Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Quarante ans de politique vierzonnaise inefficace

Publié par vierzonitude sur 30 Décembre 2018, 19:00pm

Désolé pour les optimistes de nature, cette publication ne vous concerne pas. Vierzon s'approche dangereusement de la barre (encore) symbolique des 26.000 habitants. Se retrouver en-dessous, l'an prochain ou dans quelques années, est une option tout à fait plausible. Depuis l'avènement de la population vierzonnaise en 1975 avec 35.699 habitants à la dégringolade de 2016 (chiffres officiels de la population 2019), 9.334 habitants sont partis, presque 10.000, un peu pus de 26% de la population en moins sur 43 ans. On ne reviendra pas sur les épisodes, notamment économique, qui ont conduit à cette situation.

En revanche, on peut conclure que les politiques mises en place depuis la fin des années 1970 jusqu'à aujourd'hui ont montré leurs limites. Chaque année, depuis 1975, en moyenne, la ville a perdu plus de 200 personnes. Rien n'y a fait et surtout pas les atermoiements des municipalités successives qui n'ont pas cherché à écouter battre le coeur de cette ville mais ont déconnecté leur vision des choses des besoins de Vierzon. 

Entre 1975 et 1990, Vierzon perd 3.464 habitants. Entre 1990 et 2006, il manque 4.088 habitants. Entre 2006 et aujourd'hui, la chute se ralentit mais ce sont tout de même 1.782 habitants en moins. Et entre les chiffres de 2015 (population officielle de 2018) et 2016 (population officielle de 2019), 554 habitats ont déserté la ville. C'est-à-dire que les grands principes des plans de rénovation urbaine, engagé à la fin des années 1990, n'ont pas servi à stopper l'hémorragie de population.

D'ailleurs, que fait-on depuis trente ans pour cela ? Qu'ont-donc entreprises les majorités successives pour rendre Vierzon "sexy", si tant st que la tâche soit vraiment possible ? A quoi s'est-on attaché depuis 2008 ? Et encore avant ? A croire que le sort de Vierzon est scellé dès 1975, dès son apogée, certains ont même cru que Vierzon grimperait à 50.000 habitants, vieux rêve démago qui, dès les années 1970, a fait cogiter des architectes sur le Forum république, avant sur le comblement du canal. Les erreurs se sont multipliées et, même si remuer le passé ne sert à rien, il est bon de trouver l'origine des erreurs. 

Plus tard, il a fallu donner l'illusion que Vierzon devait être à la hauteur de ce qu'elle était devenue au début ds années 1980 : une sous-préfecture. Encore aujourd'hui, les projets sont bâtis à l'aune d'une exigence électorale, et non pas d'une exigence citoyenne. On ne soigne aucun détail, on ne tend pas à rétablir une réputation que l'on a mauvaise. On ne cherche pas à embellir, à améliorer, on fait des coups, on bâtit des projets en fonction de la nature des subventions, pas en fonction de la nature des besoins de cette ville. On commence tout, on ne finit rien.

On ne peut pas dire aimer cette ville, si l'on ne décide pas de prendre à bras le corps ce qu'elle réclame. Au détriment d'une rue Joffre envasée, on créé un centre routier. Au détriment d'un aménagement raisonné du site de la Française, on répond par la construction d'un bowling. Au détriment de la refonte d'un centre-ville qui en a plus que besoin, on répond par une place et c'est tout. Au détriment du commerce de proximité, on autorise encore des commerces de périphérie à se monter.

Il n'y a eu, dans cette ville, aucune politique sérieuse depuis les années 1980. Pas un seul maire n'a agit en fonction du caractère de Vierzon. Les quartiers, calqués sur les anciennes communes, sont une identité forte qu'aucun politique n'a cherché à creuser. La route de Bourges, ce long couloir entre les Forges et la rue Brunet n'a jamais fait l'objet d'une réflexion pour un aménagement intelligent. Ce sont des choses de cette trempe qui aurait donné une autre vision de la ville à ceux qui la traversent. Au lieu d'un musée du machinisme agricole, on a créé un musée du fil de soie. 

Et aujourd'hui ? Quels projets d'avenir pour Vierzon ? Rien pour l'avenue de la République et les quartiers piétons. Rien pour le commerce. Une nouvelle auberge de jeunesse ? Une rénovation du site de la Française sans projets dedans ? Une salle d'exposition ? Est-ce vraiment cela les besoins de cette ville ? Il est à craindre que 2019 ne permette pas d'arranger le sort de Vierzon. Que cette critique, sévère mais juste, serve sa cause pour que l'on cesse de se gargariser pour rien, pour que l'on se mobilise, enfin, pour l'essentiel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JIM 30/12/2018 19:42

entièrement d'accord, il faudrait une vision plus large et plus solide de Vierzon dans son ensemble , pas des mini trucs mais un vrai projet ? qui a la volonté de le construire? qui faut-il? un vierzonnais passionné et décidé? un militaire parachuté? un communiste rouillé dans son système ? un pur politique ou un simple citoyen ?

Wizard 31/12/2018 11:10

Seuls les domestiques sont en recherche permanente d'un maitre ou d'un tuteur avec une vision plus "large" que la leur.
Les municipalités n'ont pas vocation à tout faire et tout imaginer à la place des citoyens. Il appartient à ces derniers de penser des projets et des les réaliser, à charge pour les élus de les faciliter ou tout au moins de ne pas les contrecarrer sans motif pertinent et légitime.
Bien que ceci soit fondamental, il semble bien qu'il faille être un homme libre pour le comprendre.

Archives

Articles récents