Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Vierzon : mais qu'est-ce qui s'est passé pour qu'on en soit arrivé là ?

Publié par vierzonitude sur 21 Décembre 2017, 14:24pm

Difficile désormais de passer inaperçue. Ce n'était déjà pas trop le cas avant, alors maintenant. C'est vrai, Vierzon était connue pour de bonnes comme de mauvaises raisons, pourquoi, sur 36.000 communes, Vierzon apparaît-elle aussi souvent dans les médias ? On sait que Vierzon est connue pour ses tracteurs qui ont irrigué, entre autres, les campagnes françaises et qui porte le nom de cette ville. Le tracteur Vierzon est passé du statut d'objet agricole au statut d'objet de collection. Alors le nom circule encore et c'est une bonne chose, sauf que la ville refuse de s'en servir.

La chanson de Jacques Brel également concourt encore à la réputation de cette ville, là aussi, c'est plutôt positif, même si certains grognons ont attendu 2017 pour s'en rendre compte. Bien sûr, la ligne de démarcation qui coupait la ville en deux a participé à répandre le nom de Vierzon. L'histoire bien sûr mais le cinéma aussi, la littérature. Rendez-vous compte que ces trois événements majeurs, tracteur Brel, la ligne, ont conjugué leurs échos les uns à la suite des autres : d'abord le tracteur, la ligne de démarcation, la chanson de Brel.

Ajoutons-y le fonds de commerce de la ville : la position centrale de la ville en matière ferroviaire, son industrie de la porcelaine, de la verrerie. Mine de rien, tout cela a beaucoup compté dans la réputation de la ville. Moins aujourd'hui mais tout de même, le poids de ces images-là sont fortes. On n'y coupe pas non plus, mais l'image politique de Vierzon ne l'a pas épargné. La stalinisation de la ville, jusque dans ses rues, ses places, son fonctionnement interne ont contribué à faire de Vierzon une ville à part.

Puis, à une courbure du temps, un truc a déconné. Ce qui aurait dû dorer l'image vierzonnaise l'a terni. La situation s'est inversée. Au lieu que cette ville s'enorgueillisse de ses richesses, elle s'est étouffée avec. Les vieux tracteurs sont réapparus au moment de la fermeture de Case. Jacques Brel est ignorée. La ligne de démarcation est une période sombre. La SNCF à Vierzon a perdu de sa superbe. Plus de verreries, plus de porcelaine, si ce n'est dans un placard qu'on ose appeler musée. La politique vierzonnaise est devenue une caricature d'elle même. Les bouchons en centre-ville ont disparu mais on parle encore de Vierzon pour ses bouchons périodiques au péage de l'A71 vers l'A20 et inversement.

Puis, l'un des rares bastions communistes attire la lumière. Ce fut ensuite un cas d'école : Vierzon qui perd son industrie. Puis sa population. puis ses commerces. Qui flirte avec le Front national. Qui se bat pour son hôpital. Son commissariat. Forcément, autant de faits concentrés sur un même espace attirent les médias. Rien qu'en 2017, on ne compte ceux qui sont venus voir de près l'insécurité, la vacance commerciale, mais aussi ses bons côtés noyés sous les mauvais. Il y a tout, pourtant, pour inverser la tendance, à condition de confisquer cette tâche aux politiques qui ne la font fructifier que pour eux mêmes. Le verre à moitié plein et le verre à moitié vide, c'est le combat, désormais, de ceux qui ne veulent pas de cette réalité, pourtant consistante mais qui compte sur une autre, fantasmée, sans vouloir résoudre les autres avant. Pessimiste ? Réaliste c'est déjà pas mal.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cassandre 21/12/2017 21:25

Vous n'avez pas encore compris vierzonitude ? Je suis content d'être parti de cette ville dangereuse, ... Le reste ne peut hélas pas être dît.

Le strat 21/12/2017 08:12

Bonjour
A bout de souffle de ne plus être en sécurité et voir tout les commerces fermés l un après l autres et le manques d emploi sur vierzon j ai décidé de quitter vierzon vraiment dommage

vierzonitude 21/12/2017 08:59

Pourriez-vous nous contacter : vierzonattitude@gmail.com

JIM 21/12/2017 00:12

dire que quelques coups de peinture et quelques encouragements financiers de base et quelques choix tranchés pourraient déjà montrer un sursaut! mais on préfère nous cacher la misère consécutive des choix pourtant dispendieux des dernières années. Enfin! on ne nous la masque presque plus: "vierzon fête noël " est tellement vide.

Sam 12/01/2018 12:26

J aiaime cette ville
Et je voudrais bien y rehabiyr

Archives

Articles récents