Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Salon du livre de Vierzon : Patricia Rappeneau avec Tout ce qu'ils méritent

Publié par vierzonitude sur 12 Novembre 2019, 07:00am

Patricia Rappeneau sera au salon du livre de Vierzon, samedi 16 novembre, au centre des congrès. . Voici l'interview de l'auteure.

Salon du livre de Vierzon : Patricia Rappeneau avec Tout ce qu'ils méritent

Vous préférez, auteur, auteurs, autrice ?

Auteure. Comme au Québec. En hommage à mon premier lecteur.

Comment passe-t-on de l'écriture d'un best-seller sur les Scoubidous au polar ?

Naturellement. En troquant les fils pour un crayon. Celui qui servait de point d’ancrage au tressage des figurines réalisées en trois dimensions. De ce caractère découlait l’idée de leur inventer une histoire. Et de leur faire vivre des aventures en tant que héros de roman. Mon premier s’appelait Phil, un chien et cerveau de la bande, que j’aurais tout aussi bien pu appeler Scouby-Doo ou Véra. Devinez pourquoi…

Préparatrice en pharmacie, arts créatifs... Expliquez-nous comment on en vient à l'écriture de polars ? 

Par étapes. En expérimentant les maux (et mots). Vivre avec, s’en accoutumer, a d’abord consisté à rédiger des fiches ressemblant à des recettes de cuisine. Celles-ci permettant de reproduire mes créations, l’idée du livre était née. Plus tard, le succès opérant, je passais de la réalisation technique aux romans, en exploitant le processus précédent.

Rose, belle et cruelle, est le personnage de "Tout ce qu'ils méritent", votre dernier roman. Comment est-elle née, Rose ? Pourquoi le début du XXème siècle, comme espace temporel ?

Rose est une fleur parmi les fleurs. Belle, fragile et dangereuse avec ses épines, bourreau et victime de sa beauté fatale. Asociale, forcément, aussi. Rose me fut inspirée par Noémie Nirette, dite la Poule Noire, une charmante jeune femme qui tuera son propre enfant et qui, en s’associant à une bande de Chauffeurs (celle de Valence) a marqué son siècle. Au XXème, la femme y cherchait déjà sa place. Rose exploitant les travers et les avancées de la société, mes choix étaient donc bouclés.

Que représente l’écriture dans votre vie ?

L’écriture en est l’exercice paradoxal ; un temps fort qui alterne les moments où l’on se retrouve seul avec soi-même et ceux où, au contraire, on multiplie les rencontres. A mon sens, l’écriture, tout comme la lecture, est une drogue dure.

Vous avez au moins un autre livre en tête. De quoi parlera-t-il ?

Deux : Requiem. Version inédite. C’est le premier opus de la série des Nathan Malocène, un ancien membre des forces armées devenu détective privé à Dijon. Enquête et aventures, psychologie, sciences, mystères et énigmes, relations diverses et émotions fortes sont continuellement au programme avec lui.
Le Parvis des Assassins : un roman jeunesse (le récit se déroule en 1306), une fiction dans laquelle se mêle également aventures et enquête avec, en prime, une petite leçon d’histoire qui s’adresse aussi aux adultes. La grande est menée par une bande d’adolescents du Moyen- Age. Paris, l’île de la cité et Notre-Dame, en sont les décors principaux. Le Bel et les Templiers y pointent également leur nez.

Qu'est-ce qui vous fascine dans le polar ?

Tout. A commencer par la diversité du genre qui possède toutefois comme bases communes le mystère et l’énigme. Quant aux noirceurs des récits, elles me font toujours penser à des états d’âme que je visite sans m’en lasser. C’est ça, aussi, je crois, le côté positif du roman policier, et du polar en particulier. Et je ne parle pas de faits de société, ni de leçon de morale…

C'est difficile de vivre de sa plume ? 

Allons donc ! Joker ! Ou posez la question à mon éditeur…

Au fait, vous avez déjà vu Vierzon ?

Oui, mais je ne connais pas la place Jacques-Brel. Que le chanteur me pardonne. Et que les lecteurs vierzonnais viennent me voir au palais des Congrès !

Un message pour les lecteurs vierzonnais ?

On a toujours quelqu’un à rencontrer à Vierzon. Je viens de commencer par vous, Rémy. Merci. Puis à tous, je vous donne rendez-vous samedi 16 novembre, au salon du livre où je serai présente avec Rose, entre autres…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents