Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Municipales : la tentation des vieilles recettes

Publié par vierzonitude sur 18 Juin 2019, 05:20am

Une liste de la majorité, une liste de l'opposition et le spectre d'une liste Rassemblement national dont le résultat risque de donner des sueurs froides aux deux premiers, tout autant qu'aux citoyens encore un peu éclairés de cette ville. Depuis 1959, date de l'élection du chirurgien communiste Léo Mérigot, Vierzon aura vécu jusqu'en 2020, 43 ans de communisme entrecoupé d'une parenthèse socialo-centre-droit mou avec une tentative de percée de la droite, sans lendemain. 

La tentation des vieilles recettes pointe son nez. Tant de la part de la majorité que de l'opposition qui auront toutes les peines du monde à se renouveler s'ils continuent à croire en eux-mêmes comme ils le font. La "vieille" majorité socialo-commmuniste" est toujours aussi auto-centrée sur le souci de la durée des uns plutôt que de la composition d'un ciment de projets pour faire tenir cette ville debout. Les mêmes arguments, les mêmes faiblesses, les mêmes ficelles sont entrain de sécher dans les greniers des idées toutes faites.

On va nous ressortir le fameux colistier "issu de la société civile", puis le "syndicaliste fortement engagé", puis le candidat avec une appétence "écologique", puis le candidat issu "du monde associatif", "du monde de l'entreprise", tout ça pour distiller le professionnalisme politique des autres qui vivent sur la bête depuis que le lait ne leur sort plus des narines. Bref, un cocktail sans originalité car, une fois de plus, les personnalités compteront plus que les projets et les idées qu'elles porteront. C'est tout le drame de cette ville de 27.000 habitants, devenu un grand village qu'il faut traiter comme un grand village, et non comme une ville prétentieuse à se considérer comme une grande.

Face à ce mur de gauche à franchir, l'opposition prépare la riposte, on le sait. La composition est en cours. Si elle pense refaire le coup de 1990 en gagnant avec un mélange de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel sur la liste sauf du rouge qu'elle renonce tout de suite. On entend déjà la droite rappliquer ventre à terre, elle qui, laminée, n'a jamais soulevé un cil de désir aux citoyens vierzonnais et qui devrait quitter la ville pour raison de salubrité publique. Le centrisme mou qui a fait le lit des années 1990-2008 ne sait pas se réinventer. Sauf peut-être en faisselle chez Rians. Ce n'est pas l'imagination au pouvoir loin de là.

Qu'a-t-on donc en stock ? Des gens de l'ombre qui n'ont plus qu'un vague souvenir de la lumière et des envies de revenir comme ces vedettes du show-biz qui aiment le maquillage et les projecteurs. Des partis qui n'ont pas compris que les électeurs les ont raccompagnés au vestiaire. Où existe encore le P.C en dehors de Vierzon, Foëcy et Graçay ? Où existe le P.S en dehors de la dernière cabine téléphonique ou du dernier canapé trois places de Vierzon ? Qui à Vierzon défend avec conviction l'écologie ? La droite n'a jamais existé ici et n'existera jamais, qu'elle aille voir ailleurs.

Mais surtout, que vont porter les candidats à la mairie de Vierzon en dehors d'eux-mêmes après une pratique aussi intense du pouvoir ? Quelles idées nouvelles vont s'imposer dès lors qu'en 2019, elles ne sont jamais sorties de terre ? Quels projets pour Vierzon ? La ville ne survivra pas à un énième sauvetage de tel ou tel. A une énième obligation d'entretenir plus un parti que des idées. A la continuité d'une idéologie sans avenir. Au jenfoutisme des détails. A la fermeture.

On veut des projets, des idées, on veut une philosophie de vivre à Vierzon, on veut un cadre, de la proximité, de la douceur, on veut transposer Vierzon dans le futur, pas dans le gloubiboulga nostalgique de quelques uns. Ni en 1990, ni en 2008, les majorités n'ont été capables de faire entrer Vierzon dans le futur. Au mieux, on s'est contenté de solidifier le présent. Des exemples ? Il a fallu attendre 2019 pour qu'un aménagement majeur se produise dans le centre-ville. Le site de la Française fermé en 1996, au siècle dernier, est toujours désert. 

Faute que la ville entière possède son identité, celle des quartiers, les anciennes communes de Vierzon, en ont été dépouillées alors qu'il aurait fallu jouer sur leurs particularités. On parle aussi des entrées de ville ? Un fantasme... On parle des avenues jamais aménagées, jamais finies. Il a fallu attendre 2019 pour entendre parler de Brel. Les tracteurs sont toujours absents. On continue de développer la périphérie au détriment du centre-ville. On en passe et des meilleurs.

On jette 150.000 euros d'espaces verts dans une nouvelle parcelle du parc technologique à l'heure où des avenues de Vierzon sont des friches ! On remplit le puits sans fond de l'emploi sans se soucier de l'attrait esthétique de Vierzon. On le disait, les vieilles recettes sont essorées. On pense ici comme au XIXème siècle. Il y a longtemps que Vierzon ne mérite pas cela. C'est malheureusement sa punition. Et son étrange paradoxe. Les futurs candidats ont du boulot pour nous faire oublier leurs prédécesseurs  et au pire ce qu'ils sont vraiment.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean Marie 18/06/2019 18:10

Je crois qu'il est grand temps que l'animateur de ce blog, défenseur de Vierzon et ennemis des politiques de tous poils, monte au créneau en constituant une liste.Il aura ainsi l'occasion de soumettre ses idées aux citoyens-contribuables, qui jugeront en mettant leur bulletin dans l'urne.Il sera intéressant de voir qui figurera sur cette liste du renouveau.

Athos 19/06/2019 14:06

Vous êtes malgré tout très loin du "ratio de Losada", utile pour des critiques plus constructives en milieu professionnel, dans un couple, voir un blog.

vierzonitude 19/06/2019 13:16

Vous devriez le lire plus souvent....

Athos 19/06/2019 12:28

Vierzonitude "encenser" des actions de la majorité municipale (quand ça le mérite je suppose) ?

"Encenser" est un peu fort, ou alors du bout des lèvres... lol

vierzonitude 18/06/2019 22:09

Mais justement, si vous lisez ce post, vous verrez qu'il y a des propositions. Ce blog a milité pour une place Brel, elle existe. Pour une place Charlie, elle existe. pour que l'on voit un tracteur à Vierzon, ce sera fait le 29 juin. Vierzonitude porte le problème des déchets dans les rues depuis des années : une action va naître dans les comités de quartier. Idem pour l'embellissement de la place Péri : Vierzonitude l'avait dit en novembre 2017. La varie intelligence du politique, ce n'est pas de dire blanc parce que les opposants disent noir et inversement. C'est se nourrir de propositions, de débats, de critiques mêmes issus de la base, des citoyens. En cela, Vierzonitude y travaille depuis neuf ans avec des résultats. Mais comme la majorité a décidé de faire de Vierzonitude un ennemi de classe, parce que ce blog critique les actions de la majorité (et en encensent d'autres mais elle le remarque moins), les propositions sont généralement ignorées. C'est le propre de la politique. Un jeu que ne veut pas jouer Vierzonitude qui, optimiste, compte sur l'intelligence politique pour engendrer un système qui ne renie pas les idées qui ne viennent pas du bon côté. Vierzonitude critique la gauche, dont il est de droite. Vierzonitude critique la droite donc il est de gauche. C'est de la poudre aux yeux. Une façon de masquer les vrais problèmes. La situation évolue avec du retard mais elle évolue. Le militantisme n'est pas que politique, la preuve : Vierzonitude milite pour que Vierzon soit mieux qu'elle n'est, pour qu'elle laisse la place au patrimoine qui la compose. L'engagement citoyen : c'est tous les jours. Pas besoin de se faire élire. Alors, si les élus n'étaient pas ce qu'ils sont, ils feraient les choses pour les citoyens, pas pour peux.

Arnaud 18/06/2019 21:30

Et pourtant il me semble que la pensée de Jean Marie n'est pas dénuée de sens. La critique est constructive lorsqu'elle porte des propositions et des actions pour faire évoluer une situation. Faute de quoi elle reste une critique de principe.
Quant à l'idée que se présenter serait mettre le doigt dans une nasse qui entraînerait une perte d'indépendance, n'est ce pas là l' idée que l'on ne se sens pas capable de résister à des tentations border line?
Je crains que ce type de pensée n'entraîne la fin du militantisme et de l'engagement citoyen.

vierzonitude 18/06/2019 18:39

Vous oubliez une chose c'est que le citoyen, dont l'électeur, a encore le droit de dire ce qu'il pense. Ce que ce blog fait. Si chaque citoyen qui émet une opinion devait se présenter sur une liste électorale, il y aurait embouteillage ! Et non, pas de liste Vierzonitude, quand vous mettez le doigt dans la nasse, vous perdez votre indépendance. Mais allez y vous !

AR 18/06/2019 10:33

"issu de la société civile" "syndicaliste fortement engagé" "l'écologique", "du monde associatif", "du monde de l'entreprise".... je suis pour , ou alors quoi d'autre ? Le " sorti de nulle part " le la centriste mou ( molle pour ne pas dire inutile- je ne veux pas etre taxé de sexiste en oubliant Nadia ESSAYAN)
Le vrai sujet est de savoir si chaque citoyen est pret a rejeter la délégation de pouvoir, et si il existe dess gen s assez courageux et assez fous pour prendre le volant du grand bus

1900 18/06/2019 08:54

Très bien.Tout un programme.Les vierzonnais auront les dirigeants qu'ils mériteront.

Archives

Articles récents