Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Hôpital : les bisbilles politiques qui nuisent au combat collectif

Publié par vierzonitude sur 29 Octobre 2017, 16:13pm

Nos élus de la majorité vierzonnaise ont décidément la défaite amère à tel point que sur la page facebook de la ville de Vierzon, nie la présence de la député du Cher, Nadia Essayan, à la réunion (privée) de la directrice de l'Agence régionale de la santé, venue à l'hôpital de la ville, sur invitation de la députée, est zappée, niée, ignorée, pas notée ! On peut lui reprocher de ne pas être là, comme certains le font, mais on peut aussi, quand elle est là, le dire. On peut ne pas être d'accord avec ses idées, on peut critiquer la majorité à laquelle elle appartient, on peut contredire les lois qu'elle soutient, les combattre, avancer d'autres arguments, on peut la renvoyer à ses contradictions, entre ce qu'elle vote et les conséquences que ses votes impliquent sur le terrain, on reste là dans le jeu ouvert de la démocratie. Mais la nier avec une telle indécence, l'effacer même des lieux où elle se trouve pour y imposer quelqu'un qui, lui, ne s'y trouve pas, c'est piétiner les règles républicaines et les fondements de la politesse.

Heureusement, que les élus communistes du conseil départemental sont là pour rétablir une certaine justice républicaine. Il faut dire que la parité est désormais obligatoire, alors nier la présence de la députée lors de la venue de la directrice de l'Agence régionale de santé (ARS), vendredi dernier, c'eut été quand même étrange de leur part, non ? Du coup, le compte-rendu publié sur la page facebook du groupe d'opposition au conseil départemental reflète mieux la réalité que les quelques lignes publiée sur la page facebook de la ville de Vierzon.

C'est étonnant qu'en 2017, on utilise encore ses vieilles recettes comme au temps où l'on faisait disparaître des gens sur des photos, quand on remplaçait l'Histoire par une autre histoire... Etonnant procédé qui a encore cours dans une petite ville de province qui va jusqu'à nier le vote du peuple, un peuple dont pourtant ses élus se réclament, mais seulement quand ils gagnent les élections. Des élus qui n'aiment le peuple que lorsqu'ils lui accordent majoritairement ses suffrages. Cette relecture des faits montre la tentation de ceux qui détiennent le pouvoir, d'en abuser. Même ici.

Voici le compte rendu du rendez vous de Delphine Piétu, conseillèe départementale et François Dumon, président de la communauté de communes avec l’ARS pour la Défense de l’hôpital de Vierzon. C'est marrant comme on peut nier une présence pour cacher une absence.


"Vendredi 27 octobre, François Dumon (président de la communauté de communes Vierzon Sologne Berry) et moi avons été invités par Monsieur Florent Foucard, directeur de l’hôpital de Vierzon à une rencontre avec Madame Anne Bouygard directrice générale de l’ARS (Agence Régionale de Santé) afin d’échanger sur l’avenir de l’hôpital de Vierzon. Etaient également présents Madame Nadia Essayan (députée de la circonscription (LREM), Monsieur Bruno Meunier (conseiller départemental LR) et des agents de l’ARS.


François Dumon a fait un rapide bilan du territoire et rappelé que le bassin d’emploi vierzonnais s’en sortait plutôt bien en ce qui concerne la démographie et le chômage par rapport à d’autres villes de notre département. Nous avons informé la directrice que plusieurs motions pour la défense de l’hôpital avaient été votées dans les conseils municipaux, à la communauté de communes et au conseil départemental du Cher à chaque fois à l’unanimité quelle que soit la couleur politique.


L’hôpital public de Vierzon, hôpital de proximité est en déficit chronique pour plusieurs raisons ; la tarification à l’acte (T2A) en vigueur depuis une douzaine d’années qui pénalise les hôpitaux de proximité, de lourds investissements sans beaucoup d’aides de l’Etat dans les années 2000 et le manque de médecins dû au très faible numerus clausus et au manque d’attractivité de notre territoire. Bien que l’hôpital de Vierzon ne soit pas le seul dans ce cas (celui de Bourges est également en déficit) sa situation est préoccupante.


L’ARS qui dépend entièrement du ministère de la santé, doit combler avec les crédits d’Etat le déficit de fonctionnement de l’établissement comme elle le fait pour tous les hôpitaux de proximité.


Nous avons donc interpelé Madame Nadia Essayan sur son vote à l’Assemblée Nationale concernant le budget de la santé. Celle-ci nous a affirmé qu’elle continuerait à voter des décisions au plan national tout en restant attentive aux retombées locales ! Son vote a pourtant un impact négatif direct sur les hôpitaux en difficulté et elle le sait : l’incohérence est décidément de mise chez LREM…et elle est assumée !


Les choix du gouvernement sur la santé posent des questions de fond sur notre société. Nous sommes tous conscients que l’hôpital doit évoluer en même temps que les pratiques médicales et les territoires et qu’il faille réfléchir à des solutions pérennes en continuant de proposer une qualité de soins accessible à tous. L’Etat ne peut pas accorder de cadeaux fiscaux colossaux aux cent premiers de cordées et aider l’hôpital public, c’est un choix politique. Se battre en tant qu’élu ou simple citoyen prend alors tout son sens.


Bien que nous puissions nous féliciter de la venue de la directrice de l’ARS qui allait ensuite rencontrer les personnels soignants et visiter les locaux afin de prendre pleinement conscience des difficultés et enjeux de l’hôpital, nous restons vigilants sur les choix proposés. Rien n’est encore acté, à suivre…


Rappel : Nicolas SANSU organise une réunion d’information et d’échanges sur l’hôpital au centre de congrès de Vierzon le 13 novembre prochain à 18h30." 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents