Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Législatives : candidature socialiste de fierté, il fallait y penser en 2012 !

Publié par vierzonitude sur 9 Février 2017, 17:03pm

Législatives : candidature socialiste de fierté, il fallait y penser en 2012 !

C'est beau comme un conte cette déclaration de la candidate socialiste aux législatives Agnès Sainsoulier-Bigot : un candidature de "fierté et de maturité". Si en 2012, elle avait eu la même fierté, et le Parti socialiste avec, on en serait pas à se dire que cette candidature est aussi boiteuse en 2017 qu'en 2012. Aucune garantie de représentation au second tour en cas d'affiches finales PCF/PS.

Et surtout, l'hésitation du P.C entre Hamon et Mélenchon risque de fragiliser cette candidature socialiste. Les communistes ne savent plus dans quelle gamelle ils doivent manger : celle de Mélenchon qui les méprisent au point que le P.C le soutient mais que Mélenchon leur balance des candidats pour les législatives. Celle de Hamon, plus à gauche que Valls et surtout, calcul politicien, en cas de soutien à Hamon, le P.C se rapprocherait du P.S... Vous imaginez le tableau ? Cela signifierait qu'une fois de plus, dans la circonscription de Vierzon, le P.S se retrouverait à la traîne... Malin le P.C.

Pourtant, les stratégies politiques sont d'une hypocrisie sans fin. D'un côté, cille me mention Le Monde dans son édition du mercredi 8 février, "des candidats socialistes ont été investis dans des circonscriptions détenues par d'autres formations de gauche. Histoire de mettre un peu la pression. Ainsi, les circonscriptions des députés PCF ou Front de gauche, Nicolas Sansu (Cher, 2è) ont été pourvues." Mais de quelle pression s'agit-il ? Le député élu grâce à la défection de la candidate socialiste en 2012 n'a jamais cessé d'être le meilleur opposant au gouvernement de Hollande. Les socialistes et les gens de gauche se sont retrouvés orphelins, en 2012, obligés de s'abstenir pour éviter un vote à la Russe.

Il y aura une candidate P.S, un candidat Macron très certainement, un candidat de la France insoumise et le député sortant. Mais on sait très bien qu'en co-dirigeant la ville avec des communistes, les socialistes ont autant besoin du P.C que le P.C a besoin du P.S. On le répète : il n'y aucune garantie, aujourd'hui, que si la candidate socialiste se maintient au second tour face au député sortant, elle ne soit pas obligé de sortir. Tout dépendra si le P.C a le coeur qui penche vers Hamon ou Mélenchon, vers celui qui rapportera le plus de voix et d'argent au P.C. A moins qu'un candidat frontiste mette tout le monde d'accord. Une fois de plus, personne ne veut en parler. Comme de l'insécurité à Vierzon, en fait; On sait quelle existe, mais on n'en parle pas, pour ne pas affoler !

Commenter cet article

Les Amis de Jacques 09/02/2017 21:21

Vous raisonnez en termes de stratégie politique. Vous oubliez une chose, la principale. Ce sont les électeurs qui décident et les Vierzonnais ne veulent plus de Sansu et ne veulent pas de Sinsoulier. Et puis là, il ne s’agit pas des municipales, il s’agit d’élire une seule personne, à la députation. Il n’est donc pas possible de se retrouver avec un demi Sansu recousu à une demi Sinsoulier ou un demi Sansu recousu à un demi Hamon ou encore un demi Sansu recousu à un demi Mélanchon. Ce panachage n’est pas possible. Le risque de siamois est improbable. D’ailleurs, dans le cas des siamois, on ne cherche pas à les recoudre mais au contraire à les séparer. Donc, qu’ils en parlent ou non, peu importe, le résultat est clair

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents