Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le président du club de boxe s'exprime dans Libération

Publié par vierzonitude sur 13 Septembre 2017, 08:27am

"A l’heure où Paris se voit attribuer la grande kermesse olympique, au ras des gazons ou des parquets, des bénévoles bricolent pour faire vivre leur club. Sans moyen ni reconnaissance, ils se battent au quotidien. Pour eux, Paris 2024, c’est la planète Mars. Ils racontent", écrit le quotidien Libération. Et parmi les personnes interrogées, Emmanuel Alcon, président d'un club de boxe à Vierzon : 

 «Sans ma famille et celle du trésorier, point de bureau»
«La boxe est un monde minuscule. Mon club est familial. A dire vrai, si vous enlevez ma famille et celle du trésorier, il n’y a plus de bureau. Il y a deux ans, on s’est mis en sommeil, faute d’entraîneur. Le coach, c’était mon père. Mais il a demandé à ce que l’on trouve quelqu’un pour la relève. On a passé des annonces sur le site de la fédération, tenté des entraîneurs en région parisienne… Ils étaient diplômés mais demandaient un salaire annuel trop conséquent (l’un voulait 2 200 euros mensuels). On était en décalage : tous nos membres sont bénévoles. Il a fallu qu’un ancien boxeur amateur vienne rendre visite à mon père pour le remotiver. Ce dernier lui a proposé de l’accompagner pour devenir pro. Une sorte de cercle vertueux s’est mis en route, avec l’effet Jeux olympiques [six médailles pour l’équipe de France de boxe à Rio, ndlr]. Au niveau logistique, on s’entraîne dans une salle municipale mise gratuitement à notre disposition. Pour le reste, c’est une vraie salle de boxe à l’ancienne : un vieux parquet qui sent la sueur, des vestiaires vétustes. La réalité.»

Recueilli par N.Dh.

 

Commenter cet article

Cereus Maximus 14/09/2017 11:09

L'intérêt d'une revue de presse, ou assimilée, et d'éviter au lecteur de devoir se coltiner la consultation d'articles sources. A condition que la synthèse qui en est faite restitue la substance des articles en question.

Bref, après avoir consulté votre source ma consternation ne s'est pas dissipée. Des individus qui réclament à cor et à cri des fonds publics pour leurs activités privées ! Il n'y a déjà pas toujours de fonds pour des projets utiles à TOUS, mais des personnes, qui se plaignent sans doute déjà du coût de la vie et du niveau des taxes et impôts, en sont presque à exiger de leurs voisins concitoyens de l'argent pour leur bénéfice exclusif ! Le scandale absolu et la honte totale, je ne peux qualifier ici cette attitude plus avant, vous le comprenez, mais l'indignation du contribuable que je suis, ô combien, est réelle.

Moralité, pour des populations qui ont perdu tout sens des réalités de la vie et du devoir de chacun, après avoir vécu au-dessus de leurs moyens propres dans un système clientéliste formaté collectiviste au bénéfice des Iznogouds politiciens, le réveil viendra de ce que tous appellent "la crise" mais qui n'est en fait que la remise à jour indispensable des comptes et des compteurs dans un monde où les richesses disponibles sont de plus en plus rares et les quémandeurs de tous poils de plus en plus nombreux. On y verra donc plus clair quand les fossés entre les délires idéologiques, l'assistanat et le monde réel se seront creusés irrémédiablement...

Une note d'humour involontaire de Libération, publication vaguement journalistique bien loin d'être un parangon de rigueur et d'objectivité intellectuelles : "Libération est allé tout en bas, là où même les génies ont été obligés de commencer". Là au moins on peut rire, car parler de génie à propos des activités physiques et sportives il faut une sacré dose d'aplomb ou d'innocence.

Les 2 200 euros (nets ou bruts ?) évoqués par ailleurs parleront sans doute à quiconque connaît un tant soit peu les salaires pratiqués dans le monde du sport, celui qui intéresse vraiment le grand public (combien pour Philippe Lucas l'ex-coach de L Manaudou ?), ou les salaires consentis aux employés et ouvriers non qualifiés (mais expérimentés) de la grande distribution, de l'industrie ou encore du BTP...
Les choses ne sont vraiment visibles que lorsqu'elles sont mises en perspective.

vierzonitude 14/09/2017 12:23

Mais on attend avec impatience vos revues de presse rigoureuses et dignes d'intérêt !

Cereus Maximus 13/09/2017 14:57

Nous remercions par avance Vierzonitude de bien vouloir traduire, à l'intention des citoyens incrédules, ce que signifie cet article totalement sybillin.

Nous aurions donc à Vierzon des amateurs de boxe. OK jusque là c'est clair et tout va bien. Ces amateurs fonctionnent entre eux, par conséquent bénévolement, rien de plus naturel pour des particuliers pratiquant un hobby. Tout va bien jusqu'ici. Une salle municipale est mise à la disposition de ces particuliers, ce qui est tout à l'honneur de la municipalité (même si ça ne vous fait pas plaisir).

Pour le reste un décryptage est nécessaire comme exprimé en début de commentaire car on ne voit pas du tout où pourrait se situer leur problème. Il doit sans doute se trouver plusieurs milliers de vierzonnais qui ont un ou plusieurs hobbys. Se manifestent-ils et pourquoi le feraient-ils dès lors que ce sont des activités personnelles qui les concernent eux-seuls (à conditions que lesdites activités ne soient pas de nature délictuelle) ?

Le parallèle avec les JO est surprenant. L'organisation des JO implique une charge budgétaire importante, tant au niveau national que pour les collectivités locales associées à l'évènement. En contrepartie de quoi les retombées financières et accessoirement d'image sont appelées à équilibrer les comptes. Ne doutons pas que si les comptes des JO 2024 sortent dans le rouge, les répercussions politiques seront instantanées. D'autant plus dans le contexte prévisible des années qui viennent.

Quelle autre sens pourrait avoir le communiqué d'un club local ? Faut-il y voir une intention de participer à ces JO ? Comment ? Ont-ils des adhérents susceptibles de faire un carrière de champion dans cette discipline ? Considèrent-ils que leurs charges de fonctionnement se doivent d'être prises en charge, en tout ou partie, par la commune, le département, la région ou l'état ? Et pourquoi pas par l'Europe ? A quel titre, surtout dans la conjoncture économique que nous connaissons où tout investissement se doit d'être rentabilisé ?

Pas clair, vraiment pas clair.

PS : 2 200 euros mensuels, pas de commentaire ça serait trop cruel.

vierzonitude 13/09/2017 19:14

Avez-vous cliqué sur le lien pour comprendre le contexte de l'article ? Ici, à Vierzonitude, on informe les lecteurs des articles qui parlent de Vierzon, en dehors de la presse locale. Vous avez réussi à faire un commentaire plus long que l'article de Libération ! En revanche, on ne comprend pas bien votre P.S, comme quoi, vous n'êtes pas clair non plus.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents