Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


A Vierzon, ne comptez pas revoir une maison de la presse

Publié par vierzonitude sur 2 Novembre 2018, 10:00am

La place laissée vide par la disparition de la maison de la presse, rue Voltaire, ne le sera pas longtemps puisque le Centre culturel Leclerc, installé avenue de la République, a annoncé, il y a quelques semaines, qu'il reprenait la presse. Ce qui écarte tout projet de reprise de ce rayon par un indépendant. Ce qui écarte toute envie de re-créer une maison de la presse si une envie se faisait jour.

La grande distribution s'est donc emparée de ce qui restait de commerce traditionnel, en matière de presse et de librairie. En janvier, ce blog s'étonnait d'ailleurs, alors que la maison de la presse était déjà en redressement judiciaire, qu'un énorme rayon presse avait vu le jour à Hyper U, en plus du rayon presse de l'Hyper Leclerc. En plus, il y aura un énorme rayon presse au Centre culturel Leclerc, à deux pas de la Civette qui vend aussi des journaux, tout comme le point presse du petit Mail.

En plus de la maison de la presse, rappelons que le point-presse du Forum république a fermé, que la librairie-presse dans la galerie marchande d'Hyper U a fermé. Que le Tivoli qui vendait un peu de presse face à la Maison de la presse a fermé aussi. La librairie-presse du Mouton tient le coup depuis 22 ans grâce à Thierry Mongeot, le dernier commerce de ce type à Vierzon. Mais rien n'est facile, ainsi entouré par deux mastodontes.

C'est un problème qui va au-delà de la simple notion de commerce, c'est presque philosophique. Cela interroge la notion de citoyenneté. Comment acheter du pain en supermarché quand des boulangeries ferment ? Comment acheter un journal en supermarché quand des points-presse ferment ?  Mais demain, combien d'emplois supprimés, petit à petit, insidieusement ? Comptez le nombre de librairies qui existaient à Vierzon, y compris des librairies Coop, vous savez l'esprit coopératif ! Alors, et ce n'est pas à souhaiter, quand un point-presse finira le nez dans la ruisseau à Vierzon, qui se rappellera de ce post ? Mais il sera trop tard.

A Vierzon, ne comptez pas revoir une maison de la presse
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thierryexpat18 02/11/2018 18:44

Je suis triste et me sent un peu orphelin ! Pas question pour moi d'acheter ma presse en grande distribution ! Les vierzonnais (que je suis) n'ont ils pas quelque part, leur part de responsabilité ? Impossible pour moi de mettre une revue ou un livre, à côté d'1 kg de carottes ou 1 plaquette de beurre ! Je reste fidèle à mon éducation ! Le sourire, la sympathie et surtout le professionnalisme du (ou de la) vendeur(se) sont importants. Bientôt peut être certains iront pour des soins dentaires chez Leclerc ou Super U !

J 02/11/2018 14:21

Encore une vérité qui démontre un intérêt aussi fort pour les livres que pour les navets puisqu'on va les acheter au même endroit.

Andrée 26/01/2018 07:02

Je confirme les propos de M.R Perrot : le patron du point presse de la rue du mouton est très sympathique. Je fréquente aussi l'excellent magasin du centre ville chez M.Catinaud.
Et aussi Leclerc culture. je pense qu'il est important que l'offre soit variée pour éviter d'aller à Romorantin ou à Bourges.

Athos 25/01/2018 21:06

Si les commerçants indépendants qui diffusent les journaux étaient subventionnés comme la presse d'1 milliard d'€, et avaient un abattement sur leur revenu imposable de 7 650€, comme les journalistes, ce serait le Perrou…

R Perrot 25/01/2018 19:50

Il va falloir s’y faire : le commerce est et sera de plus en plus multicanal. Cependant on ne peut que se réjouir de voir un point presse ouvrir. Ça peut susciter des vocations journalistiques ou bien des envies de lecture.
Quant à savoir si je préfère acheter mes magazines en point presse ou en hyper ? C’est comme le fut du canon : ça dépend où je suis et si je colle avec les horaires.
Juste un mot sur le point presse de la route du mouton, je vous le conseille : il ouvre tôt, il ferme tard et le patron est très sympathique. Pas de quoi se priver !

visiteur 25/01/2018 17:21

La fermeture d’un point-presse n’est pas uniquement de la responsabilité des consommateurs.
Les quotidiens existent maintenant à l’abonnement en version numérique, plus besoin de se déplacer. La commission accordée aux diffuseurs (15%) reste faible, il faut en dépoter pour se sortir un SMIC. La qualité de ce qu’on lit actuellement dans les journaux et magasines est peu attractive, les jeunes ne lisent d’ailleurs plus les quotidiens.

vierzonitude 25/01/2018 17:29

Restons surtout bien le nez dans nos misères sans chercher à s'en élever !

Cereus Maximus 25/01/2018 15:38

De quoi parlez-vous au juste ? Pourquoi faudrait-il payer pour un moins-disant économique ? La clientèle va où elle trouve un avantage et c'est tout. Sauf à considérer que vous souhaitez créer une sorte de Pyongyang sur Cher. Malheureusement pour votre idéologie, les réalités du monde viennent s'imposer.
Sans violence certes, mais les réalités s'imposent toujours. Votre posture est à ce point grotesque qu'on ne peut pas s'empêcher de s'interroger sur la réalité de vos positions.
Encore un (gros) effort et vous finirez par devoir évoluer.
Et ce commentaire, est-il clivant à l'excès ou bien appartient-il à une composante du débat contradictoire ?

Archives

Articles récents