Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le FN et les mélenchonistes abstentionnistes : qui se ressemble s'abstient

Publié par vierzonitude sur 25 Avril 2017, 17:40pm

Qu'est ce qui a fondamentalement changé entre avril 2002 et avril 2017 ? Un Le Pen au deuxième tour et un autre candidat que Jacques Chirac au second ? Mais qu'est-ce qui a changé d'autre ? La certitude, comme en 2002, que le Front national ne franchira pas le plafond de verre cette fois-ci ? Et c'est sur cette certitude que mise certains responsables locaux ou syndicaux pour fonder leur non-choix de ne pas appeler pour le seul candidat restant, Emmanuel Macron ? A moins qu'ils ne souhaitent, en douce, que l'écart entre les deux candidats soient le moins large possible pour ensuite pouvoir dire, qu'eux seuls, seront, la prochaine fois, les vrais remparts contre le F.N ?

Comment certains militants de droite peuvent oser dire qu'ils ne voteront pas Macron quand une partie de la gauche, en 2017, a été voté Jacques Chirac, en dépit de leur foi politique ? Comment des gens de gauche, du moins des gens qui se disent de gauche, peuvent laisser planer un doute sur ce qu'il faut faire dimanche ? Comment des responsables politiques, abstentionnistes du second tour, peuvent laisser transpirer leur sale côté mauvais perdant au détriment d'une cause qui va au-delà de leur simple petite personne à l'ego démesuré ?

Vierzonitude, convaincu que l'abstentionnisme est aussi un engagement politique, aurait suivi sa logique au second tour, si parmi les deux candidats, il n'y avait pas eu le Front national. Mais l'absentionnisme tel que le pense Vierzonitude récuse non pas la politique mais les politiciens. Il cet abstentonnisme-là n'exclut pas une surexposition à l'intérêt politique, justement. Mais il a ses limites qui ont les contours d'un parti dangereux, raciste, xénophobe et intolérant. Nous écrivions que ces abstentionnistes du second tour dégoûteraient les abstentonnistes convaincus, car leur abstentionnisme, à eux, n'a d'épaisseur que leur rancoeur d'avoir perdu. 

Citons la CGT, et son numéro d'équilibriste (lu dans le Monde) : "Dans un communiqué, la CGT a appelé mardi à "faire barrage à l'extrême droite", estimant que "pas une voix" ne devait "se porter sur sa candidate", Marine Le Pen. Pour le syndicat, le FN est "un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail". La CGT n'appelle toutefois pas à voter pour Emmanuel Macron." Est-si difficile que ça à prononcer ? Les mêmes ont sans doute encore aux mâchoires d'avoir prononcé Jacques Chirac en 2002 ?

Citons aussi les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon (lu aussi dans le Monde) : "Selon Manuel Bompard, ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, la consultation des 440 000 "insoumis", ceux qui ont appuyé la candidature du député européen à la présidentielle, va débuter dans la soirée. Elle sera finalement ouverte jusqu'au mardi 2 mai. Les résultats seront rendus publics dans la foulée. "Il ne s'agit pas de leur demander une consigne de vote mais de savoir le choix qu'ils vont faire", indique M. Bompard. Trois options seront proposées : vote blanc ou nul, abstention ou vote Macron. Par ailleurs, selon ce dernier, M. Mélenchon a prévu de s'exprimer dans une "revue de la semaine", ce rendez-vous hebdomadaire qu'il a instauré sur YouTube, mercredi ou jeudi."

Commenter cet article

bob 02/05/2017 08:56

dans ce cas, pourquoi faire les yeux doux aux melenchonnistes, s ils sont pareils au ffnistes? pourquoi "faire barrage" contre le pen aves les semblables a le pen, pauvre idiot de filousofe?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents