauts, ce n'est pas tenter de la montrer sous son meilleur jour en oubliant les moins bons. Ce n'est pas vanter les bords du canal en évitant que les visiteurs mettent les pieds dans les rues du centre-ville. Vierzonitude aime Vierzon, mais pas politiquement, pas comme les élus, en essorant le meilleur pour cacher le pire.

On sait que les bénis oui-oui aimeraient imposer un seul sens, une seule réalité. ils ne comprennent pas le sens de la critique. Comprennent encore moins que Vierzonitude montre ce contre quoi il faut lutter. Sans compter que certains rendent Vierzonitude responsables de la réalité dès lors que ce blog ne fait que la restituer telle qu'elle est. Ca défrise ? Secouez-vous pour dédire Vierzonitude au lieu de vous contenter non pas de critiquer la cause mais critiquer celui qui étale cette réalité insupportable à certains yeux.

Ce blog existe depuis six ans, il a fait de belles rencontres. A partir de Vierzon, via le web, beaucoup se sont intéressés et s'intéressent encore à cette ville. les deux auteurs cités plus haut, mais aussi, Florence Aubenas du Monde venue faire son papier sur les régionales à partir de Vierzon. Des journalistes contactent Vierzonitude car ils voient bien le paradoxe de cette ville : sa richesse d'un côté et sa pauvreté de l'autre. Il y eut récemment le Figaro. Il y aura bientôt le mensuel Causeur, la télévision publique suédoise. Et en ce moment (Vierzonitude n'y est pour rien), un photographe du Huffington Post qui vient voir Vierzon aussi.

La ville en effet est devenue soit le mauvais, soit le contre-exemple de la déperdition de certaines territoires, de la petite délinquance usante, de la montée du Front national (on se souvient de l'Expansion venue renifler les score du F.N dans un papier titré Le Front de l'air effraie). Vierzon ne devrait pas être ce quelle est et pourtant, la voilà présentée sous un jour qui devrait lui donner envie de changer rapidement. Vierzon ne mérite pas Vierzon. C'est autre chose.

Vierzonitude veut bien endosser le mauvais rôle, peu importe, mais le ronronnement dans lequel cette ville se trouve enfermé, cette descente de plus en plus abrupte, cette cécité inadmissible, cette surdité volontaire, ce couvercle posé sur l'essentiel de cette ville n'est pas digne de ces 27.000 habitants. Alors, Vierzonitude continue d'alerter, à sa façon, celles et ceux qui veulent passer le message : nous pouvons être un milliard de fois mieux. Venez voir, nous vous expliquerons. Et s'il vous plait, aidez-nous. Parfois, percer l'abcès, se dire les choses même désagréables, c'est une thérapie qui peut conduire à la guérison.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

un autre 19/02/2017 10:55

C'était bien dans le Huffington Post qu'il y avait eu une tribune du frère de l'ancien Président de la République qui demandait au maire de se retirer pendant les dernières élections municipales ?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents