Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Fermeture des commerces : le manifeste des petites villes de France

Publié par vierzonitude sur 15 Mars 2017, 16:02pm

Fermeture des commerces : le manifeste des petites villes de France

La manifeste des petites villes de France

"Il y aujourd'hui urgence à ce que le prochain gouvernement prenne conscience de la gravité de la situation", estime l'Association des petites villes de France (APVF), qui publie ce mardi 14 mars un manifeste à destination des candidats à la présidentielle. Il comporte 17 propositions, dont 6 portent sur la revitalisation des centres.

Son président, Olivier Dussopt, député-maire d'Annonay (Ardèche), s'explique ainsi l'absence de la question des centres-villes désertés dans le débat politique : "C'est un tropisme de la vie politique française : on s'intéresse aux très grands centres urbains ou à la ruralité. Les villes comme les nôtres passent sous le radar."

Il y aurait pourtant matière à discussion : les villes petites et moyennes sont particulièrement touchées par la question de la dévitalisation des centres. En 2015, selon le rapport de l'IGF, 55% des centres de villes de moins de 100.000 habitants avaient un taux de vacance commerciale jugé élevé (supérieur à 10%) contre 27% des grandes villes.

L'Association des petites villes de France publie un manifeste à destination des candidats à la présidentielle. Elle formule plusieurs propositions pour répondre à la disparition des petits commerces en centre-ville, lit-on sur le site du Nouvel Obs. "Rideaux clos, appartements "à vendre", cafés fermés :  les centres-villes de France fatiguent. A tel point que le phénomène de dévitalisation a été jugé "préoccupant" par l'Inspection générale des finances (IGF), qui a publié un rapport sur le sujet en octobre 2016. Sur 190 centres-villes analysées, le taux de vacance moyen est passé de 6,1% à 10,4% entre 2001 et 2015", lit-on encore.

Un manifeste à mettre aussi entre les mains des députés surtout quand ils sont (encore) maire d'une ville qui éprouve des difficultés comme Vierzon.

"Dans un reportage consacré à la dévitalisation du centre-ville d'Albi, 49.000 habitants, un reporter du "New York Times" décrivait début mars "l'extinction d'un mode de vie". Les petits commerces sont délaissés au profit des centres commerciaux, et les maisons de lotissements préférées aux logements de centre-ville. Mais la question passionne plus les journalistes américains que les candidats à la présidentielle, qui ne se sont pas emparés de la question jusque-là. Tout juste François Fillon propose-t-il une "défiscalisation pour la réhabilitation des logements" des centres-bourgs."

 

Commenter cet article

Cereus Maximus 16/03/2017 09:42

Toujours la même chose : contraindre une majorité de la population à vivre selon les intérêts divers et variés (souvent financiers) d'une minorité fascisante. Et oui, aujourd'hui toutes les familles ou presque veulent de l'espace, du calme, des places de stationnement, bref de quoi vivre dans une relative tranquillité. Exactement aux antipodes des centres villes donc. Il n'y a dès lors pas matière à débat.
S'il existe des gugusses qui veulent (sur)vivre dans la promiscuité, la gène et le confinement, caractéristiques regroupées non sans un féroce humour involontaire sous le vocable de convivialité (en un seul mot ?) libre à eux, personne ne les retient bien au contraire. Maintenant ne comptez pas sur notre accord pour subventionner des investissements stériles de cette nature.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents