Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le square Lucien Beaufrère n'effacera pas la rue Joffre

Publié par vierzonitude sur 23 Février 2017, 19:35pm

L'image de Vierzon ne doit pas s'arrêter "à celle de la rue piétonne", explique sérieusement l'un des co-auteurs de la future vidéo de promotion de Vierzon. Mais, il n'en tient qu'aux élus de cette ville pour que la rue Joffre ne soit plus ce qu'elle est ! Au lieu de la laisser mourir à petits feux (48 pas-de-porte, 32 vides), ils n'ont qu'à mettre sur pied un vrai plan de réhabilitation comme ils l'ont fait pour l'ilot Brunet-Rollinat. Sinon, ils n'ont qu'à clairement annoncer que la rue Joffre est morte, qu'il n'est pas question de lever le petit doigt pour la sauver et qu'elle est condamnée, comme la rue des Ponts, à devenir... une rue morte§ Au moins, on saurait à quoi s'en tenir.

Il faut que "les habitants s'approprient les bonnes informations", ordonne l'un des co-auteurs de la future vidéo de promotion de Vierzon. C'est-à-dire, ne lisez que le bulletin municipal, n'écoutez que les chants sacrés des élus, n'apprenez par coeur que les psaumes de la religion politique qui dirige cette ville, bannissez Vierzonitude de vos lectures, refoulez l'opposition vierzonnaise, agenouillez-vous devant les prêches du maire et du président de la communauté de communes, bouchez-vous les yeux quand vous passez rue Joffre, faites la même chose devant chaque commerce fermé. Et adhérez au Bisounours-club !

"Quand on me dit que l'économie à Vierzon, c'est mort. Je réponds : "Sais-tu combien il y a d'entreprises à Vierzon ?" En fait, il y en a 1.500. Rien que parmi mes voisins, j'ai les leaders du bitcoin et de la prothèse dentaire. Les entreprises ne font pas toujours du business ici, mais elles y sont installées." Mais personne n'a dit que l'économie à Vierzon était morte ! Pas dans le Figaro en tout cas ! Heureusement qu'il y a encore des entreprises à Vierzon. Ce serait le pompon si elles partaient !

Des commerçants ont "exprimé leur colère après la lecture d'un article dans la presse nationale, décrit Alain Lehou, président de l'Ocav. Il y a des choses vraies, mais tout n'est pas si dramatique !" Mais pourquoi ces mêmes personnes n'expriment pas leur colère au quotidien de voir les commerces fermés, la rue Joffre en rade, les gens qui se sentent en insécurité, les autres qui se font agresser et cambrioler ? Etrange qu'un article du Figaro, un satanique journal de droite qui dit du mal d'une ville communiste, suscite autant de réactions dès lors que personne ne moufte face à l'état de la ville. Il faut que le Figaro fasse office de miroir pour que certains découvrent le vrai reflet de Vierzon ! On aimerait bien savoir ce qui est vrai pour ceux qui pourfendent l'article du Figaro, sans doute le moins pire bien sûr...

"Plutôt que de répondre par une lettre, le groupe a décidé de "donner envie de venir et de défendre la ville". Mais là n'est pas le problème. On peut toujours donner envie de venir aux gens, il suffit de savoir cadrer, et de filmer pour réaliser une vidéo promotionnelle. Il faut surtout donner envie de venir et de rester ! Et ce n'est pas seulement en faisant une vidéo, toute jolie soit-elle, toute sirupeuse soit-elle et forcément non objective (comme l'article du Figaro) mais en améliorant la réalité. La vidéo c'est un gadget, un outil de communication, ce n'est en rien une action de fond. Mais on peut toujours se rassurer avec de belles images, elles ne changeront rien à la triste réalité. Quant à défendre la ville, ce n'est pas en opinant du chef qu'on la défend, mais en montrant ce qui ne va pas pour forcer ceux qui ont le pouvoir de faire d'améliorer les choses. Défendre la ville, ce n'est pas la filmer sous son meilleur jour, c'est filmer une réalité qui aura enfin changée.

"L'un des promoteurs de la vidéo explique "avoir été agréablement surpris de « l'évolution » de la ville « en dix ans". Chapeau ! Il ne 'est rien fait en dix ans, de visible, dans cette ville, à part bitumé des champs le long de la rocade nord. En dix ans, le centre-ville s'est rétrécit. Ce n'est plus de l'aveuglement, c'est de la flagornerie ! L'Orée de Sologne a étranglé les commerces, les commerces ont déserté. A part la place Péri, programmée sous l'ancienne municipalité et la place du marché au blé, refaite et déconnectée du reste du quartier piéton, on ne voit pas bien ce qui a évolué. Mais un compliment, ça ne mange pas de pain.

"Le même a été surpris "du sentiment d'appartenance des Vierzonnais à leur ville. Ils sont fiers d'être ici. Ils ont dit : "On vous soutient car cet article (paru dans le Figaro, NDLR) nous a détruits." Même logique : c'est facile de se retourner contre un article de presse qui relate une réalité plutôt que de se retourner contre ceux qui sont à l'origine ou du moins de ceux qui ne font rien pour améliorer cette réalité. La logique vierzonnaise est celle-ci : un article de presse les détruit mais cela ne les dérange pas que de voir la ville elle-même détruite par la mort du commerce, la mort de certaines rues, la petite délinquance qui fout la trouille. Bref, tout est de la faute du Figaro, c'est ce journal qui a construit cette réalité, bien entendu ! Au moins, un bon coup de pied dans les fesses, ça peut réveiller les consciences ! A Vierzon, ça les endort.

Le même encore constate qu'"il y a un déficit de communication sur Vierzon. Je ne sais pas d'où vient cette image grise, mais je sais que c'est un constat de surface". Mais bon sang, ce n'est pas un déficit de communication qui pose problème, mais un déficit de réalité positive ! Quand on propose à Vierzon de faire sa communication sur Jacques Brel, elle le rejette en bloc et s'aperçoit que les produits qui se vendent le mieux à l'office de tourisme, sont ceux estampillés récemment de "T'as voulu voir Vierzon" et "J'ai vu Vierzon". Quand on propose une communication autour de l'image du tracteur Vierzon, elle le rejette aussi. Trop ringard les tracteurs. Alors, on communique sur quoi, Vierzon-la-Rouge, les trains qui arrivent à l'heure, l'Orée de Sologne, le centre routier ? Soyons sérieux ! Avant de communiquer, il faut avoir quelque chose à vendre. Or, il faut trouver ce qui sort de l'ordinaire. Là, c'est plus dur.

Le square Lucien Beaufrère n'effacera pas la rue Joffre

Le square Lucien Beaufrère n'effacera pas la rue Joffre

Les commerces occupés n'effaceront pas les commerces vides

Le terrain de golf n'effacera pas les trottoirs pas refaits

Les façades de la Société-Française n'effaceront pas le vide qui est derrière

Le bowling n'effacera pas les bistrots fermés

Les bords du canal n'effacera pas le Forum république

Les magasins de vêtements n'effaceront pas les magasins de chaussures disparus

Le Beffroi n'effacera pas les faits divers

Les 1.500 entreprises de Vierzon n'effaceront pas le chômage

Le bulletin municipal n'effacera pas les mauvaises nouvelles

Une vidéo n'effacera pas l'article du Figaro

Mais qui effacera la réalité négative de Vierzon ?

 

Commenter cet article

visiteur 24/02/2017 10:02

Les journalistes sont des moutons ils se copient les sujets d’articles les uns les autres par mimétisme les déboires de Vierzon en est un bel exemple :-/

Michelon 23/02/2017 22:33

De façon plus légère :
Le square Lucien Beaufrère n'effacera pas la rue Joffre.
Il faudrait la classer patrimoine historique.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents