Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Salon du livre de Vierzon : Jean-Pierre Gilbert parle de son berlaudiot

Publié par vierzonitude sur 13 Novembre 2018, 08:00am

Jean-Pierre Gilbert balade sa plume dans des bouquins et sur son (parfois) acerbe blog gilblog. Un auteur qui se revendique du terroir et privilégie la liberté d'écrire ce qu'il pense au tiroir-caisse !

 

Dernier ouvrage :

Les nouvelles aventures de Berlaudiot. JPS éditions

 

Salon du livre de Vierzon :  Jean-Pierre Gilbert parle de son berlaudiot

1 - Berlaudiot, ça rappelle Patrick Raynal et son Berrichon caricatural, il y a de cela ?


Un berlaudiot en parler berrichon est un idiot. Mais les berrichons ne sont jamais à court, ils ont d’autres mots prêts à servir. Par exemple on dit aussi par cheu nous : berlu, berlaud, berlaudin, berlais, baziot, berda, berdin, bigorniau, bordin. bordiniau, bazagna. Et il y en a d’autres…. Mais le mot le plus employé est sans conteste berlaudiot.


C’est sans doute pour cette raison que Jacques Martel, chansonnier d’entre les deux guerres, fut le premier à consacrer au berlaudiot un texte savoureux dans "À coups d'van" (1939). Et Patrick Raynal a donné le même nom a son célèbre personnage, qu’il fit connaître dans notre région et sur les scènes parisiennes, du Caveau de la République à Bobino et l'Olympia.….


Mais les “Nouvelles aventures de Berlaudiot” ne sont empruntées ni à Jacques Martel, ni à Patrick Raynal, ni à Jean-Louis Boncœur, ni a d’autres conteurs berrichons. Elles me sont venues de fil en aiguille pour varier les pages de mon blog en alternance avec les parutions du “dico berrichon”. Et, bien que ça ne soit pas visible au premier coup d’œil, j’ai souvent emprunté la trame de ces historiettes à des contes orientaux.

 

2 - C'est quoi l'écriture pour vous ?
 

Un plaisir et un effort. Beaucoup de ratures et quelques sourires. J’y pense matin et soir.

 

3 - Justement, comment écrivez-vous ? Le matin, la nuit ? Avez-vous une discipline ?
 

J’écris chaque jour, peu ou beaucoup et sans horaire fixe.

 

4- Vous affectionnez le territoire dans lequel vous habitez. Voyez-vous une différence entre un auteur dit "régionaliste" et un auteur disons plus "national" ?
 

Il n’y a pas de différence à mes yeux. Mais nous sommes bien souvent étiquetés “régionalistes” parce que nos éditeurs sont régionaux. Parfois aussi parce que les thèmes sont très marqués “terroir”.

 

5 - On brocarde souvent les éditions à compte d'auteur. Mais vous semblez y trouver votre compte. Pour quelle(s) raison(s) ?
 

On y trouve son compte parce qu’on évite le refus du manuscrit par les “grands éditeurs” et que l’on publie ce que l’on veut. On y trouve certainement pas son compte au niveau des recettes !

 

6 - Quel livre rêvez vous d'écrire ?
 

Je viens de terminer un livre de chroniques sur La Borne. Mais je n’ai pas d’idée arrêtée pour le prochain. J’aimerais bien savoir, pourtant !

 

7 - De quelle littérature vous nourrissez-vous ?
 

Très éclectique. De Quim Vargas à Panaït Istrati, de Serge Camaille à Michel Onfray, de Jean-Marie Favière à Marcel Aymé, de Edward Abbey à André Comte Sponville, de Pierre Dac à Aragon…. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents