Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Vierzon, à 346 voix du désastre et pas une seule pour s'élever contre

Publié par vierzonitude sur 25 Avril 2017, 07:30am

Vierzon, à 346 voix du désastre et pas une seule pour s'élever contre

C'est beau une ville rouge-brun. Et rassurant. Ah oui, jean-Luc Mélenchon en tête, c'est l'honneur du P.C qui est sauf, et ceux des 3.538 vierzonnais qui ont voté pour. Sur plus de 18.000 inscrits et plus de 13.000, la comparaison est vite ramenée à de plus justes proportions. Nous sommes à 356 voix du désastre et pas une seule pour s'élever contre. Le Front national vient de gagner la deuxième place, dans cette ville, derrière Mélenchon et tout le monde est content. Pourquoi ? parce les oui-ouistes qui ne font encore effort d'introspection intellectuelle se contente de gnangnantiser leurs éléments de langage come on mâche un vieux chewing-gum : "mais ailleurs c'est pire." Oui, dans le Cher où le F.N arrive en premier. Mais à Bourges c'est mieux qui relègue le F.N à la quatrième place. A Vierzon, on est incapables de cet exploit, puisque le Front national est devenu le pendant naturel du Front de gauche qu'on se plaît encore à nommer ici, même s'il n'existe plus. 

Le Front national, c'est le récipient dans lequel se déverse le trop plein de Front de gauche, ceux qui ont décidé de délaisser le rouge pour le brun. Quelle idéologie vertigineuse peut être capable d'embarquer des votants d'un extrême à l'autre ? Quelle alchimie électorale pousse des gens de la gauche radicale dans les bras du F.N. C'est bien qu'il doit y avoir une attirance commune. Regardez la conseillère régionale et conseillère municipale F.N qui siège au conseil municipal de Vierzon, elle vient de la C.G.T. Comment la gauche radicale peut vriller du nez quand il s'agit de voter Macron pour faire barrage au F.N et s'engouffre avec une facilité déconcertante dans les filets de l'extrême droite ? Il va falloir nous expliquer la philosophie de la chose.

Il faudra analyser de très près les chiffres, au soir du second tour, pour voir si les Vierzonnais ne sont pas les auteurs d'une entourloupe majeur. Et à ce petit jeu de démolition, les législatives risquent de ne pas être une balade de santé pour le candidat sortant. Il sait que le F.N menace et au vu des résultats dans sa propre circonscription, il peut s'inquiéter, même si le scénario idéal, serait de tomber contre le F.N au second tour, pour montrer que le Front de gauche est le meilleur barrage contre le F.N. Mais une barrière ferroviaire maquillée en danseuse avec un bol de cervelle serait aussi le meilleur rempart contre l'extrême droite. Suffit d'avoir un cerveau et d'avoir trouvé la notice pour s'en servir.

Vierzon, à 356 voix du désastre, sachant que l'on a déjà un pied et demi dedans et que nos dirigeants locaux, toutes tendances confondues, s'en contre fichent. Vierzon s'enfonce un peu plus mais on change vite de sujet. Et nous sommes à Vierzon, pas ailleurs. Il n'y aucune reconquête intelligente de l'électorat frontiste ici, comme si les barreurs du bateau avaient sauté en route. C'est désespérant. Aucun discours d'espoir, aucun discours de mieux être, Vierzon est devenue une vaste patouille politique où, chacun dans son coin, popote sa propre recette. Avec comme ingrédient manquant, le citoyen. Qui vote, finalement, comme on le traite. Avec mépris. Ou suivisme aveugle. Parfois, le vote devient un tic. Ou un toc malheureusement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents