Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Un tracteur sur l'esplanade : c'est à eux que Vierzonitude pense

Publié par vierzonitude sur 29 Juin 2019, 10:00am

Un tracteur sur l'esplanade : c'est à eux que Vierzonitude pense

Si en 1995 Jean Bézagu, André Chamrobert et Jean Renoir n'avaient pas eu l'idée de créer l'association de la Mémoire industrielle et agricole du pays de Vierzon, cette mémoire-là n'existerait peut-être pas aujourd'hui.

Alors, c'est à eux trois que Vierzonitude pense à quelques jours du dévoilement d'un tracteur sur l'esplanade de la Société-Française. Il y a encore, parmi les membres de l'actuelle association, des passionnés de la première heure, de ceux qui ont cru qu'un jour, comme le stipulent les buts de l'association, le développement culturel et touristique du Pays de Vierzon débouchera sur la création d'un musée.

L'association fêtera ses vingt-cinq ans l'année prochaine. Son quart de siècle. Et rien n'a bougé. Ce n'est pas mettre à mal le travail des bénévoles ni la bonne volonté et l'acharnement des responsables de l'association, ce n'est pas balayer d'un trait de plume, tout le travail effectué depuis vingt-cinq ans.

Mais à part trois engins qui se battent en duel dans le mini-musée de Vierzon, face au gigantesque B3 qui tombe en ruines et n'attend qu'une chose, et à part un tracteur bientôt installé sur un piédestal sur l'esplanade, rien n'a avancé.

Le tracteur de Vierzon à Vierzon est un fantôme. Des passionnés s'en enorgueillissent, des fous de toute la France et de l'étranger en font leur fierté, d'autres considèrent Vierzon haut lieu de la fabrication du tracteur comme une sorte de patrie de la mémoire, on a vu des gens verser des larmes, on a vu des gens émus.

Le tracteur de Vierzon n'est pas qu'une affaire de graisse et de cambouis, ce sont des émotions. Et qui n'est pas capable de comprendre les rouages de tels sentiments, ne comprend pas Vierzon.

Ce n'est pas un tracteur exposé sur un piédestal qui fera taire les fous du Vierzon. Pas plus que des promesses molles ou des musées sans ambition, vierzo-vierzonnais, sans ouverture vers l'extérieur. Nous aurons bientôt un musée virtuel, dans l'ancienne Poste, pour 120.000 euros, mais nous avons déjà un musée virtuel, celui des tracteurs.

Pas une fête agricole, en France, sans qu'il n'y en ait un. Pas une semaine, l'été, sans que la presse régionale, en France cite Vierzon pour ses tracteurs. En septembre, c'est en Belgique que les tracteurs de Vierzon s'éclatent. Et chez nous, ici ? Un rassemblement tous les deux ans, un défilé ou deux. Et puis c'est tout.

La Mémoire industrielle et agricole a du mérite. Mais elle ne peut pas faire avancer les choses comme le souhaiterait. Elle ne peut que collecter, mettre à l'abri ce qu'elle trouve et répare. Les Amis du musée, eux, ne montent pas non plus au créneau. Des amis, ça peut aussi pousser une gueulante de temps en temps.

Alors voilà, la communauté de communes jette un quignon de pain pour faire taire ceux qui ont faim de plus qu'un simple tracteur sur un piédestal.  C'est insuffisant. Alors, c'est à Jean Bézagu, à André Chamrobert et à Jean Renoir que Vierzonitude pense. Vingt-cinq ans plus tard, nos élus n'ont toujours pas compris.

Et préfèrent dépenser de l'argent à construire une auberge de jeunesse dans le B3 de la Française plutôt que d'essayer de créer une animation touristique et économique autour de son extraordinaire patrimoine. Ici, à Vierzon, on préfère caresser le béton qui n'est pas encore sec plutôt que de préserver les vieilles briques d'un étonnant passé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rutten Paul et Margot 01/07/2019 15:51

Une grande mercie a les trois musketiers.toutes le monde connait Vierzon honneur pour les trois

Archives

Articles récents