Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


L'étrange paradoxe vierzonnais de l'écopôle alimentaire

Publié par vierzonitude sur 29 Novembre 2019, 07:15am

L'étrange paradoxe vierzonnais de l'écopôle alimentaire

Quelque chose ne va pas au pays de Vierzon. Un manque de logique dans les initiatives, un manque de constance dans les idées. Comment la ville qui a renoncé à vendre le moulin de la Chaponnière à Saint-Hilaire-de-Court pour y permettre un projet d'écopôle alimentaire peut-elle à ce point mépriser cette idée dans la ville.

Comment peut-elle promouvoir un projet destiné à "produire, former, transformer, valoriser, déguster, expérimenter, sensibiliser... autour de l'alimentation durable, locale et saine", et permettre la multiplication des enseignes de la grande distribution ou de boulangerie semi-industrielle ? Comment peut-elle ne pas promouvoir le commerce de proximité, les circuits courts. A quelques kilomètres du centre-ville, on sème, on plante, on récolte et en périphérie, on construit le royaume de la consommation sans frein ? C'est étrange tout de même ?

Au lieu de faire la part belle à l'artisanat, notamment boulanger, la ville entretient un écopôle alimentaire d'un côté et laisse s'installer une enseigne semi-industrielle de boulangerie de l'autre. Ce n'est ni raisonnable, ni logique. Le centre communal d'actions sociales nous vante un colis pour 1800 personnes âgées composé de produits locaux mais pas un seul de Vierzon. A croire qu'il n'y a pas de chocolatier par exemple ou de boulangers capables de confectionner des sablés.

Bien sûr qu'à l'échelle d'une ville, ce n'est pas facile de mettre ses idées en cohérence. A l'échelle d'un individu c'est déjà compliqué. Mais, on peut au moins essayer. Or, ce contraste est saisissant. A l'heure où la grande distribution regorge de produits bio, et se met même à vendre des produits en vrac pour éviter le gaspillage, pourquoi la ville de Vierzon ne promeut-elle pas ce genre de commerce de proximité au lieu de laisser s'installer tout et n'importe quoi pourvu que ça bouche des trous. 

Pour pallier l'absence de commerce, la ville et la communauté de communes rachètent maintenant tous les murs, à croire qu'elle veut devenir propriétaire de l'ensemble de l'avenue de la République. Mais à part ça, quels choix de commerces fait cette ville ? Aucun. Elle entretient un paradoxe en flattant les uns d'un côté et en laissant la périphérie s'étendre de l'autre. A la Chaponnière, l'alimentation, durable et saine, à la ville de Vierzon l'inverse...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents