Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


3.000 voix de plus pour quelqu'un qui n'existe pas...

Publié par vierzonitude sur 13 Juin 2017, 08:43am

3.000 voix de plus pour quelqu'un qui n'existe pas...

Dans la presse locale, le député sortant se vante d'être "reconnu nationalement". Mais il ne précise pas pour quelles raisons. Pour cela, il faudrait donc lui laisser, à nouveau, les clefs de la circonscription, qui serait ainsi entre de bonnes mains. Il en profite, surtout, pour asséner un coup bas en expliquant, sans détour, que sa rivale, Nadia Essayan, investie En Marche !, cheffe de file de l'opposition vierzonnaise, est "quelqu'un qui n'existe pas." Toutefois, pour quelqu'un qui n'existe pas, la candidate de la majorité présidentielle, a mis environ, à l'issue du premier tour des élections législatives, trois mille voix dans la vue du député sortant, en ballottage défavorable.

Ce "quelqu'un qui n'existe pas", est en mesure de se faire élire députée, dimanche prochain, au nez et à la barbe d'une dynastie de messieurs qui se sont succédés dans la seconde circonscription. Est-ce parce que c'est une femme que ce "quelqu'un" n'existe pas ? Est-ce parce que c'est une femme de l'opposition ? Pourtant, ce quelqu'un existe bien car en 2014, lors des élections municipales, cette candidate qui n'existe pas n'était qu'à 420 voix de la liste de Nicolas Sansu... Au terme du premier tour des élections législatives, elle n'est qu'à 424 voix du député sortant arrivé premier dans sa ville mais avec un score qui rétrécit. Comment une personne invisible peut capter autant de voix de gens qui, eux, sont bien visibles puisqu'ils glissent leurs bulletins dans les urnes en sa faveur ?

Il y a donc, dans la circonscription de Vierzon-Bourges, deux catégories de candidats. On ne parle plus de la droite et de la gauche que certains voudraient continuer à faire vivre, non, il y a ceux qui existent et ceux qui n'existent pas. Et, paradoxalement, ceux qui n'existent pas parviennent à prendre le pas électoralement, sur ceux qui existent. On constate toutefois, qu'a chacune de ses apparitions, Nadia Essayan n'est pas un hologramme, une technique qu'affectionne particulièrement le candidat préféré du député sortant, Jean-Luc Mélenchon, souhaitant se démultiplier comme d'autres, paraît-il, auraient marché sur l'eau. Si quelqu'un n'existe pas dans un meeting, c'est bien un hologramme ! Mais un hologramme-homme existe  de toute façon beaucoup plus, en somme, qu'une candidate-femme dans la deuxième circonscription, aux yeux de quelques-uns...

Cette phallocratie électorale, à l'heure de la parité obligatoire en politique, semble être d'un autre âge, comme certains partis politiques qui font encore du feu en frottant leurs propres fossiles. Regardez la composition du bureau de la communauté de communes de Vierzon : sept hommes, trois femmes. Il y a de vieilles habitudes qui résistent. Résumer un second tour d'élections législatives entre un candidat "nationalement reconnu" et "quelqu'un qui n'existe pas", démontre combien le tangage du bateau du député sortant fait entrer l'eau par les ponts. Une sorte de Titanic qui a l'avantage d'être, lui, un bateau qui existe, pour avoir navigué et qui n'existe plus, pour avoir coulé. 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents