Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Un tel commerce est visiblement d’utilité publique

Publié par vierzonitude sur 1 Février 2018, 09:34am

Réaction de Jean-Marie Favière, auteur, lecteur, professeur de lettres à la retraite et animateur des débats de l'association Ciné-Rencontres. Il a participé au salon du livre de Vierzon.

"On peut raisonner par l’absurde : Qu’aurait-on si on n’avait pas ce commerce ? Une rue encore plus morte, encore plus le nez dans le ruisseau, et sans que ce soit le moins du monde la faute à Voltaire.

Un tel commerce est visiblement d’utilité publique. Ce n’est pas uniquement de la vie sociale, ce qui est déjà beaucoup. C’est de la vie tout court. C’est de la lumière. Et la lumière n’est pas qu’un symbole, c’est du concret qui se voit et qui se vit. Mais si en plus, comme c’est le cas en l’occurrence, il y a ce symbole du livre qui est comme la lumière de l’esprit, alors ce ne peut être qu’un supplément apprécié.

Et là où existe une vie citoyenne, c’est aussi la délinquance qui recule.

S’il y a là des personnes (et pas des rats comme à Paris), c’est parce qu’il y a cette vie. Il faut remercier les gens qui font un métier utile, d’abord pour exercer ce métier avec une grande compétence – parfois un vrai sacerdoce - , et aussi pour tous les avantages induits de natures diverses et variées qui bénéficient à toute l’agglomération qui les entoure.

On vient bien au secours des espèces en voie de disparition (les pandas…). Alors pourquoi ne pas considérer davantage ceux qui se maintiendraient très bien par eux-mêmes si on ne leur opposait pas des obstacles aussi artificiels que déplorables par simple indifférence ou par manque d’esprit civique ?

J’aurais dit exactement la même chose, même si je n’avais pas été aussi bien accueilli chez Jean (comme au Centre Culturel Leclerc d’ailleurs) pour mes séances de dédicaces avec mes livres sur Edouard Vaillant. Ce n’est pas un renvoi d’ascenseur motivé par une gratitude par ailleurs largement méritée, c’est un constat que j’ai des raisons de croire aussi objectif que possible.

Et que deviendra le salon du livre, événement majeur de la vie culturelle vierzonnaise dont il est la cheville ouvrière ? Les citoyens et les clients sont les mêmes. Comme ils peuvent à l’occasion voter avec leurs pieds, ils peuvent de la même manière, et avant qu’il ne soit trop tard, favoriser le commerce qui leur manquerait tant s’il n’était plus là.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Albert 02/02/2018 07:47

La Mairie subventionne des associations sportives (et le golf en fait partie !) ...mais n'est ce pas aussi utile pour la ville une maison de la presse ? Alors pourquoi la ville n'aiderait pas également un commerce si essentiel ?

Archives

Articles récents