Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Prière d'être surtout d'accord

Publié par vierzonitude sur 21 Mars 2018, 09:14am

Surtout, soyez d'accord ! De toute façon, qui a vraiment le choix de ne pas l'être ? Ne pas soutenir la grève des cheminots et des fonctionnaires en général,  c'est être antisocial, pro-macroniste, de droite, d'extrême-droite, anti-cheminots, anti-ouvriers en général, anti-fonctionnaires, anti-gauche, pro-riches, pro-Cac 40, on en passe et des meilleurs. Ne pas être d'accord, ou du moins, osez un zest de protestation parce que demain et après-demain et pendant trois mois, une incertitude planera sur le fait de pouvoir prendre ou non un train pour aller travailler ou simplement se déplacer, c'est désormais interdit. Ne pas être d'accord un peu, c'est être contre à 100%. Vous êtes ou l'ami du peuple ou son ennemi juré, mais il n'y a aucune place pour le doute.

Le doute, c'est faire pencher la balance du côté du patronat, des actionnaires, du CAC 40, des dividendes. S'intéresser à la façon de savoir, comment on pourra se rendre à son boulot, c'est être égoïste, c'est ne pas être solidaire de la cause des faibles et des plus pauvres, des précaires et des victimes du capitalisme. Pour sa propre santé, il est donc préférable d'être d'accord, de dire un grand Oui à l'absence de trains deux jours sur cinq pendant trois mois, d'être solidaire comme la peau puisse l'être de l'os, ne pas laisser ne serait-ce qu'un grain de sable s'immiscer entre la grande cause des uns et la prétendue galère que vivront les autres. Après tout, ils n'ont qu'à faire grève aussi et gueuler fort.

Entamer un débat, oser une phrase hostile, une phrase de ras-le-bol, c'est être d'office, considéré comme un renégat. Durant trois mois, il est conseillé de ne pas penser par soi-même mais de siroter le cocktail syndical que l'on nous servira, le boire jusqu'à la dernière goutte et en redemander. Tout le reste n'est que mensonge et manipulation. Tenter une explication, c'est forcément accréditer l'idée que tous les fonctionnaires sont des nantis, les cheminots des privilégiés, et les retraités des profiteurs d'actifs. Certains auraient le droit de défendre leurs acquis, ce qui est légitime, d'en demander plus, ce qui est humain, pendant que d'autres, qui esquissent une plainte sur les difficultés de leur propre quotidien qu'une grève ne va pas arranger, n'ont pas d'autre choix, au lieu de râler, que de se joindre, à la grande ronde générale, de se mettre en rang et d'écouter les consignes.

Douter du bien-fondé d'une grève aussi longue, c'est forcément approuver les mesures de ce gouvernement dictatorial et de son assemblée croupion, en oubliant qu'en France, il y a toujours eu et une majorité et une minorité appelée l'opposition, et surtout que les deux se sont toujours livrés un combat politique, ce qui est l'essence de la démocratie. Aujourd'hui, une étrange atmosphère plane : sous prétexte qu'une catégorie d'actifs mène un combat, répétons-le légitime, toute opposition doit être expressément tuée dans l’œuf, jetée aux orties et leurs auteurs, cloués au piloris. Très bien : en agissant ainsi, les défenseurs d'un modèle social qui doit être défendu, agissent comme ceux qu'ils dénoncent en expliquant à ceux qui sont en désaccord : c'est comme ça et c'est tout. Sinon, fermez là. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Evidenc 22/03/2018 07:43

La CGT, après avoir coulé la presse papier ( syndicat du livre /CGT), et mis en difficulté bon nombre de Maisons de la presse. La CGT , donc va procéder de la même façon avec la SNCF.

LEGITIME DEFENSE 21/03/2018 10:55

En marche ? : OK Patron ! Gloire à toi, oh Seigneur !

" ...il est conseillé de ne pas penser par soi-même ...": oui, ça c'est l'application pure et dure du macronisme sur ses députés majoritaires, macronisme qui voudrait l'étendre à l'ensemble de la population composée de fainéants et de gens qui ne sont rien. Alléluia, une nouvelle doctrine autoritaire est née au pays de la liberté et de la rébellion. Et elle en séduit certains. Pas de gauche, pas de droite, tout juste importée de Hollandie, une sorte de procréation assistée, en somme.

LEGITIME DEFENSE 21/03/2018 17:55

Voilà l'élite intellectuelle de Vierzon qui se réveille. On n'a pas fini de rire. Les synapses vont surchauffer ! Et surtout, faut pas s'énerver, c'est très mauvais pour le coeur.
Et pas de chance, je suis anticommuniste et opposant au maire actuel ..... et au président actuel et surtout, JE NE SUIS PAS UN MOUTON EN MARCHE VERS LE PRECIPICE FINAL.

J 21/03/2018 16:11

Vous êtes un proche du maire ;-)...une seule forme de pensée dictée par le politburo...la protestation permanente contre ceux qui ne donnent pas de subventions.
Respectez vos concitoyens, ne niez pas la possibilité aux vierzonnais de penser par eux-mêmes.

J 21/03/2018 10:00

Suis-je antisocial si je pense et dis que des fonctionnaires qui ont la sécurité de l'emploi vont faire couler le commerce qui m'emploie et me faire perdre mon travail à cause de leurs grèves à répétition ?
Suis-je antisocial et macroniste de droite si je dis que j'aimerais avoir la liberté de travailler et ne pas être pris en otage par les fonctionnaires de ce pays ?
Alors, oui, je suis antisocial , mais je ne suis pas seul !!

Reblochon 21/03/2018 13:50

Dire et écrire : « Je ne peux pas aller travailler parce qu’une société d’état refuse de m’emmener à mon travail », cela s’appelle de l’assistanat. Un motivé du travail ne se laisse jamais arrêter par une grève quelconque.

LEGITIME DEFENSE 21/03/2018 13:13

Ne soyez donc pas jaloux. Devenez fonctionnaire. Personne ne vous en empêche.

"...avoir la liberté de travailler et ne pas être pris en otage...": Apparemment, un rien vous arête pour ne pas travailler, et pour garder bonne conscience c'est évidemment la faute des autres. Et les clichés de « liberté de travailler » ou « de prise d’otage » ne sont-ils pas un peu vieillot ? Cela ressemble à du langage perroquet. Pourquoi ne portez-vous pas plainte. La loi punit la prise d’otage de la réclusion criminelle à temps ou à perpétuité. Ah, j’oubliais. Pour porter plainte, il faut aller à Bourges. Et sans train, pas de dépôt de plainte. Ils sont forts ces cheminots, ils pensent à tout !

Par de tels propos, vous collaborez avec la technique favorite de Macron qui consiste à nous diviser pour mieux nous asservir. Ce n’est pas parce que Vierzon fait partie des villes françaises dont le nom commence par Vi qu’il faut entrer dans ce jeu qui ne produira du bénéfice que pour la Haute Finance dont Macron est le totem et le porte-parole.

« … je ne suis pas seul !! » : effectivement, les Français ne font plus partie des peuples les plus courageux.

Archives

Articles récents