Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Lettre aux anti et aux pro-grève des cheminots

Publié par vierzonitude sur 17 Avril 2018, 11:29am

Lettre aux anti et aux pro-grève des cheminots

Il n'existe pas que deux façons strictes de voir la grève des cheminots : les pour, les gentils d'un côté et les contre, les méchants, de l'autre. Car les pour ont autant de raisons d'être pour que les contre ont de raisons d'être contre, question de points de vue. 

Il n'existe pas une solution, universelle qui serait le soutien unanime à ce mouvement débuté en avril jusqu'à fin juin. Comme il n'existe pas une solution universelle, le rejet plein et entier du mouvement.

Il n'y a pas que des usagers mécontents et des cheminots mobilisés.

Il n'y a pas une vision binaire et simpliste disant, à tort, que ceux qui sont contre la grève sont forcément anti-cheminots.

Il n'y a surtout pas, une volonté affirmée, en ne disant pas que du bien de cette grève, de jeter les cheminots dans la gueule de l'ultra-libéralisme, de la concurrence, de la privatisation et de l'arrêt de mort du service public.

Les usagers, qu'ils soient pour ou contre la grève, prennent le train, subissent les retards, les machines vieillottes, les désagréments quotidiens où l'incertitude prend la place de la certitude huilée des trains qui doivent arriver à l'heure et partir de la même façon. Les usagers, aussi, sont  confrontés à une réalité désagréable. Ils n'ont que peu de moyens d'en exprimer les conséquences sur leurs vies.

Il n'y a pas, dans le refus d'applaudir des deux mains un mouvement qui ne réjouit pas les cheminots et handicapent les usagers (l'inverse est aussi vrai), une action volontairement anti-sociale, anti-cheminote, anti-statutaire, profondément ultra-libérale, anti-gauche.  

Dans la volonté légitime des cheminots d'agréger un maximum de soutiens, on ne devrait pas ressentir cette obligation à ne pas faire autrement que d'être pour, afin d'être du côté des gentils.

La grève est aussi évidente pour ceux qui en sont les acteurs qu'elle ne l'est pas pour une partie de ceux qui la subissent.

Car on en arrive à des invectives et à des dialogues de sourds, à des paroles qui ne devraient pas avoir cours. On doit pouvoir critiquer le mouvement comme les cheminots doivent pouvoir critiquer le gouvernement.

On en arrive à ce que les uns, reprochent aux autres, le mépris dont ils usent eux-mêmes, sous prétexte qu'ils croient avoir raison contre ceux qui ne pensent pas comme eux. Cela n'a jamais accouché de débats sains et sereins.

Il n'y a pas de vérité absolue. Un exemple : les syndicats affirment que le gouvernement veut privatiser la SNCF. Le gouvernement répond que non. Si l'on croit les cheminots, nous sommes les gentils. Si nous accordons du crédit au gouvernement, nous devenons des vilains. Est-ce ainsi que les choses doivent vraiment être ?

On nous explique que la disparition du statut du cheminot ne résoudra pas la dette de la SNCF. Oui, comme cette disparition n'empêchera pas non plus les trains d'être en retard. 

Il faut comprendre que TOUT LE MONDE ne danse pas dans la rue aux côtés des cheminots, ça viendra peut-être.  Leurs préoccupations, une fois de plus, légitimes, ne sont pas celles de tous les autres. Comme les préoccupations des usagers ne sont pas toutes celles des cheminots. 

Ne pas être d'accord ne signifie pas être contre.

Etre contre ne signifie pas être l'ennemi absolu. 

Chacun a des priorités, en ce moment : les cheminots (entre autres) celles de se battre pour leur entreprise et pour eux-mêmes.

Les usagers celles de trouver un moyen de transport.

Comme des cheminots ont le droit de dire que le gouvernement les em..., des usagers ont le droit de dire que la grève les em... Est-ce pour autant que les uns et les autres sont irréconciliables ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Le rail est privatisé depuis 20 ans au Royaume Uni. Les tarifs y sont beaucoup plus élevés qu’en France et la vétusté du matériel parfois vieux de trente ans fait peur sur certaines lignes.
Répondre
V
Vos liens vers l’iFRAP (Think tank de lobbying ultralibérale apparemment) ne me contredisent pas. Je n’ai jamais parlé d’accidents ferroviaires mais de vétusté de certains matériels. Je pensais simplement au confort ou à la pollution avec des motrices encore alimentées au fiel.
Je lis que dans un de vos liens qu’au Royaume-Uni ʺ faute d'investissement de la part du privé, le réseau s'est considérablement dégradé, notamment avec une baisse de la sécurité ferroviaire due à une baisse de l'entretien. En 2001, les Britanniques sont obligés de revenir vers un modèle plus traditionnel avec une reprise en mains de la gestion du réseau par l'Étatʺ.

Après 5 ans de privatisation, les britanniques ont été obligés de re-nationaliser la gestion du réseau ferré. Difficile de dire que la privatisation n’a que du bon ;-)
J
Voici un peu de lecture pour éclairer votre vision. je connais déjà la teneur de votre réponse, mais lisez quand même complètement.
Les chiffres sont un peu anciens
http://www.ifrap.org/europe-et-international/bilan-de-la-securite-ferroviaire-franceroyaume-uni
et ceci
http://www.ifrap.org/europe-et-international/le-transport-ferroviaire-en-france-et-en-europe
Bonne lecture !
V
Avant de parler d'escroquerie, lisez plutôt cela au sujet de la vétusté de certaines lignes britanniques et qui date de janvier 2018

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/01/26/transport-ferroviaire-petite-lecon-britannique-pour-la-sncf_5247664_3234.html
J
Le rail britannique est devenu l'un des plus sûrs d'Europe. Il y a eu des erreurs mais qui sont corrigées. Regardez plutôt du côté de la DB..
En France si les tarifs sont moyens, c'est parce que les contribuables qui ne prennent pas le train payent pour les "usagers" du train.
Faut arrêter cette escroquerie !
F
Moi, je m'en tamponne royalement des égo surdimensionnés des agents de la SNCF... (ayant bossé fut un temps pour un établissement hôtelier où séjournaient les agents de la SNCF).

Moi, je suis le client qui subit, non pas par la faute du gouvernement, le service public de la SNCF est médiocre d'année en année, le billet augmente mais la qualité décroit.

Comme E. Macron a dit : la concurrence fera bouger les choses et j'y crois, il suffit de voir ce que Free ont fait à leur arrivé avec la téléphonie, l'internet, les 3 autres gugusses (Orange, SFR, Bouygues) fin de l'entente commerciale.

Les agents de la SNCF pourront faire grève, mais au moins, la concurrence sera là, sur les rails, les usagers choisiront et c'est tout.

Je me rappelle de la grève de juin 2014, je vais dans un TER avec un ami, tout le monde aussi, faut changer de train, on nous informe uniquement 5 minutes avant le départ de l'autre train à disposition car un usager est parti se renseigner, et le contrôleur, lui s'en foutait royal.

Il a fait quoi durant le trajet ? Il s'est réfugié dans la cabine arrière conducteur, il n'est ressorti uniquement à l'arrivée à Bourges en s'assurant que personne ne l'attende pour l'engueuler et pour partir...

Bravo la SNCF...

Une fois à Paris, idem, un homme d'affaire prend son train habituel, manque de bol, il se plante dans les tickets de la semaine, la contrôleuse parisienne arrogante lui sort qu'il s'est trompé de billet, etc... Lui, s'explique, elle répond : monsieur ici c'est comme dans un avion, on ne laisse pas rentrer tout le monde, et chaque place est réservée...

Sérieux, le wagon était vide, les 3/4 du temps, personne ne s’assoit à sa place, et de plus, dans un avion, c'est pas la même politique. Car la place est stricte on peut pas changer comme ça, en cas d'accident on sait qui a monté ici et tout... Pas à la SNCF.

Bien entendu, des passagers ont voulu prendre sa défense, la contrôleuse parisienne a sorti : je fais stoppé le train et j'appelle la police pour agression...

Sérieux juste parce quelques passagers ont dit qu'elle allait loin alors qu'il avait payé quand même un titre de transport...

En gros : LA SNCF CASSEZ VOUS !!! VIVE LA CONCURRENCE !!
Répondre
L
Les cheminots en grève ont pleinement conscience des dysfonctionnements que subissent les usagers au quotidien; d'ailleurs c'est bien pour cela qu'ils sont en grève car la situation ne peut plus durer; aussi bien pour les usagers que pour les cheminots.
Là ou il y a divergence de point de vue, c'est que les propositions du gouvernement pour 'améliorer le chemin de fer ne résoudront en rien les dysfonctionnement du quotidien....
Qui est assez stupide pour croire qu'en supprimant le statut des cheminot les trains arriveront à l'heure ? ne tomberont plus en panne ? les anomalies du réseau seront gommées, il n'y aura plus de fermeture de gares, de guichets... ????
Les cheminots en grève ne disent pas qu'il ne faut pas réformer l'entreprise SNCF, ils disent juste que les propositions du gouvernement (ouverture à la concurrence, privatisation, fermeture des lignes non rentables, rien pour relancer le Fret, rien sur la dette) ne sont pas les bonnes solutions.
Par le passé, la SNCF n'était pas privatisée, et pourtant elle fonctionnait mieux. Pourquoi ?
Parce la production était organisée en fonction des contraintes imposés par un service qui fonctionne 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Il y avait des trains de marchandises, des trains de nuits, et tout ce système était rentable.
Est ce sérieux, quand aujourd'hui, un conducteur de train de voyageur ne peut plus conduire de train de marchandises (et vice et versa) alors qu'il s'agit du même métier avec les mêmes compétences, avec comme incidence des suppressions de trains alors qu'il y a du personnel disponible !!!!
Des inepties de la sorte dans l'entreprise SNCF, il y en a des tonnes.
Cependant, qui commande la SNCF : c'est l'état. Ce sont les gouvernements successifs qui sont responsables de la situation actuelle. Ils ont tout mis en œuvre pour casser l'outil ferroviaire, et indirectement, convaincre les usagers que la seule voie d'amélioration possible se fera par l’ouverture à la concurrence avec des opérateur privé.
Cependant, les expériences passées, nous prouvent que partout ou elle a été mis en place la concurrence n'a rien réglée, au contraire elle a eu des effets néfaste pour l’usager. Quelques exemples :
Le ferroviaire européen ouvert à la concurrence : moins de trains, et plus cher.
L’énergie en France : EDF- GDF privatisé; +80% d’augmentation de électricité. + 40% d'augmentation pour le Gaz. Pour la poste, le prix du timbre qui a explosé et une distribution du courrier plus qu’aléatoire.
Si c'est de cela dont veulent les citoyens pour le transport ferroviaire.
J'invite l’ensemble des usagers, des citoyens (qu'ils soient pour ou contre la réforme) à venir débattre avec les cheminots, chaque séquence de grève vers 11h à la salle du CE, impasse Casimir Lecompte à Vierzon.
C'est avec plaisir que nous échangerons, autour d'un café, sur l'avenir de la SNCF et plus globalement sur le transport ferroviaire en France.
Répondre
J
3 mois de grève et on va apprendre à se passer complètement de la sncf en utilisant des solutions alternatives !
Répondre

Archives

Articles récents