Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Arrêtez de penser avec la droite et la gauche, un cerveau suffit !

Publié par vierzonitude sur 15 Mai 2017, 20:25pm

Arrêtez de penser avec la droite et la gauche, un cerveau suffit !

Si avant de regarder la couleur politique, vous écoutiez ce que l'homme a simplement à dire, vous comprendriez que l'essentiel, ce que vous avez oublié depuis longtemps, ce sont les idées. Mais, vous êtes si rigidifié dans vos modèles de partis nécrosés que vous êtes devenus sourds, aveugles et mal comprenants. Vous êtes englué dans vos droites, dans vos gauches, dans vos extrêmes handicapants, dans le béton armé de vos idéologies, dans votre haine de l'autre parce qu'il n'est pas du même bord.

Vous ne mettez pas en avant les idées, vous vous opposez systématiquement à une idée qui n'est pas la vôtre mais ce n'est pas parce qu'elle n'est pas la vôtre, qu'elle est moins bonne, mauvaise ou à jeter. Vous êtes incapable du moindre compromis car le compromis, en politique, ça ne rapporte rien. Vous ne vivez que sur les ruines d'un système juteux qui vous permet de vivre de la politique en engrangeant des fonds publics à chaque élection législative (1,42 euro par voix). Cette chasse au trésor vous oblige à imposer le fait qu'une idée de gauche est mauvaise car elle n'est pas de droite et inversement, que l'autre de ce parti n'est pas du tout le même que l'autre de cet autre parti.

Cette course au tiroir-caisse vous amène à cultiver la mauvaise foi, l'entre-soi, pour entretenir des sièges royaux de partis, payer des permanents qui font de la politique un métier et c'est l'autre que vous appelez le monarque ! Vous cumulards, vous qui touchez des dizaines de milliers d'euros par mois, vous qui vivez de notre argent. Vous prônez, à pleine bouche un mot désormais galvaudé, la réforme, que vous souhaitez appliquer avant tout aux autres mais pas à vous, sous peine d'une disparition prochaine de l'espèce politicutus argentus publicus. Vous ne voulez pas être élu, vous voulez durer. Vous exhortez le changement mais pas chez vous.

Alors, à chaque élection, pour préserver votre pré carré, vos avantages, vos chapelles, votre argent public, vous appuyez lourdement sur ce qui fait la différence entre vous et les autres, entre la gauche, la droite, lui, lui et elle, et entre elle, lui, lui et lui. Vous nous faites croire que vous êtes neuf mais vous êtes usé jusqu'à la corde, vous voulez fonder un nouveau monde avec vos méthodes du vieux monde. Et vous sonnez creux. Vous n'avez pas le sens de servir le pays mais le sens de servir le pays du moment que cela vous rapporte. Vous parlez de démocratie en voulant la majorité absolue, de celle qui se rapproche des dictatures.

Vous êtes incapables de fraîcheur car vous êtes enfermés dans vos partis amidonnés, vierges d'idées mais débordant d'idéologie. Vous ne travaillez pas à faire fructifier des idées mais à abattre celles des autres pour oser faire croire à une différence notable entre vous et le reste du monde politique. Or, ce qui importe aujourd'hui, ce n'est pas vous, vous, là, dans vos ego dégoulinants, dans votre égoïsme, votre mépris des autres, votre incapacité à remplir le contrat de la liberté, de l'égalité et de la fraternité. Vous êtes rance. Vous êtes des machines. Et nous voulons des hommes, des femmes, producteurs d'idées, des hommes et des femmes, peu importe la couleur qui gouvernent non pas sur une ligne droite mais avec une perspective. Celle de faire autrement. Alors, si avant de regarder la couleur politique, vous écoutiez ce que l'homme a simplement à dire, vous comprendriez que l'essentiel, ce que vous avez oublié depuis longtemps, ce sont les idées. Des idées pour faire autrement. 

Commenter cet article

Jean-Paul Saboureau 16/05/2017 12:02

Il y a un côté Philippe MURAY dans cet article.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents