Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Ainsi Front, Front, Front la petite ville de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 24 Avril 2017, 09:30am

Les Insoumis et les Communistes ont beau se targuer d'avoir placé Mélenchon en tête des scrutins, à Vierzon, il n'en reste pas moins que le Front national progresse à une vitesse vertigineuse. Nous l'expliquions dès dimanche soir, avec 1.273 votants en moins en 2017 qu'en 2012, Mélenchon n'augmente son score que de 131 voix, depuis les ernières présidentielles, quand Le Pen s'ébouriffe de 614 voix supplémentaires. Qui osera dire que ce n'était pas couru d'avance ? Mais qui osera dire que les élus vierzonnais, notamment, ont tout fait pour contrer cette progression ? Même la circonscription Bourges/Vierzon, celle du député-maire de Vierzon, bascule au Front national, avec un score de 24,4% (12.701 voix) contre 22,6% pour Mélenchon (11.765 voix), soit un différentiel de 936 voix.

Autant dire que les deux Fronts, national d'un côté et de gauche de l'autre (que le député-maire de Vierzon tient toujours à nommer ainsi), sont au coude à coude. Est-ce que les résultats des présidentielles laissent présager ceux des législatives ? Est-ce qu'un député F.N peut souffler la place au député communiste sortant ? En toute humilité, le député sortant de Vierzon le dit lui-même : "Mélenchon reste le meilleur rempart contre le Front national et on va se rassembler au plus large pour conserver un député de gauche aux prochaines législatives". Etrange sémantique que celle du maire de Vierzon qui se met à parler de lui à la troisième personne quand il s'agit du député...

Reste que Vierzon doit faire avec ses plus de trois mille votants frontistes. Pourquoi ont-ils choisi Le Pen ? Quelle logique les font voter pour le parti extrémiste ? La situation de Vierzon n'y est sans doute pas pour rien. Depuis des mois, les élus ne cessent d'ignorer une réalité qu'ils ne veulent pas voir, pensant qu'en mettant la poussière d'une insécurité réelle pour les uns, virtuelle mais pesante pour les autres, sous le tapis, les élections passeraient sans encombre. C'est vrai, le Front de gauche a rempli son office mais en laissant déborder le vase du Front national. Ce qui teinte la victoire des Mélenchos/communistes d'une couleur peu réjouissante. Oui, les Insoumis sont premiers à Vierzon, mais leur candidat est éliminé au second tour.

D'autres causes pèsent sans aucun doute dans la balance ds électeurs du F.N. Non, la ville ne va pas bien, malgré les effets d'annonce des uns et des autres, des projets économiques qui ont pu naître ces derniers mois, sont invisibles dans la vie quotidienne des vierzonnais. La démolition de l'îlot Brnet/Rollinat semble apporter, malgré l'ambition positive du projet, plus de doutes que de certitudes. Les élus vierzonnais, trop occupés à remplir d'autres mandats que ceux que leur ont donné les Vierzonnais en 2014, ont abandonné le terreau local. Pourtant, il y en a des choses à réaliser à Vierzon, pas de vastes projets, non, des détails qui embelliraient la vie quotidienne. Or, on a l'impression que les élus sont déconnectés de cette vie-là. Pas étonnant que plus de 600 Vierzonnais sont tombés dans les bras du F.N. Le F.N est désormais troisième, à Vierzon, à 356 voix du Front de gauche. Et personne, une fois de plus, à Vierzon, ne veut prendre la mesure du problème.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents