Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Nadia Essayan : notre hôpital court toujours le risque de manquer de médecins

Publié par vierzonitude sur 27 Mars 2019, 13:34pm

Après son abstention sur la loi santé (la seule de son groupe à s'être abstenue), la députée Nadia Essayan revient sur les raisons de son vote pour Vierzonitude.

Nadia Essayan : notre hôpital court toujours le risque de manquer de médecins

Pourquoi vous êtes-vous abstenue de voter le projet de loi sur la santé

Tout d’abord, lorsque mon avis n’est pas tout à fait le même que celui de la majorité à laquelle j’appartiens, je fais l’effort de suivre les débats, de m’y impliquer et ensuite d’expliciter mon choix, ma décision. 

Pour le projet de loi sur la santé, j’ai été présente à plusieurs séances dans l’hémicycle, et j’ai défendu ma position. Je l’avais fait aussi dans les mois qui ont précédé, lorsque j’allais rencontrer le cabinet de la ministre, ou la ministre elle-même  pour trouver une solution au problème de désertification médicale dans notre département, que ce soit pour les urgences de Bourges ou pour le centre hospitalier de Vierzon, et plus globalement pour l’accès aux soins et aux services publics, qui était le sujet de ma première intervention dans l’hémicycle. 

Je n’ai pas voté contre le projet de loi parce qu’il va permettre d’améliorer la situation sur le long terme (la fin du numerus clausus, les assistants médicaux, le cumul emploi-retraite pour les médecins, les délégations de tâches aux pharmaciens et aux infirmiers, la possibilité pour les professionnels paramédicaux de cumuler une activité hospitalière et une activité libérale, l’ouverture d’un espace numérique de santé et du dossier médical partagé). Et dans ce sens, ce gouvernement a fait beaucoup plus et mieux que les précédents qui portent la responsabilité de la situation actuelle. 

Mais je crois qu’il aurait fallu pousser plus loin et trouver aussi des solutions efficaces pour le court terme. Je ne sais pas lesquelles mais je pense qu’on aurait dû se donner la responsabilité collective d’en trouver, pour ne pas laisser des patients dans la galère. Tous ensemble, avec les collectivités, les facultés de médecine, le conseil de l’ordre, le ministère, les syndicats, il aurait peut-être fallu faire un branle-bas de combat, des états généraux, que sais-je, mais ne pas laisser sans médecin des patients de zones sous-dotées. 

 

Est-ce la situation de l’hôpital de Vierzon qui vous a fait vous abstenir ? 

La pénurie de médecins touche l’hôpital mais elle semble se résoudre et c’est tant mieux. Cela reste un problème pour la médecine de ville et dans le rural, et l’hôpital ne semble pas en capacité de prendre totalement le relais, pour le moment. 

 

Craignez vous que l’hôpital de Vierzon devienne de proximité, sans maternité et sans chirurgie ? 

J’ai posé clairement la question suivante à la ministre devant l’ensemble de mes collègues MoDem : « qu’est-ce qui vous amènera à désigner tel ou tel hôpital comme étant de proximité ? »

Et elle m’a répondu que tant qu’un hôpital avait ce qu’il fallait pour faire fonctionner correctement la chirurgie et la maternité, il n’y avait pas de raisons de changer. Par contre, le ministère sera attentif aux situations où la sécurité des patients pourrait être engagée sur la durée. Je me réjouis donc de l’embauche des nouveaux médecins au centre hospitalier de Vierzon. 

 

Comment voyez-vous aujourd’hui l’avenir de l’hôpital de Vierzon ? 

Notre hôpital court toujours le risque de manquer de médecins, lorsque la génération des 60 ans et plus va partir. Cela reste un vrai problème qu’il faut anticiper dès maintenant. Par ailleurs, le vieillissement de certains bâtiments est problématique. Je pense que cela aggrave son manque d’attractivité. 

Mais sa patientèle y reste attachée parce que, justement, il est proche. Même quand on n’y va pas, le fait de savoir qu’on a un hôpital à proximité rassure.  Je suis confiante dans le fait que l’administration provisoire aidera le centre hospitalier de Vierzon à se redresser et à offrir des services toujours plus en lien avec les besoins de son bassin de vie. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents