Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Carnets de législatives 2017 : la candidate socialiste sait que 2012 est encore au bord des lèvres

Publié par vierzonitude sur 16 Mars 2017, 13:00pm

Carnets de législatives 2017 : la candidate socialiste sait que 2012 est encore au bord des lèvres

"Fiers Ensemble", c'est le slogan de campagne d'Agnès Sinsoulier-Bigot, la candidate socialiste aux législatives. En effet, ça change de Fiers mais tout seul, en 2012 quand la Gauche, ce menhir indécrottable, a voulu faire croire aux électeurs de la circonscription qu'une candidate socialiste avait le même goût qu'un candidat communiste jusqu'à faire l'affront, aux électeurs, de ne présenter qu'un seul candidat, communiste donc, élu avec 100% des voix. C'était prendre les électeurs pour des gogos décérébrés.

Cinq ans plus tard, la même candidate revient. Et le goût amer de ce soir de 2012 n'est pas passé. A tel point qu'elle sent que la pilule écorche encore la gorge de celles et ceux qui voulaient une alternance politique en évitant de concentrer les pouvoirs locaux et législatifs dans deux seules mains d'un Parti trop gourmand : "Par honnêteté, par fidélité aux valeurs de la Gauche", écrit-elle dans son document de campagne, "je n'ai pas voulu, au soir du premier tour, me lancer dans une aventure personnelle qui ne correspondait pas à ma conception de la politique". C'est vrai que la conception socialiste de la politique, c'est de faire élire un autre candidat plutôt que soi-même. Cette tambouille politicienne, les électeurs n'en veulent plus.

"Si je me présente à nouveau devant vous, c'est guidée par cette éthique et par cette fierté que je ressens quand je parle de nos villes et de nos villages." Quelle éthique ? Celle de ramasser des voix au premier tour et de dire aux électeurs, allez chez mon voisin ? La fierté ? Quelle fierté ? Celle d'obéir à des ordres d'appareil sans queue ni tête qui ne font que faire exploser les scrutins pour le Front national ? Qu'est-ce qui garantit aux électeurs qui vont encore voter pour la candidate socialiste, qu'elle devra céder la place au soir du premier tour pour une raison qui sera tout, sauf démocratique et juste ? Vierzonitude n'a rien lu de ce genre dans le document.

Remarquez, qui votera encore pour une candidate qui, portée par un élan, se voit contrainte de disparaître du jeu politique de la circonscription pendant cinq ans ? Cette campagne est d'ores et déjà faussée. Et les candidats se trompent autant de méthode que d'adversaire. Ils parlent comme il y a cinq, dix, vingt ans, avec les mêmes tics verbaux, les mêmes poncifs, la même soupe qu'ils croient devoir faire avaler à des électeurs désabusés. Cinq ans après, le revirement du P.S est encore dans toutes les têtes. 

Commenter cet article

A droite toute 17/03/2017 09:29

Breaking news : on nous annonce le nom de son suppléant : ALAIN POSTURE
En effet c'est le seul qui soit digne de son comportement d'il y a 5 ans

Evidence 16/03/2017 19:29

.
Le Parti socialiste, ce grand cadavre à la renverse tente de nous faire croire qu'il existerait à Vierzon.
La candidate qui s'est retirée en 2012, sans gloire ni honneur pour laisser la place à l'éternel opposant, nous revient sans fausse honte.
Il est evident, que son seul but et de faire acte de présence, et pour les socialos/machos présenter une femme leur évite d'être pénalisé financièrement.
Candidature/imposture dès lors que les électeurs après avoir élu le Président de la République , lui donneront une majorité parlementaire.
Il est fort peu probable, qu'ils donneront leurs suffrages à M Hamon et c'est tant mieux.. pour la France.
Comme il est plus probable, qu'ils choisiront soit M Fillon ou M Macron , l'hypothèse M Le Pen étant à écarter , l'élection d'un communiste ou d'une socialiste qu'il est difficile à situer (Aubry avant hier, Peillon hier , Hamon aujourd'hui , qui demain ; ne servira à rien sinon à faire acte de présence.
mare de ces professionnel de la politique qui vivent de nos impôts.
Le meilleur choix qu'on lui suggère, c'est de se retirer avant la premier tour.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents