Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Hôpital : ce que pense la députée Nadia Essayan du rapport de la chambre des comptes

Publié par vierzonitude sur 26 Janvier 2019, 10:52am

Hôpital : ce que pense la députée Nadia Essayan du rapport de la chambre des comptes

Que vous inspire ce rapport de la chambre régionale des comptes?

La chambre régionale des Comptes est une juridiction nationale indépendante qui permet à des magistrats d’examiner les comptes des établissements publics. C’est donc un rapport qu’il faut prendre très au sérieux, mais il n’a pas de conséquences directes et immédiates. Il doit servir d’outil à la décision. 

J’entends dire que certains chiffres ne seraient pas les bons selon les références que l’on a, ou encore que l’activité serait meilleure ces derniers temps. C’est possible, mais cela change-t-il les tendances de fond décrites dans cette analyse ? Je ne pense pas.

 

 

Si ce rapport n'a pas de conséquences directes dites-vous, il donne de sérieuses conclusions jusqu'à la fermeture de l’hôpital...

 

Je n’ai pas lu que la fermeture de l’hôpital faisait partie des conclusions. Il est dit que si rien n'est fait, l'hôpital ne pourra pas durer parce qu’il est plombé par son déficit et son manque d’attractivité, mais la Cour des Comptes ne propose pas de le fermer, au contraire, elle met sur la table des propositions qui entraîneraient des investissements conséquents. 

 

 

Comment expliquez vous la fuite des patients ?

 

Le rapport donne des pistes : manque d’attractivité de l’établissement, désertification médicale, difficulté à réaliser les interventions que des patients attendent d’un hôpital de proximité, trop grand nombre de lits sur les trois départements par rapport à l’usage qui en est fait, articulation insuffisante avec la médecine de ville, etc… 

 

 

La chirurgie semble être le maillon faible. Pensez vous possible de la conserver et comment ?

 

Le problème est connu depuis longtemps. Avec ce rapport, il y a des éléments plus objectifs. C’est en interne qu’il faudra trouver des réponses aux questions qui se posent. Pourquoi les patients vont ailleurs pour des interventions qu’ils devraient pouvoir faire en proximité, alors que l’activité en chirurgie est en baisse et que le taux de remplissage n’est que de 54% ? Pourquoi la chirurgie ambulatoire baisse de 24% alors qu’ailleurs elle augmente de 11% ? 

 

 

L'idée de reconstruire un nouvel hôpital sur un seul site est elle un leurre ou une piste vraiment sérieuse ?

 

C’est un projet qu’avait soutenu Max Albizzati ( ex-président de la Communauté de communes) : un bâtiment plus moderne, mieux conçu, une meilleure coordination entre les services, une proximité pour les soins des personnes âgées qui sont dans les services de La Noue, un seul pôle de restauration, la possibilité d’évacuer des urgences plus rapidement par hélico, etc. 

C’est sûr que le bâtiment principal de la rue Léo Mérigot est vieillot, surdimensionné et mal agencé, et qu’il manque d’attractivité. Les services de médecine mériteraient d’être plus accueillants alors que ce sont eux quidégagent « une marge excédentaire indispensable pour financer les charges communes ».

Mais c’est un projet à étudier de près. Que fait-on du bâtiment actuel si un nouvel équipement est construit sur le site de La Noue ? 

 

 

Pourquoi le projet médical n'est il toujours pas rédigé ?

 

Je ne connais pas les causes de ce retard de plus d’un an, mais il témoigne des carences de gestion de l’établissement. Il faudrait à présent profiter du rapport de la Cour des Comptes et de la nouvelle administration qui arrivera en mars, pour aller de l'avant en intégrant la réflexion en cours et les projets de service déjà finalisés. 

 

 

Pourquoi l'hôpital sous administration provisoire est une chance pour l'établissement ?

 

Cette administration provisoire ne doit pas être considérée comme une punition (et je pense que les esprits ont évolué dans ce sens), mais comme une aide de l’ARS pour un établissement qui est en difficulté et en panne de solutions réalistes. Ces professionnels, avec leur expérience et leur expertise, pourront aider le CHV à mettre en avant ses atouts principaux et  redresser son activité en l’adaptant aux besoins de son territoire. Et des investissements pourront suivre. Mais il est nécessaire que tous participent positivement au travail qui se fera. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marre 27/01/2019 18:41

je pense, tu penses , elle panse, nous pensons, vous pensez, et ils pensent !

Allez, encore un pansement de plus sur la jambe de bois, et c'est reparti pour bien courir derrière 2020 en trainant la patte encore un peu, jusqu'au jour j !

Bambara 27/01/2019 09:53

"Mais enfin,les gens peuvent bien faire 30,40 ou 100 kms pour se soigner tout de même!Nous sommes en 2019!Ou alors qu'ils trepassent en silence!Sinon nos valeureux policiers et gendarmes se tiendront prêts à les eborgner ou les mutiler avec leurs flashs ball et autres grenades de desencerclement."Voilà ce que pense votre députée.

Athos 26/01/2019 19:55

Il n'y a pas de conséquences directes et immédiates comme le souligne madame Assayan car il s'agit d'un avis.

Le problème avec les avis rendus par toute juridiction ou autorité administrative dite indépendante, c'est l'ambiguïté entre administrative et indépendance.

Si un jugement peut être contesté en appel (Conseil d'Etat pour la Cour des Comptes), ce qui garantit finalement l'indépendance des juges administratifs quand la Cour est en mode juridictionnelle, un avis reste un avis, qui peut être certes une sérieuse base de travail, mais qui peut être aussi inspiré par une doctrine en cours de politiques sortant le plus souvent de l'ENA.

Par exemple la gestion des services publics est actuellement comptable, la doctrine actuelle étant que si un service public n'est pas rentable, il faut le fermer. Les avis iront donc inévitablement dans le sens de cette doctrine.

Il ne faut pas aussi oublier que les doctrines peuvent changer.

L'Autorité de la Concurrence par exemple, administration "indépendante" rendant elle aussi des avis, prônait jadis la concurrence entre un grand nombre d'opérateurs sur un marché, pour contenir les prix. La doctrine a maintenant évolué, 3 ou 4 gros opérateurs est le nombre idéal pour faire baisser les prix, les opérateurs modestes devant soit être rachetés, soit disparaître, alimentant de ce fait pôle emploi.

Archives

Articles récents