Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


L'hôpital de Vierzon rongé par la difficulté de recruter

Publié par vierzonitude sur 31 Octobre 2017, 20:36pm

Dans une interview accordée au Petit Berrichon, le directeur de l'hôpital Florent Foucard revient sur la crise qui se secoue l'établissement vierzonnais : "Les nouvelles informations qui me sont parvenues depuis 2016 m’obligent aujourd’hui à reconsidérer l’avenir du centre hospitalier. Ensuite, la situation budgétaire et financière. Au moment de la rédaction de ce projet, on commençait à voir un début de redressement avec une maîtrise notamment de nos charges et un certain développement de nos activités. On constatait une reprise et là aussi, le contexte a changé. Enfin, les Groupements Hospitaliers de Territoire. A l’époque, on ne voyait pas très bien lors de leur mise en place et aujourd’hui, on s’aperçoit qu’ils prennent une dimension encore plus importante que ce qu’on avait pensé. Un directeur d’établissement, lorsque les réalités changent, doit en tenir compte dans les orientations stratégiques qu’il propose pour les années à venir."

La démographie médicale qui frappe l'hôpital de Bourges (30% de postes non pourvus) ronge aussi l'hôpital de Vierzon : "Lorsqu’on regarde notre situation sur des spécialités particulièrement sensibles (chirurgie, maternité, pédiatrie), les perspectives ne sont pas bonnes. A l’horizon 2020, nous allons avoir des départs à la retraite, en particulier sur la gynécologie obstétrique. Trois départs de praticiens sur trois ans, déjà que pour en recruter un, c’est difficile, alors trois… Je n’ai aucune certitude à pouvoir dire à la population, je vais pouvoir recruter trois praticiens dans les années à venir. Alors se pose la question de savoir comment fera t-on fonctionner la maternité si nous n’avons plus de praticiens. Certes, on peut se retourner contre l’Etat, mais moi, Florent Foucard, directeur de l’hôpital, seul dans mon problème, je ne veux pas mentir à la population en claironnant que oui, on va trouver ces trois praticiens : je ne suis sûr de rien."

Le passage au tout ambulatoire soulève d'autres problèmes, comme la fermeture probable de la maternité : "Notre bloc opératoire, la nuit, n’a que peu d’activité et est extrêmement marginal, or nous avons un personnel présent pour assurer des services 24h/24 et qui pèse fortement sur la structure financière. Le coût est très élevé en exploitation mais aussi en investissement pour une activité hors ambulatoire. La question posée est donc simple : est-ce cohérent de rester dans une telle logique ? C’est certain qu’une fois posée, cette question entraîne celle de la maternité. A ce sujet, je n’ai jamais dit que nous allions fermer la maternité, aucune décision à ce sujet n’est prise même si dans le contexte actuel il était impossible de ne pas l’envisager dans le sens où, aurons-nous d’ici 2020 les effectifs médicaux nécessaires à son bon fonctionnement ? C’est pour cela qu’il faut regarder avec attention la situation de la maternité car elle conditionne l’ouverture du bloc opératoire de nuit. C’est dans cette optique d’incertitude à recruter trois praticiens d’ici 2020 que j’ai proposé le tout ambulatoire. C’est tout le contraire de ce qui a été colporté et c’est bien parce qu’il y a des incertitudes sur la maternité que la chirurgie est impactée. "

Bonne nouvelle : "Nous avons eu quelques succès avec un cardiologue qui arrivera en janvier 2018 et au 4 décembre, nous aurons un hépato-gastro-entérologue qui s’installera à l’hôpital."

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierrot 12/11/2017 11:15

Difficultés à recruter ? .... pourtant l'hôpital n'est pas difficile et plutôt bon prince, il n'y à pas si longtemps , même le conjoint du toubib se voyait attribuer un poste

Et sur la rentabilité ? , petite citation " La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût" , André Grimaldi, Diabétologue, professeur émérite au CHU Pitié Salpêtrière. Face aux déficits récurrents habilement crées d'ailleurs par la mise en place de la tarification à l'activité, l'état ou plutôt les pseudos représentants du peuple ont choisi de rationner les soins plutôt que d'améliorer les outils !
Il serait nécessaire de rétablir une offre de soins sur le territoire en fonction des besoins et non de laisser péricliter des hôpitaux hors d'âge comme celui de Vierzon juste par qu'il est la ! et que personne ne veut rien changer !
A Vierzon c'est simple, entre l'insuffisance des directions successives et l'incapacité des médecins à s'entendre et présenter des projets cohérents( c'est le directeur d'ailleurs qui à rédigé le futur projet médical de l'établissement) ...l'équipe médicale va dans le mur à bord d'un rafiot qui prends l'eau de toute part , et ils s'en foutent royalement pour la plupart, d'ailleurs avez vous vu ou entendu un seul médecin de l'établissement faire part de ses inquiétudes ? ou réagir ?

Marc 31/10/2017 22:49

Comment en est on arrivé, a vouloir rentabiliser la santé, à travers nos impôts, notre travail et notre idée de la société c'est un dû. Je ne vois pas en quoi un comptable peu appréhender un hôpital. Bien sûr il faut limiter le plus possible les dépenses inutiles, mais là on ne parle pas de ça. Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage !

Archives

Articles récents